Portugal-Allemagne : les notes du match

Au terme d'un match au scénario fou, l'Allemagne signe un succès important face au Portugal (4-2). Les hommes de Joachim Löw peuvent encore prétendre à une qualification pour les huitièmes de finale de cet Euro.

L'Allemagne a réalisé un festival offensif face au Portugal
L'Allemagne a réalisé un festival offensif face au Portugal ©Maxppp

Après le nul entre la Hongrie et la France (1-1), le Portugal pouvait prendre seul la tête du groupe F. Pour cela, il fallait prendre le meilleur sur une équipe allemande gonflée à bloc dans l'Allianz Arena. La Mannschaft se présentait en 3-4-3 avec Toni Kroos et Ilkay Gündogan dans l'entrejeu. Serge Gnabry était soutenu par Thomas Müller et Kai Havertz en attaque. De son côté, le Portugal optait pour un 4-2-3-1 avec le quatuor constitué de Bernardo Silva, Bruno Fernandes, Diogo Jota et Cristiano Ronaldo devant. Et le match débutait fort avec une Allemagne très offensive. Imposant un rythme fort, les joueurs de Joachim Löw trouvaient l'avantage rapidement grâce à Robin Gosens (5e), mais sa réalisation était refusée pour hors-jeu.

La suite après cette publicité

Malgré cela, l'Allemagne continuait de maltraiter son adversaire. Kai Havertz se distinguait d'une frappe lointaine, mais Rui Patricio repoussait (10e). Acculé, le Portugal s'en remettait à Ruben Dias auteur d'un sauvetage devant Toni Kroos (12e). Malmené, le Portugal arrivait enfin à sortir en contre et Diogo Jota servait Cristiano Ronaldo pour l'ouverture du score (1-0, 15e). Une réalisation contre le cours du jeu, mais qui galvanisait le Portugal avec des actions de Diogo Jota (22e), Ruben Dias (23e) ou encore Diogo Jota (28e). Finalement, l'Allemagne se remettait la tête à l'endroit et Robin Gosens se distinguait d'une volée sur la gauche. Au duel avec Ruben Dias, Kai Havertz poussait le défenseur de Manchester City au but contre son camp (1-1, 35e).

Le festival Robin Gosens

Le Portugal craquait enfin et prenait un nouveau but dans la foulée. Sur la gauche, Robin Gosens basculé côté droit pour Joshua Kimmich qui centrait devant le but. Raphaël Guerreiro déviait dans ses propres filets (2-1, 39e). Au retour des vestiaires, l'Allemagne était en confiance et continuait de dérouler. Kai Havertz était à la réception d'un centre de Robin Gosens et marquait (3-1, 51e). Le Portugal buvait le calice jusqu'à la lie avec une tête de Robin Gosens qui était l'auteur d'un match monstrueux (4-1, 60e). En grande difficulté, le Portugal semblait sans solution, mais Cristiano Ronaldo redonnait un léger espoir en permettant à Diogo Jota de réduire le score (4-2, 67e).

Le Portugal reprenait ainsi bien plus de couleurs et terminait bien la rencontre. Renato Sanches auteur d'un missile côté gauche devant la surface trouvait le poteau d'un Manuel Neuer totalement battu (78e). L'Allemagne disposait toujours de contres avec un tir puissant de Leon Goretzka (83e) qui passait juste au-dessus du but lusitanien. Finalement, on en restait là. Avec cette victoire 4-2, l'Allemagne se relance et dépasse son adversaire du jour. La Mannschaft et le Portugal restent un point derrière la France avant la dernière journée.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

  • Gosens (9) : ultra actif sur son côté gauche, le piston allemand a eu un impact très important sur le jeu offensif de son équipe. Il s’est procuré de nombreuses occasions dont notamment quelques frappes (18e). Il aurait pu ouvrir le score avec ce superbe ciseau en tout début de match (5e) mais un hors-jeu venait le priver de ce bonheur. Finalement il est impliqué sur le but égalisateur (34e) en centrant fort devant le but pour Kai Havertz alors que c’est finalement Ruben Dias qui pousse le cuir au fond de ses propres filets. Il termine le match avec une passe décisive pour Kai Havertz délivrée à la 50e minute de jeu et un but. Il devient même buteur en seconde période à la 60e minute de la tête en reprenant un excellent centre de Joshua Kimmich. Très bon match du joueur de l’Atalanta surtout dans le registre offensif où il a excellé. Un but, une passe décisive, c’est ce qu’on appelle une masterclass. Remplacé par Marcel Halstenberg (61e).

