Montpellier - Marseille : les notes du match

Par La Rédaction FM
10 min.
Alexis Sanchez, pendant Montpellier vs. Marseille @Maxppp

L’Olympique de Marseille a pris le meilleur sur Montpellier grâce à une performance collective aboutie (2-0). Chancel Mbemba a été au four et au moulin et est donc logiquement nommé homme du match selon notre rédaction.

Avant-dernier match de la 17e journée de la Ligue 1 au Stade de la Mosson, où Montpellier, 14e du Championnat, défiait Marseille, actuellement 3e avec 33 unités, pour un Derby du Sud de la France. Avec le finaliste du Mondial 2022, Veretout, mais sans Guendouzi, l’OM débutait timidement cette rencontre, qui allait d’un but à l’autre, mais sans aucune véritable occasion à signaler. La meilleure occasion olympienne de la première mi-temps aura été ce centre de Clauss, qui a surpris Omlin et l’a obligé à dégager sur sa transversale (18e). Et malheureusement, Clauss a été contraint de céder sa place quelques minutes après, touché aux adducteurs (24e). Côté MHSC, Wahi et Mavididi se montraient remuant, sans vraiment créer du danger.

La suite après cette publicité

Mais après la pause, l’OM a passé la vitesse supérieure. Sur un centre d’Ünder, dévié par Veretout, Omlin repoussait sur sa ligne. Mais derrière, Tavares a contrôlé avant de lâcher une superbe frappe enroulée en lucarne (1-0, 47e). De quoi libérer l’OM, plus tranchant en seconde période. À l’heure de jeu, sur un corner parfaitement tiré par Ünder, Mbemba poussait pour obtenir le ballon au second poteau… finalement détourné par Estève dans son propre but (2-0, 61e). L’OM avait fait le plus dur au meilleur des moments et après cela, les Héraultais n’auraient logiquement pas dû revenir. Mais une expulsion bête de Tavares en fin de match (85e) à donner espoir au MHSC, qui a réduit l’écart sur un penalty de Savanier (2-1, 90e). Mais au terme d’une fin de match folle, l’OM monte sur le podium et enchaîne une quatrième succès de suite avant d’aller à Troyes. La situation commence à se tendre à Montpellier, 14e et à quatre points de la zone rouge, qui ira à Nice lors de la 18e journée.

À lire Nice : Sanson ne comprend pas le report du match contre l’OM

Montpellier

  • Omlin (6) : il a été mis très vite en danger par l’OM en bloquant en deux temps la frappe puissante de Cengiz Ünder (6e) puis en repoussant le centre-tir de Jonathan Clauss sur son poteau droit (19e). Au retour des vestiaires, il arrête la tête de Veretout mais sans parvenir à stopper la reprise ensuite de Tavares qui a ouvert le score (47e). Omlin a sauvé son équipe du deuxième but marseillais sur la tête de Sead Kolašinac arrêtée sur sa ligne (54e). Le portier de Montpellier termine quand même la rencontre avec un total de sept arrêts. Sans lui, l’addition aurait pu être bien plus salée.

  • Sacko (4,5) : le latéral du MSHC n’a peu l’impact le plus régulier sur son couloir, notamment offensivement. Néanmoins, il faut lui reconnaître quelques interventions défensives inspirées avec trois tacles, deux récupérations, une interception et un tir bloqué, tout en remportant la plupart de ses duels. C’est en attaque que Sacko a eu du mal à se montrer solide et surtout décisif pour permettre aux lignes offensives de se procurer plus d’opportunités. Remplacé par Souquet à la 78e minute.

  • Esteve (4) : le défenseur central a fait preuve d’une belle domination aérienne pour repousser les dangers provenant des ailes marseillaises qui ont à plusieurs reprises tenté des centres flottants (27e, 54e), tout en rassurant son gardien sur les tentatives dans la surface (3e, 56e). Une vraie maturité et une communication toujours aussi précieuse. Malheureusement, il a trompé son propre gardien en voulant défendre Mbemba sur le deuxième but de l’OM (61e), fautif donc d’un CSC.

  • Julien (4) : il a également été solide sur ses prises de décisions avec notamment une belle intervention sur Tavares (40e) dans la surface pour éloigner le danger. Même chose en seconde période peu de temps après le but où il a taclé pour dégager en corner sur le centre de Payet (53e). Averti suite à son altercation avec Nuno Tavares (86e). A noter également ses montées en attaque qui ont pu être précieuses par son jeu aérien lorsque Montpellier poussait.

