La renaissance de Lucas Piazón à Braga

Alors qu'on pensait que son nom était tombé dans l'oubli, Lucas Piazón connaît une véritable renaissance du côté de Braga où il semble enfin avoir trouvé de la stabilité. À 27 ans, l'ancien joueur de Chelsea s'épanouit au Portugal où il est devenu un joueur important et décisif.

Lucas Piazón avec ses partenaires à Braga
Lucas Piazón avec ses partenaires à Braga ©Maxppp
La suite après cette publicité

Il y a des carrières qu’on imaginait étincelantes, d’autres qu’on imaginait perdues, et puis il y a celle de Lucas Piazón. Arrivé à l’âge de 17 ans à Chelsea en provenance du Brésil, le milieu offensif a été un joueur des Blues de 2012 à 2021, pourtant il n’a porté le maillot bleu qu’à 3 reprises dans sa carrière. Durant des années il a été victime du modèle de formation de Chelsea, qui prêtait chaque saison des joueurs par dizaines dans ses clubs satellites. Passé par Malaga, le Vitesse Arnhem, l’Eintracht Francfort, Reading, Fulham, le Chievo Verone et Rio Ave, il a longtemps galéré avant d’enfin trouver un point de fixation nommé Braga, qu’il a finalement découvert à l’âge de 26 ans. Après avoir essuyé de nombreuses déceptions en Angleterre, il semble finalement s’installer au Portugal, devenu depuis peu son pays d’adoption.

En janvier dernier, une semaine avant son 27e anniversaire, Lucas Piazón signe un contrat de 4 ans et demi avec le club portugais. Une délivrance. Il retrouve alors le Portugal après avoir porté le maillot de Rio Ave juste avant durant une année et demie. À Braga il retrouve alors l’entraîneur qu’il avait eu à Rio Ave, Carlos Carvalhal, et en quelques mois la magie opère. En 16 rencontres toutes compétitions confondues, il inscrit 5 buts et délivre 5 passes décisives. Pas mal pour un joueur qui n’avait jamais inscrit un but sous le maillot bleu du club londonien. Une véritable renaissance qui n’aurait pu avoir lieu qu’à Braga selon Pascoal Sousa, journaliste pour A Bola. «Aucun joueur, aussi bon soit-il, ne peut stabiliser son jeu avec autant de prêts, d’autant plus dans des pays différents. À Braga, Piazón a trouvé quelque chose qu’il n’avait jamais eu auparavant : un projet sportif de longue durée dans un club ambitieux, avec une structure au niveau des trois candidats au titre au Portugal, un entraîneur qui aime ses qualités et une équipe compétitive derrière lui, avec un effectif rempli de joueurs de valeur.»

Carlos Carvalhal le sauveur

Et cette éclosion tardive a aussi été rendue possible grâce à Carlos Carvalhal qui avait été marqué par le Brésilien lorsqu’il évoluait en Angleterre. «Le bon rendement de Piazón à Braga est le résultat d’une série de facteurs, à commencer par l’entraîneur qui l’a reçu au club, Carlos Carvalhal. C’est d’ailleurs cet entraîneur qui l’avait fait venir au Portugal la saison précédente, à Rio Ave, et qui le connaissait déjà pour l’avoir affronté en Angleterre, quand Piazón jouait à Fulham, et qu’il coachait Sheffield Wednesday. Piazón a donc quasiment le même entraîneur depuis deux ans, ce qui lui était rarement arrivé dans sa carrière. Il y a ensuite un autre paramètre, à savoir la stabilité que Braga offre aux joueurs. C’est désormais l’un des grands au Portugal et possède une structure très professionnelle, qui facilite la vie des joueurs. On peut aussi parler des caractéristiques du championnat portugais, très technique et tactique, au contraire de la Premier League, davantage physique. Surtout, Piazón a 27 ans, c’est un joueur plus expérimenté, il connaît mieux le jeu et a des qualités qui collent au football pratiqué au Portugal», nous explique Nuno Barbosa, journaliste pour le Jornal de Noticias, quotidien régional.

Pascoal Sousa partage cet avis et explique les raisons qui ont poussé l’entraîneur portugais à ramener Lucas Piazón dans ses bagages. « Carlos Carvalhal a été déterminant dans le choix de Piazon de rejoindre Braga. Il l’a entraîné à Rio Ave et je crois que Piazón l’a marqué. En décembre, Piazón avait déjà la tête à Braga. Leur relation est professionnelle, mais il y a une grande complicité entre eux. Carvalhal voit en Piazón un joueur qui s’intègre parfaitement dans ses schémas et principes de jeu. » Le manager de 55 ans loue les qualités dont fait preuve celui qui a longtemps été considéré comme le nouveau Kaka, de par sa ressemblance physique avec l’ancien Ballon d’or et son style de jeu. Carvalhal sait comment motiver le Brésilien et son rendement sur le terrain le prouve. En parlant du terrain, il évolue généralement en tant qu’ailier droit dans le 3-4-3 de Carvalhal. «Piazón commence la plupart du temps comme milieu offensif sur le couloir droit, mais il rentre souvent dans l’axe. L’animation mise en place par Carlos Carvalhal lui permet d’être à la fois dans les zones de construction et de finalisation. C’est pour cela qu’il marque beaucoup et donne beaucoup de buts. Il joue dans des zones où ses qualités ressortent. Quand Braga n’a pas le ballon, Piazón sait aussi occuper les espaces nécessaires pour empêcher l’adversaire de progresser sur le terrain, en revenant prêter main forte au latéral ou en exerçant un pressing haut pour gêner la relance.» explique Nuno Barbosa.

L’été s’annonce déjà mouvementé

Au Portugal, l’ancien joueur de Chelsea a retrouvé de la continuité, mais jusqu’à quand. S’il déclarait vouloir rester au Portugal le plus longtemps possible lorsqu’il évoluait encore à Rio Ave, la donne pourrait changer. Avec de telles performances, les clubs pourraient sauter sur l’occasion et Braga ne semble pas fermer à l’idée de faire une belle plus-value. «Braga est un club vendeur et a besoin de vendre pour environ 15 M€ de joueurs chaque saison pour avoir une stabilité économique. On ne peut pas écarter la possibilité d’un départ de Piazón dès cet été, mais cela dépend plus d’un éventuel club acheteur que de Braga. Le club a d’autres jeunes joueurs de valeur qui peuvent assurer les revenus dont ils ont besoin, comme David Carmo ou encore Ricardo Horta ou Al Musrati. Je ne crois donc pas que Piazon partira cet été, après si peu de temps au club. Je pense plutôt que ce serait préjudiciable pour sa carrière. Selon moi, son départ ne sera pas bon non plus pour Braga, qui pourra sans doute réaliser une meilleure opération avec son transfert dans un an, à l’été 2022, en laissant Piazón continuer à performer comme il le fait depuis son arrivée. Mais les lois du marché prévalent toujours et il est impossible d’écarter l’hypothèse d’un transfert dès cet été.» Reste à savoir ce que souhaite faire le joueur. Prendrait-il le risque de casser sa très bonne dynamique pour rejoindre un club plus huppé ? À 9 journées de la fin de la Liga NOS, Braga est 4ème au classement à seulement 4 points de Porto, 2ème et une qualification en Ligue des Champions semble encore envisageable.

Plus d'infos

Commentaires