Portugal

  • Rui Patricio (3) : le portier de Wolverhampton n'a pas tardé à entrer dans son match en se détendant bien sur une lourde frappe d'Havertz (9e). Très concentré, l'intéressé capte bien une belle frappe de Gosens (18e). Le gardien portugais ne peut rien faire sur l'égalisation d'Havertz (1-1, 35e). Le dernier rempart lusitanien ne peut rien sur le but contre son camp de Guerreiro (2-1, 39e). Il sauve les siens juste avant la pause en repoussant une tentative de Gnabry (45+2). Délaissé par sa défense, il ne peut que constater les dégâts sur le troisième but d'Havertz (3-1, 51e). Le cauchemar se poursuivait avec un quatrième but de Gosens (4-1, 60e). Sauvé par sa transversale sur une lourde frappe de Goretzka (83e).

  • Semedo (2) : le latéral droit portugais n'a pas franchement réalisé une belle entame. Souvent poussé dans ses derniers retranchements dans son couloir, l'ouverture du score de son équipe l'a clairement soulagé. L'intéressé laisse beaucoup trop de liberté à Gosens sur son centre qui amène l'égalisation allemande (1-1, 35e). Il n'a rien apporté sur le plan offensif en première mi-temps. L'intéressé est clairement coupable sur le troisième but en laissant trop d'espace à Gosens pour centrer (3-1, 51e). Trop court dans le domaine aérien sur le centre de Kimmich qui amène le but de Gosens (4-1, 60e).

  • Pepe (3) : le défenseur central du FC Porto a tenu la barraque au plus fort de la domination allemande en début de match. Malheureux sur l'ouverture de Müller qui amène le deuxième but allemand (2-1, 39e). L'ancien défenseur du Real Madrid se fait surprendre trop facilement par Gnabry avant la pause (45+2). S'il n'est pas directement impliqué sur les autres buts allemands, le principal protagoniste a essayé de maintenir le bateau à flot. En vain.

  • Ruben Dias (2,5) : le joueur de Manchester City forme avec Pepe une charnière centrale redoutable. Serein dans tous les compartiments du jeu, il a soulagé sa défense avec de belles interventions dans sa surface. Une bonne entame remise en cause par son manque de promptitude face à Havertz sur l'égalisation allemande (1-1, 35e). Pris dans le dos sur l'ouverture de Müller qui amène le deuxième but allemand (2-1, 39e). L'ancien joueur de Benfica se fait devancer par Havertz une nouvelle fois sur le troisième but allemand (3-1, 51e).

  • Guerreiro (2) : le latéral gauche du Borussia Dortmund a vécu un début de match très compliqué. A chaque fois en danger dès que Kimmich prenait le couloir, l'intéressé a rarement été dans le bon tempo défensivement. L'égalisation allemande vient d'ailleurs de son côté avec l'ouverture de Müller pour Gosens (1-1, 35e). Une soirée cauchemardesque qui se poursuivait avec un but contre son camp sur un centre de Kimmich (2-1, 39e). L'ancien Lorientais ne prend même pas la peine de faire opposition sur le centre de Kimmich qui amène le quatrième but allemand (4-1, 60e).

  • Danilo Pereira (3) : le milieu du PSG a connu des premières minutes délicates en se faisant bouger dans l'entrejeu. Aux abonnés absent sur le troisième but allemand notamment lors du décalage sur Gosens (3-1, 51e). L'intéressé a rarement été dans le bon tempo ce soir, subissant les assauts de la sélection allemande. Son apport à la récupération a été quasi nul.