  • Maouassa (3,5) : en première période, le latéral de 24 ans a tout fait pour se montrer dangereux et débloquer la situation par des centres inspirés (15e, 45e+1 45e+2) mais il a très souvent croisé le chemin d’une défenseur de l’OM présent pour contrer ses tentatives. Sa reprise du pied gauche sur le centre de Ferri a bien failli faire exploser la Mosson avant la pause (45e+2). Remplacé par Cozza à la 63e minute.

  • Leroy (5) : souvent concentré et appliqué, il a été précieux notamment en défense, avec ce retour impressionnant sur Nuno Tavares (26e), symbole de ses huit duels remportés sur les douze. Il a été souvent convoité à la relance avec 49 ballons touchés et un total de 79% de passes réussies. Une prestation complète, propre et solide qui ne demandait qu’à être plus décisive. Il a pâti du manque d’opportunités de son équipe.

  • Ferri (3) : beaucoup trop discret en première période, il est apparu hésitant et détaché du jeu du MHSC notamment dans les phases de contres de son équipe. Pas assez présent dans la relance et la création, Ferri a laissé un peu trop seul son comparse Leroy dans le bloc du milieu devant la défense. Averti pour une faute dans le rond central sur Valentin Rongier (52e). Remplacé par Chotard à la 78e minute qui a évité le troisième but marseillais en repoussant de l’épaule sur sa ligne.

  • Mavididi (3,5) : il a perdu la plupart de ses duels avec seulement deux remportés sur sept tentés. De manière générale, il n’a pas eu l’impact escompté pour un joueur de son calibre, perdant également un total d’onze ballons. Il n’a pas été assez présent pour aider Savanier à la création, le MHSC aurait eu bien besoin de ses qualités offensives pour - au moins - cadrer plus d’une frappe dans la rencontre. Mavididi a tenté de lancer en profondeur plusieurs de ses coéquipiers mais sans succès.

  • Savanier (6,5) : comme à son habitude, le capitaine du MHSC a fait preuve d’un gros volume de jeu dans l’axe comme sur les côtés. Capital dans la création et le mouvement du mal, il a été au centre du collectif de son équipe. Savanier s’est également chargé de tous les coups de pied arrêtés qui ont fait douter l’OM. Il a remporté cinq de ses huit duels en affichant un total de passes réussies de 90%. Rien à dire de négatif sur la prestation de Savanier qui a brillé une nouvelle fois en tentant de porter son équipe. Il réussit son péno dans le temps additionnel (90e+1)

  • Nordin (3) : très discret pour ne pas dire invisible, il n’a touché que neuf ballons en première période pour cinq pertes de balle. L’ailier de Montpellier a eu beau essayé de prendre efficacement les espaces mais il a rarement été servi. A la pause, il n’avait tenté que cinq passes. Sa frappe avant de sortir a été contrée par Bailly (56e). Remplacé par Makouana à la 63e minute qui provoque le pénalty transformé par Savanier (90e+1)

  • Wahi (5) : l’attaquant montpelliérain a réalisé un solide travail dans les espaces, en enchaînant de très bons appels. A plusieurs reprises, il s’est trouvé en bonne position et attendait les services de Savanier (12e). Wahi a aussi été très présent dans les tentatives de contre-attaques du MHSC en percutant efficacement (28e). Avec sa puissance et ses courses, il est apparu comme un danger régulier pour la défense de l’OM. Il a provoqué de nombreuses fautes et s’est battu sur tous les ballons qu’il a pu avoir. Il a remporté également six de ses neuf duels. Il ne manquait qu’un but pour conclure une prestation loin d’être bonne. Remplacé par Germain à la 82e minute.

La suite après cette publicité

Marseille

  • Lopez (5) : la très bonne sortie du portier marseillais loin de ses cages pour devancer Wahi a été salvatrice pour son équipe (13e). Après cette intervention, les attaquant montpelliérains n’ont plus réussi à mettre en danger le dernier rempart marseillais de toute la première période. Il est bien intervenu sur le corner montpelliérain au retour des vestiaires (49e). Ensuite, il n’a plus eu grand chose à se mettre sous la dent jusqu’à sa sortie complètement ratée en fin de match sur Makouana ce qui a provoqué un penalty inutile (90e).

