Laurent Blanc a déjà des touches pour le mercato !

Remercié par le Paris SG en fin de saison dernière, Laurent Blanc est sur le marché. Et le Président possède plusieurs touches pour rebondir à en croire son ancien adjoint Jean-Louis Gasset, aujourd'hui à Montpellier.

Laurent Blanc ne manque pas d'options pour rebondir
Laurent Blanc ne manque pas d'options pour rebondir ©Maxppp

Libre de tout contrat depuis son départ du Paris SG contre un chèque de 22 M€ d'indemnités, Laurent Blanc est sur le marché. Ces derniers mois, le technicien français a été annoncé en contact avec plusieurs clubs, de l'Inter Milan à l'Athletic Bilbao en passant par le FC Barcelone. Jean-Louis Gasset - son ancien adjoint à Bordeaux, en équipe de France et à Paris, aujourd'hui entraîneur principal à Montpellier - a glissé quelques détails sur l'avenir du Président.

La suite après cette publicité

«Laurent n’est pas du genre à appeler tous les jours. On se parle de temps en temps, il est venu me voir lorsque nous avons joué à Bordeaux et je l’appelle parfois pour un avis, mais c’est assez rare. Évoque-t-il son avenir ? Pas vraiment», a déclaré le coach héraultais, qui est bien parti pour assurer le maintien de l'écurie chère à Louis Nicollin, dans les colonnes du Midi Libre. Cependant, ce dernier a glissé quelques indices sur les pistes potentielles du champion du monde 1998.

Des touches en Premier League, Serie A et en Liga

«Il a des contacts en Angleterre, en Italie, en Espagne, mais cela reste vague pour l’instant», a-t-il assuré, expliquant qu'il réfléchirait si ce dernier lui demandait de repartir pour une nouvelle aventure à ses côtés. «Sincèrement, je ne sais pas ce que sera mon avenir. J’ai passé 8 années exceptionnelles avec Laurent qui incarne à mes yeux la classe dans toute sa splendeur. Il m’a fait grandir. S’il me demande de le suivre, je réfléchirais. Mais on n’en est pas là», a-t-il expliqué, laissant la porte entrouverte à une expérience plus longue au MHSC.

«Je suis à fond dans le sprint final pour le maintien. Une fois acquis, on en parlera. J’ai 63 ans... Je ne sais pas si je suis encore capable de supporter la critique, que l’on discute mes choix sans rien savoir de ce qui se passe à l’intérieur et que lorsque mon petit-fils va à l’école, on lui dise que son papy est nul parce que son équipe a perdu. Le métier d’entraîneur est devenu ainsi. Avec l’arrivée des réseaux sociaux, c’est pire», a-t-il conclu. Quoi qu'il en soit, Laurent Blanc a des chances de reprendre du service cet été au regard de ses premiers contacts préliminaires. Où atterrira-t-il ? Réponse dans quelques semaines.

Plus d'infos

Articles recommandés

Commentaires