  • Carvalho (2,5) : associé à Danilo devant la défense, le milieu du Betis n'est pas parvenu à apporter la stabilité nécessaire à son équipe dans l'entrejeu en début de match. L'intéressé se montre beaucoup trop laxiste devant Kimmich qui peut décaler tranquillement Gosens sur le troisième but allemand (3-1, 51e). Remplacé à la 58e par Rafa Silva intéressant dans ses déplacements.

  • Bernardo Silva (3,5) : après avoir été un peu malmené en début de match, le joueur de Manchester City se distingue sur une superbe ouverture qui amène l'ouverture du score de Ronaldo (1-0, 15e). Par la suite, l'ancien Monégasque a souvent dû reculer face au pressing allemand. Remplacé à la 46e par Renato Sanches (5,5) qui a essayé d'apporter par son aisance technique et sa vision du jeu. Sa lourde frappe heurte le montant de Neuer (78e).

  • Fernandes (2) : le milieu de Manchester United n'a pas franchement rayonné en première mi-temps. Ses partenaires ont éprouvé quelques difficultés à le trouver. L'intéressé a traversé la rencontre comme un mirage. Remplacé à la 64e par Moutinho qui frappe le coup-franc qui amène le but de Jota (2-4, 67e).

  • Jota (3) : l'attaquant de Liverpool a fait preuve d'un altruisme remarquable en distillant une offrande à Cristiano Ronaldo sur l'ouverture du score (1-0, 15e). Par la suite, les choses se sont gâtées pour l'ailier lusitanien difficile à trouver par ses partenaires. L'ancien joueur de Wolverhampton profite d'une belle remise de Ronaldo pour réduire le score (2-4, 67e). Malgré une belle mobilité dans ses déplacements, il n'a eu que trop peu d'influence sur les mouvements offensifs de son équipe. Remplacé à la 82e par André Silva

  • Ronaldo (3,5) : le buteur lusitanien ne s'est pas loupé sur sa première opportunité. Servi sur un plateau par Jota, CR7 ne tremble pas pour pousser le cuir dans les filets et ouvrir le score (1-0, 15e). La suite fut beaucoup plus compliquée pour le joueur de la Juventus qui n'est pas parvenu à sauver les siens face au rouleau compresseur allemand. Passeur décisif pour Jota sur la réduction du score portugaise (2-4, 67e).

Allemagne

  • Neuer (4) : le gardien de la Mannschaft est battu dès la 15e minute de jeu alors qu’il est complètement abandonné par sa défense. Il s’incline rapidement face à Ronaldo très bien servi par Diogo Jota. Il encaisse un but de l’attaquant de Liverpool en seconde période sur lequel il ne peut pas non plus faire grand chose (66e). En fin de match, il voit une frappe surpuissante de Renato Sanches filer sur son poteau qui le sauve (78e). Match compliqué car à part les deux buts qu'il encaisse, il n'a absolument rien eu à faire.

  • Rüdiger (4) : dans le dur en première période, où il est notamment aux fraises sur le but de Cristiano Ronaldo (15e), il se montre plus solide dans le reste du match alors que lui et ses coéquipiers montent en puissance au fur et à mesure que les minutes passaient. Il reste le défenseur qui a réalisé la prestation la moins concluante face à la Seleção. Un seul duel remporté sur 4 disputés, 5 ballons perdus et aucune sérénité dans son jeu à l'image de cette erreur en fin de match qui aurait pu amener un nouveau but portugais (93e). Clairement pas le même joueur qu’en club alors qu’il a excellé dans la seconde partie de saison avec Chelsea.

  • Hummels (5) : peut-être le défenseur allemand le plus solide ce soir. Moins en difficulté qu’Antonio Rüdiger ou Matthias Ginter, il termine la rencontre avec une copie plus propre. 3 dégagements, une interception, deux tacles et une lecture du jeu et des trajectoires utiles pour bien gérer cette ligne de trois défenseurs dont il est censé être le leader au regard de son expérience et de son âge (32 ans). Remplacé par Emre Can (63e).

