Equipe de France : pourquoi la Hongrie va faire du bien

Après la victoire face à l'Allemagne, les Bleus étaient tous beaux et tous clinquants. Le nul contre la Hongrie, sous une forte température, a ravivé quelques inquiétudes. Pour autant, c'est ce qui a pu arriver de mieux aux Français.

Antoine Griezmann lors d'un entraînement des Bleus pendant l'Euro
Antoine Griezmann lors d'un entraînement des Bleus pendant l'Euro ©Maxppp
La suite après cette publicité

« Quelle démonstration de force, un match dominé au-delà du résultat : les Bleus sont les grands favoris de l'Euro 2020 (...) Leur moteur est plus puissant et raffiné que celui allemand. Ils sont favoris du tournoi et ne se perdent pas dans leur propre beauté. » « C'est une Dream Team, un peu comme les stars américaines de NBA aux Jeux Olympiques. » Voici ce qu'on lisait en Italie dans la Gazzetta dello Sport ou dans le Corriere della Sera après la victoire des Bleus contre l'Allemagne (1-0).

On attendait donc impatiemment la rencontre face à la Hongrie pour que les Bleus montrent leurs talents offensifs, face à une équipe qui évolue en bloc bas et contre laquelle Antoine Griezmann, Kylian Mbappé et Karim Benzema, pour ne citer qu'eux, devaient se régaler. Sur le terrain, à 15h, sous une chaleur de plomb, cela n'a pas vraiment été le cas.

Les Français ont eu tout le mal du monde à inquiéter Gulasci, le portier hongrois. Seul Antoine Griezmann, en deuxième période, a réussi à trouver la faille pour ramener les champions du monde en titre à égalité dans cette rencontre. Malgré les allants offensifs des hommes de Didier Deschamps, aucun but ne sera marqué entre l'égalisation et la fin du match (1-1).

Deschamps a pu rabrouer ses joueurs

Alors, forcément, les critiques ont commencé à s'abattre sur les Bleus. Pourtant, c'est peut-être la meilleure chose qui leur soit arrivée. En effet, après la victoire contre la Mannschaft, totalement maitrisée, les Français auraient pu se montrer suffisants et vu la qualité du groupe de 26, même amputé d'Ousmane Dembélé, qui a déclaré forfait, ça aurait franchement fait mal au coeur de les voir se saborder eux-mêmes.

Avec ce résultat aussi inattendu que décevant, les Bleus ont là leur piqure de rappel. Aucune équipe ne sera simple à battre dans cette compétition, et elle ne sera pas un long fleuve tranquille. Cela aura aussi permis à Didier Deschamps de concerner ses joueurs et de leur faire rentrer dans la tête, si ce n'était pas déjà le cas, qu'une compétition ne se gagne pas uniquement sur le talent, aussi grand soit-il. C'est ce qu'a avoué aussi Hugo Lloris en conférence de presse ce mardi : « c'est important d'arriver avec des repères. C'est important de connaître des difficultés, contre les Allemands contre les Hongrois, on a connu des difficultés. On ne nous donnera rien. C'est du haut niveau. Tout ça c'est positif ».

Il faut envoyer un message

On en a pour preuve la déclaration en zone mixte de Corentino Tolisso : « non, je pense qu’il faut étudier ce qui a bien été et moins bien été, c'est à nous de continuer à travailler, on a gagné un match on n'a pas dit qu'on était tout en haut, on a fait match nul, on n'est pas tout en bas, il ne faut pas tout remettre en cause. On a encore trois-quatre jours pour travailler ».

Ce mercredi soir, à nouveau en Hongrie, contre le Portugal, il faudra se ressaisir et se montrer concerné. Juste histoire de se rappeler aux bons souvenirs de certains qui sont les champions du Monde en titre. Faire peur aux autres n'a jamais fait de mal et en s'imposant avec cohérence contre la Seleção, les Bleus obtiendraient la première place du groupe et enverrait un message aux candidats à la victoire finale.

Plus d'infos

Commentaires