AS Roma : le nouveau triomphe du maestro José Mourinho

Hier soir, l'AS Roma a remporté la finale de la première édition de la Ligue Europa Conférence. Un trophée supplémentaire dans l'escarcelle de José Mourinho, un entraîneur comblé et porté en triomphe en Italie ce jeudi.

Mourinho après sa cinquième victoire en Coupe d'Europe
Mourinho après sa cinquième victoire en Coupe d'Europe ©Maxppp
La suite après cette publicité

«The Special One, c'est une vieille histoire», a avoué José Mourinho mercredi en conférence de presse. En 2004, le natif de Setubal, âgé alors de 41 ans, s'était autoproclamé ainsi à son arrivée à Chelsea, peu après son succès en Ligue des Champions avec le FC Porto. Dix-sept ans plus tard, celui qui s'est ensuite surnommé le "Happy One" lors de son deuxième passage à Chelsea, puis le "The Experienced Man" une fois sur le banc de Tottenham, a évolué. «Lorsque vous avez plus de maturité et de stabilité, vous pensez beaucoup plus aux gens et moins à vous-même. Je peux juste faire ce que chaque entraîneur peut faire et essayer d'aider l'équipe. Je ne crois pas aux moments magiques. Ce n'est pas le moment d'un individu, c'est l'équipe, les joueurs, le staff».

Mourinho entre dans l'histoire

A 59 ans et après 22 ans de carrière, le Portugais est beaucoup plus sage qu'à ses débuts. Les nombreux succès qu'il a connu mais surtout les échecs l'ont forgés. Sans club pendant près d'un an après son expérience à Manchester United, Mourinho avait très mal vécu cette longue période loin des terrains et avait même fondu en larmes à la télévision en août 2019 en confiant que le football lui manquait terriblement. Près de trois ans plus tard, ce sont des larmes de joie qui coulent sur le joues du coach lusitanien. Hier soir, il a pleuré après la victoire de l'AS Roma en finale de la Ligue Europa Conférence face au Feyenoord Rotterdam. Un nouveau succès pour Mourinho, arrivé l'année dernière sur le banc de la Louve.

Et si son équipe ne s'est pas qualifiée pour la prochaine C1, elle a remporté un trophée européen. Ce qui n'était plus arrivé à un club italien depuis douze ans et la victoire de l'Inter Milan en Ligue des Champions avec un certain Mourinho aux commandes. Hier soir, le coach né en 1963 est un peu plus entré dans l'histoire. Il est devenu le premier entraîneur à gagner toutes les compétitions européennes. Il a donc remporté la Ligue des Champions avec Porto en 2004 et l'Inter Milan en 2010, la Ligue Europa avec Porto en 2003 et avec Manchester United en 2017 et la première édition de la Ligue Europa Conférence avec la Roma en 2022. Le 26e titre donc du "Mou" qui reste sur une série de 5 victoires en 5 cinq finales européennes jouées durant sa carrière.

La presse est unanime

De quoi forcer le respect. Ce jeudi, la presse italienne s'incline et rend hommage à la Louve. «Au Paradis. Triomphe de Rome qui bat Feyenoord et remporte la Conférence», titre le Corriere dello Sport. «Grazie Roma. Quelle fête! La première Ligue Europa Conférence est pour les Giallorossi», a lancé de son côté la Gazzetta dello Sport qui a ajouté ensuite : «Merci Rome et merci Mou. La Conférence est celle de tous : Italie, clubs et villes. Cette Conférence n'est pas la Ligue des Champions, mais la victoire des Giallorossi montre qu'avec des idées, du cœur, de l'envie, notre football peut apporter de grandes satisfactions.» La Roma a donc aussi sauvé l'honneur du football italien, qui peine en Coupe d'Europe.

Le reste des médias transalpins a surtout porté aux nues le technicien romain. «Mourinho Roi de Rome», a titré Tuttosport. «SuperMou a gagné l'Europe», a écrit Métro pendant que le Quotidiano Sportivo s'est emballé : «EuroMourinho, Rome est maître». Enfin, Sky Italia a fait l'éloge de Mourinho. «Les larmes après la finale montrent pourquoi c'est un gagnant. Il a mené un club italien à la victoire lors d'une compétition européenne après 12 ans d'attente. Il a fait tomber les gens amoureux de lui, a donné du caractère et de la solidité à l'équipe. Spécial». Ce succès en C4 a traversé les frontières et fait les gros titres au Portugal. «Ave Mourinho», s'est enflammé Record. O Jogo a simplement titré : «Le Spécial».

"The Special One" est éternel

Heureux comme un gosse après ce nouveau trophée, le Portugais, qui a été arrosé d'eau par ses joueurs venus fêter avec lui le titre en conférence de presse, s'est lâché face aux journalistes. «Je suis fan de Porto, de l'Inter, de Chelsea , je suis fou du Real Madrid et maintenant je suis fan de la Roma. J'appartiens à tous ceux qui ont une famille avec moi, qui cherchent un but, qui sont ensemble dans les moments difficiles. Aujourd'hui, avec tout le respect que je dois à mes anciens clubs, je me sens à cent pour cent Romanista. Maintenant je pars en vacances et je vais m'asseoir sur la plage, devant chez moi, pour repenser tout ça.» L'ancien coach de MU sera donc bien sur le banc giallorosso l'an prochain, lui qui est sur un nuage depuis hier soir.

«Il y a tellement de choses qui se passent dans ma tête... Je m'attendais à cette implication de tout le monde, ils sont uniques, c'était déjà compris quand je suis arrivé il y a onze mois... Comme je l'ai dit aux garçons dans le vestiaire à Turin, là on a fait ce qu'on avait à faire, c'est-à-dire se qualifier pour la Ligue Europa, on a fait notre boulot. C'était du travail, c'était de l'histoire. Nous avons écrit l'histoire, oui. Dès le début, nous avons compris que la Conference League pouvait être un objectif possible. C'était une compétition que nous visions, sans perdre l'objectif principal». Mission accomplie donc pour José Mourinho qui, quoi qu'il en dise, est toujours aussi spécial.

Plus d'infos

Commentaires