FC Barcelone : la performance contrastée d'Ousmane Dembélé à Milan agite l'Espagne

Titulaire lors de la défaite face à l'Inter mardi soir (1-0), l'attaquant français du FC Barcelone Ousmane Dembélé n'aura pas réussi à faire la différence, la faute à une performance volontaire mais souvent trop brouillon sur son côté droit.

Ousmane Dembélé sous les couleurs du FC Barcelone
Ousmane Dembélé sous les couleurs du FC Barcelone ©Maxppp
La suite après cette publicité

Après la fin du feuilleton autour de sa prolongation au FC Barcelone, Ousmane Dembélé est redevenu l'un des éléments essentiels de Xavi Hernandez. Titulaire quasi-indiscutable aux yeux de l'entraîneur espagnol (9 titularisations sur 10 matches joués), l'attaquant français réalise un bon début de saison avec 2 buts et 4 passes décisives entre la Liga et la Ligue des Champions. Mais alors qu'il était aligné dans le trio offensif blaugrana aux côtés de Robert Lewandowski et Raphinha, l'international aux 28 sélections (4 réalisations) n'a pas rendu la copie la plus propre à Giuseppe Meazza face à l'Inter Milan (défaite 1-0) pour la 3e journée de la Ligue des champions.

En effet, souvent balle au pied face à une défense basse et solide de l'Inter, l'ailier de 25 ans paraissait parfois trop prévisible, notamment pour Federico Dimarco. Certes, il a été l'un des seuls joueurs du Barça à tenter des choses pour bousculer l'arrière-garde nerazzurra (100 ballons touchés) et créer un électrochoc chez ses coéquipiers (3 passes clés), trouvant même le poteau droit d'André Onana en seconde période (61e). Mais son manque de justesse a fait de lui l'un des joueurs les plus brouillons dans l'antre lombard : seulement 5 centres réussis sur 24 tentés (notamment en raison d'un Lewy en perdition dans la surface de réparation), 4 dribbles ratés sur 4 et 38 ballons perdus (personne ne fait pire).

Un Dembélé trop sollicité

S'il s'est montré plus dangereux que ses compères dans le front de l'attaque, le Polonais et le Brésilien étant presque fantomatiques dans le dernier geste, Ousmane Dembélé était devenu l'initiateur de toutes les attaques barcelonaises, aux dépens du milieu de terrain. Alors que le travail de faire remonter le ballon devait être réservé à des joueurs comme Pedri ou Gavi, l'ancien du Borussia Dortmund était toujours servi dans les pieds, rendant ses percées sur son couloir bien plus prévisibles et compliquant ses recherches de solutions par des crochets parfois inutiles et faisant parfois gagner du temps aux défenseurs adverses. Mais dans les colonnes de la presse espagnole, ce sont ses efforts qui sont mis en valeur plutôt que ses erreurs.

«Presque tous les espoirs offensifs du Barça dépendaient de son débordement, trop. Il n'a pas réussi, mais ce n'était pas par paresse», explique Mundo Deportivo. Même son de cloche du côté de Marca : «il a été l'un des rares à ne jamais perdre la face pendant le match. Il a toujours essayé et ne s'est pas caché malgré le fait que les choses n'allaient pas dans son sens.» Malgré sa détermination, il semblait que le numéro 7 blaugrana retombait dans ses travers, comme s'il souhaitait faire la différence à lui seul. Sa simplicité dans le jeu lui avait permis de devenir le meilleur passeur du championnat espagnol la saison, à lui de la retrouver pour se montrer décisif face à l'Inter la semaine prochaine au Camp Nou, une finale déjà pour le FCB afin de rester en vie dans ce groupe C de la C1.

Plus d'infos

Commentaires