LOSC : Jocelyn Gourvennec affiche ses ambitions et répond aux critiques

Premier test ce dimanche face au Paris Saint-Germain pour le LOSC de Jocelyn Gourvennec. Avant sa première officielle sur le banc des Dogues, à l'occasion du Trophée des Champions, l'entraîneur lillois a dévoilé ses ambitions dans le Nord et répondu aux critiques.

Olivier Létant, le président du LOSC, et Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur
Olivier Létant, le président du LOSC, et Jocelyn Gourvennec, l'entraîneur ©Maxppp

5 juillet 2021. Il y a 25 jours, le LOSC annonçait le successeur de Christophe Galtier sur son banc de touche. Alors que les noms de Lucien Favre, Laurent Blanc, Thiago Motta ou encore Patrick Vieira avaient été liés aux Dogues, c'est Jocelyn Gourvennec, consultant pour Canal +, absent des terrains depuis 2019, qui était nommé à la surprise générale. Trois semaines après sa prise de fonctions et à deux jours d'affronter le Paris Saint-Germain à l'occasion du Trophée des Champions, à Tel-Aviv (Israël), le technicien français de 49 ans a répondu à la presse. Au menu : premiers pas, ambitions et réponse aux sceptiques. José Fonte l'avait déjà évoqué quelques instants auparavant. Jocelyn Gourvennec n'est pas arrivé dans le Nord avec ses gros sabots.

La suite après cette publicité

Au contraire, ces dernières semaines le mot d'ordre était : prolonger le travail réalisé par Christophe Galtier, marcher dans les pas du victorieux prédécesseur pour ne pas casser la dynamique. « Il m'a fallu vite comprendre le fonctionnement, les hommes, dans le staff et parmi les joueurs. Me mettre dans les pas de ce qui a été fait avant par Christophe. Un travail de continuité avec un effectif qui a très peu bougé. Il faut garder les joueurs dans des habitudes de travail, de jeu, c'est assez bien huilé. La difficulté de la tache est d’être assez précis dans mes demandes, sans les bousculer dans leur routine, dans leurs habitudes,» a expliqué l'entraîneur en conférence de presse. Avant d'emboîter sur ce qu'il compte tenter d'améliorer.

Jocelyn Gourvennec s'inspire de Christophe Galtier

Même effectif, même dispositif, et donc mêmes points à améliorer. Quiconque se rappelle des conférences de presse de Christophe Galtier, au LOSC, la saison dernière, sait que le technicien souhaitait plus de tranchant à domicile et surtout, une capacité accrue à faire mal à l'adversaire en début de match. Jocelyn Gourvennec va tenter d'améliorer ça. « L'équipe n'a perdu que Bouba (Soumaré) et Mike (Maignan), le reste est consistant. Sur la saison dernière, de petites choses vont devoir être améliorées : l'efficacité à domicile. Notamment face à des blocs bas. Il va aussi falloir évoluer de manière différente sur les coups de pied arrêtés. Être plus réaliste. Ce sont deux exemples. Le plus important est de garder l'exigence, la capacité de l'équipe à être très forte ensemble ».

« On n'a pas toujours été très juste dans les 20 derniers mètres. Sur les situations crées en préparation, on a manqué de justesse et de réussite (3 poteaux). On doit être bon dans la récupération, dans le pressing et le contre-pressing, dans l'utilisation du ballon et chez l'adversaire, il faut qu'on soit encore plus juste. » Voilà des pistes à explorer pour l'ancien technicien de Bordeaux et Guingamp. Qui compte s'appuyer sur son capitaine, José Fonte (qui a dit de lui qu'il était un homme intelligent). Prolongé à 37 ans, l'international portugais a les faveurs de son nouveau coach. « Le LOSC n'a pas beaucoup bougé sur le marché, mais en même temps le garder était un signe fort pour le club. On l'a retrouvé au Portugal et il y avait de l'attente de la part de ses partenaires, de le retrouver. Il a toujours la bonne attitude, le bon discours. Il sait qu'il est important mais il n'en rajoute jamais. C'est la marque d'un grand professionnel ».

Plongé dans son travail, il n'écoute pas les critiques

Depuis son arrivée, il y a un peu moins de quatre semaines, Jocelyn Gourvennec est le nez dans le guidon. Ce qui a permis au Brestois d'ignorer les doutes émis à son encontre, après sa nomination. « Je me suis tout de suite mis dedans, sans transition. On a énormément de choses à gérer, à préparer. Il faut être très précis. Je me suis mis dans ma tâche, dans mon rôle, pour apporter ce qu'on attend de moi. Je n’ai pas le temps de regarder ce qui se dit, quelles peuvent être les attentes. Je m'impose déjà une exigence importante, je la diffuse au groupe. Cette exigence est déjà suffisamment forte. Oui, il y a de l'attente, mais quelque soit le club dans lequel vous êtes il y a de l'attente. Cette attente je la connais car l'équipe a performé, on doit maintenant conserver un haut degré de résultat, de rendement. Je le sais. Cela ne me perturbe pas ».

Forcément soutenu par ceux qui l'ont adoubé au poste d'entraîneur du LOSC - « J'ai une très bonne relation avec le président Létang et j'ai le lien avec les actionnaires. On est ensemble dans la bagarre qui nous attend. Je ne veux pas m'occuper du reste » -, l'ancien milieu de terrain de Rennes, Nantes et Marseille affiche des ambitions mesurées. Du moins publiquement. « Je ne pense pas que Christophe ait dit quoi que ce soit sur un titre de champion. Un titre ne se planifie pas, gagner une coupe non plus. Trop de paramètres entrent en jeu. Le plus important c'est de se préparer. Il y a déjà un titre à aller chercher dans deux jours. Il n'y a pas de petits titres. Après, il y aura plein d'échéances. Les joueurs vont vouloir défendre leur titre. On a un effectif qui a beaucoup d'envie et d'énergie. On sait très bien qu'il y a beaucoup d'équipe ambitieuses, ce sera au LOSC de se mêler à la bagarre ».

Plus d'infos

Commentaires