  • Ginter (3) : prestation compliquée de la part du joueur du Borussia Dortmund qui a semblé être en difficulté dans ce système à trois défenseurs. Beaucoup trop haut sur le terrain, il n’a jamais réussi à bien se caler par rapport à ses coéquipiers, en témoigne le but de Cristiano Ronaldo où l’intéressé est à l’opposé du terrain délaissant sa charnière. Il est de nouveau fautif sur le but de Jota en seconde période en couvrant Cristiano Ronaldo, passeur sur ce coup, de justesse (66e).

  • Kimmich (7,5) : à l’image de Robin Gosens, le polyvalent joueur du Bayern Munich qui évoluait dans son stade aujourd’hui, s’est montré très impliqué et très à l’aise offensivement. Positionné très haut dans son couloir, il est à l’origine du deuxième but allemand avec ce centre puissant qui est détourné par Raphaël Guerreiro dans ses buts (39e), comme Ruben Dias quelques minutes auparavant. Finalement, il obtient bien une passe décisive avec ce centre qui se transforme en passe décisive pour Robin Gosens à la 60e minute de jeu.

  • Gündogan (6) : encore un bon match de la part du joueur de Manchester City. S’il n’a pas été directement impliqué sur un but aujourd’hui (contrairement à ce qu’il fait régulièrement en Premier League notamment cette saison), il a été à l’initiative de nombreuses actions dangereuses. Avec 4 passes en profondeur accomplies et un taux de passes réussies important (95,4%) il aura été l’une des rampes de lancement de cette équipe allemande. Remplacé par Niklas Süle (72e).

  • Kroos (7) : l’autre maître à jouer de cette Mannschaft c’est évidemment le milieu de terrain madrilène. Face aux Portugais de son ancien coéquipier Cristiano Ronaldo, il a encore une fois été étincelant dans l’entrejeu. Très actif avec un abattage à la récupération et une activité très importante sur une large partie du terrain couverte, il termine la rencontre avec le plus haut taux de ballons touchés côté allemand (82e). Défensivement aussi il a été intéressant avec 4 interceptions dans ce milieu de terrain où il a excellé aux côtés d’un très bon Ilkay Gündogan.

  • Gosens (9) : voir ci-dessus.

  • Havertz (8) : l’électron libre de Chelsea a été capital dans le succès de l’Allemagne ce samedi face au Portugal. Il a été partout sur le terrain et notamment dans la moitié de terrain adverse où il a beaucoup bougé et changé de côté pour tenter d’apporter sa justesse technique et son sens du jeu. Le but égalisateur de Ruben Dias contre son camp (34e) aurait pu lui être attribué alors qu’il était à la limite d’inscrire lui même ce but, à quelques centimètres près. Finalement il est bien buteur en seconde période (50e) en reprenant un nouveau excellent centre de Robin Gosens de la gauche. Remplacé par Leon Goretzka (72e) qui s’est procuré une grosse occasion avec cette frappe trop haute (82e).

  • Gnabry (5,5) : actif en début de match grâce à son positionnement intéressant entre les lignes, il a été plus discret après la révolte allemande suite à l’ouverture du score de Cristiano Ronaldo (15e). Il a beaucoup décroché pour tenter de faire bouger les têtes des défenseurs portugais. Pas impliqué sur un but directement, il rate un face-à-face avec Rui Patricio (45e), seule action dangereuse qu’il s’est procuré. Remplacé par Leroy Sané (88e).

  • Müller (6) : Comme Serge Gnabry, il n’a pas été le plus en vue car pas impliqué directement sur l’un des quatre buts allemands. Mais il a été celui par qui la plupart des ballons et des bons coups sont passés. 3 passes clés, une occasion crée, 100% de réussite sur ses centres et une combativité défensive louable à l’image de ce tacle dans la surface adverse qui lui permet de remporter un duel et de récupérer un ballon important (13e).

Plus d'infos

Commentaires