C'est la crise à l'Atlético de Madrid !

Mercredi soir, les troupes du Cholo Simeone se sont encore inclinées, face à la Real Sociedad en Coupe du Roi (2-0). Une situation sportive catastrophique qui plonge le club dans la crise.

Ángel Correa face à la Real Sociedad
Ángel Correa face à la Real Sociedad ©Maxppp
La suite après cette publicité

Cet été, tous les observateurs étaient unanimes : l'Atlético était le grand favori pour soulever, une deuxième fois d'affilée, le titre de Liga. Et pour cause, le champion d'Espagne en titre n'a perdu aucun joueur important lors du mercato estival, et s'est renforcé avec deux valeurs sûres que sont Antoine Griezmann et Rodrigo de Paul, en plus de Matheus Cunha, qui sortait d'une belle saison en Bundesliga. Sur le papier, les Colchoneros n'avaient jamais semblé être aussi forts. Mais aujourd'hui, l'objectif n'est plus de remporter la Liga, mais d'obtenir une place en Ligue des Champions pour la saison prochaine...

Une situation de plus en plus tendue qui s'explique par de nombreux facteurs. Mais force est de constater que le principal souci semble être la défense, aussi paradoxal que cela puisse paraître pour cette équipe dont la réputation était justement fondée sur son assise défensive plus que solide. Des lacunes derrière qui ne datent d'ailleurs pas forcément de cette saison, puisqu'en deuxième partie de saison dernière, Oblak avait fait des miracles sur sa ligne qui ont sauvé de nombreux points pour les siens. Une problématique individuelle - à l'image du nouveau match désastreux de Felipe Monteiro hier - avec des prestations de plus en plus mauvaises des joueurs qui composent l'arrière-garde.

Une animation offensive morte !

Mais pas que. Effectivement, le souci peut aussi se trouver dans l'entrejeu, où on retrouve souvent un trio Koke-Rodrigo De Paul-Lemar. Dans cette configuration, c'est Koke qui est chargé de faire presque tout le sale boulot devant la défense, poste et rôle qui ne sont pas les siens. Le rideau du milieu est donc facile à percer pour les rivaux, qui, souvent, se retrouvent en situation d'égalité voire supériorité numérique face aux joueurs défensifs. Lorsque Kondogbia ou même Hector Herrera, joueurs de devoir avec un peu plus de coffre, sont alignés, on sent que ça va mieux de ce côté-là. Et un point très important dont on parle peu, c'est la fragilité défensive de l'équipe sur coups de pied arrêtés, ce qui était aussi, historiquement, une force des troupes du Cholo. C'est simple, c'est la panique à chaque corner ou coup franc !

Et quand l'équipe a le ballon alors ? Là aussi, c'est difficile. L'équipe semble avoir un mal fou à porter le ballon vers l'avant, notamment parce que les rôles ne sont pas forcément bien distribués. On a ainsi l'impression que les joueurs se marchent parfois dessus. Rodrigo de Paul, Lemar, João Félix ou même Antoine Griezmann sont effectivement des joueurs avec des similitudes techniques, et ont donc souvent tendance à faire les mêmes choses, l'équipe manquant alors de diversité dans le jeu, d'alternatives et de solutions. L'équipe est aussi bien plus prévisible, puisque ce nouveau 3-5-2 mis en place par l'Argentin la saison dernière a été étudié et les entraîneurs adverses ont compris comment le faire déjouer. Les déboulés de Marcos Llorente sur le côté droit sont ainsi bien moins surprenants et déconcertants que la saison dernière par exemple.

Les joueurs sont-ils compatibles avec le Cholismo ?

On peut aussi signaler que dans le secteur offensif, certains joueurs ne sont plus au niveau en plus de poser quelques soucis en interne, Luis Suarez en tête de liste... De l'autre côté des Pyrénées, on se pose une question plutôt légitime : les joueurs de l'effectif actuel sont-ils vraiment compatibles avec la philosophie de l'ancien de River ? Ce dernier demande énormément d'efforts défensifs même à ses éléments les plus offensifs, et même s'il est vrai qu'il a eu des velléités un peu plus offensives ces dernières saisons, son jeu reste tout de même principalement fait de transitions rapides. Un, deux, voire trois joueurs de ballon en même temps sur la pelouse ça passe, mais une équipe entière composée de gros talents avec un profil moins travailleur comme c'est actuellement le cas, est-ce tenable sur la durée ?

Quoi qu'il en soit, Simeone se fait tacler de plus en plus sévèrement en Espagne, où on pointe du doigt son incapacité à trouver des solutions, et le mauvais usage qu'il ferait de certains joueurs, Félix étant souvent cité parmi ces derniers. En revanche, son poste ne semble pas en péril actuellement, et ça semble tout à fait compréhensible au vu de son historique à la tête du club. Les joueurs sont eux aussi la cible de critiques parfois assez dures, avec très peu de joueurs qui se sauvent. Oblak ou Angel Correa font ainsi partie de cette maigre liste de joueurs plutôt épargnés. Les supporters de l'Atlético eux restent convaincus que l'entraîneur argentin, dont les qualités ne sont pas remises en question par les fans, pourra redresser la barre assez rapidement. C'est tout ce qu'on lui souhaite...

Plus d'infos

Commentaires