  • Mbemba (7,5) : le défenseur s’est montré solide pour résister à la fougue de Wahi. Il a aussi réussi des gestes assez sensationnels comme sur cette passe aveugle pour Kaboré même si son coéquipier a complètement raté son centre dans la foulée (38e). Mbemba a aussi apporté le surnombre en attaque comme sur ce centre de Payet où il a devancé son adversaire direct pour placer sa tête (54e). Très impliqué, il a été au four et au moulin pour mener l’Olympique de Marseille vers la victoire.

  • Bailly (7) : la défense olympienne a défendu avec autorité pour limiter les possibilités adverses en attaque. Bailly a réalisé une superbe intervention sur Wahi juste avant la pause (44e) et il a sorti le grand jeu également face à Nordin pour empêcher le Montpelliérain d’égaliser alors qu’il était à seulement quelques mètres des buts marseillais (57e). Il a été remplacé par Balerdi (66e).

  • Kolasinac (6) : défensivement, le Bosnien a été moins visible que ses coéquipiers notamment parce que la défense marseillaise a très bien coulissé pour bloquer les velléités adverses. offensivement, il a manqué le break de peu sur corner en plaçant sa tête mais Omlin est bien intervenu sur sa ligne pour éconduire le défenseur (54e).

  • Clauss (non noté) : son centre devenu une frappe aurait pu tromper le portier adverse (19e). Le Marseillais se blessait après un duel avec Mavididi (23e). Il a alors été remplacé par Kaboré (25e) : (4). Le nouvel entrant ne s’est pas montré sous son meilleur jour en ratant presque tout ce qu’il aura tenté pendant cette rencontre. Ses centres ont notamment très rarement trouvé preneur. Il a perdu des points à cause de ses nombreuses erreurs malgré ses bonnes intentions.

  • Rongier (6) : le milieu de terrain olympien a pris la mesure de ses adversaires. Sans être flamboyant, il a permis à l’Olympique de Marseille de garder le ballon et de faire le jeu face à une équipe montpelliéraine pas assez souveraine dans l’entrejeu pour espérer mieux. Grâce à son activité incessante, le Français a permis au bloc marseillais de monter haut tout comme ses coéquipiers de la charnière défensive.

  • Veretout (6,5) : comme son coéquipier du milieu de terrain, il a été intéressant sans être transcendantal. Il aurait pu ouvrir le score en deuxième période mais Omlin a bien stoppé sa déviation vicieuse de la tête (48e). En deuixième période, il a disparu des radars progressivement. Il a donc été remplacé par Gueye (66e).

  • Tavares (6) : Marseille a exploité les couloirs pour amener le danger grâce à de nombreux centres. Tavares a même réalisé un amour de petit pont sur Christopher Jullien avant de s’écrouler au contact du défenseur mais l’arbitre n’a pas bronché (40e). Au retour des vestiaires, le latéral olympien a trouvé la faille d’une lourde frappe sous la barre (48e). Son exclusion pour un geste d’humeur totalement inacceptable lui fait perdre des points alors qu’il avait réalisé un très bon match jusque-là (86e).

  • Ünder (7) : dès le début de la rencontre, le Turc se montrait dangereux en crochetant dans la surface avant d’armer une frappe bien arrêtée par Omlin (6e). Toujours aussi virevoltant, il a multiplié les courses pour apporter le danger en attaque mais sans réussite. L’ailier aurait pu inscrire un but magnifique sur un deuxième ballon mais Chotard a réalisé une intervention de l’épaule pour sauver les siens (83e).

  • Payet (6,5) : le numéro 10 olympien a essayé d’amener le danger avec sa qualité de passe en trouvant à plusieurs reprises ses coéquipiers de l’attaque marseillaise mais il a manqué le dernier geste pour réussir à ouvrir le score en première période. Il a été remplacé par Guendouzi (66e).

  • Sanchez (5) : l’attaquant de pointe marseillais n’a pas réussi à se procurer la moindre occasion lors des 45 premières minutes même s’il s’est démené sur le front de l’attaque. Il a réalisé une superbe intervention défensive pour stopper la contre-attaque montpelliéraine (47e). Sanchez a été écoeuré par Omlin sur coup franc (80e) puis sur une tête (81e). Un match à oublier pour le Chilien.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité