RB Leipzig : comment Angeliño est devenu indispensable

Sosie raté de Pitbull, Angeliño est bien plus que ça. Le latéral gauche espagnol de 23 ans est actuellement dans une forme éclatante avec le RB Leipzig dont Julian Nagelsmann en a fait l'un de ses hommes de base.

Angelino avec le maillot du RB Leipzig
Angelino avec le maillot du RB Leipzig ©Maxppp

Arrivé très jeune à Manchester City, José Ángel Esmorís Tasende dit Angeliño a connu un début de carrière mouvementé multipliant les prêts (New York City, Girone, Majorque, NAC Breda et PSV Eindhoven). Lors de la saison 2019/2020, il avait enfin sa place au sein de l'équipe première où il devait concurrencer Benjamin Mendy et Oleksandr Zinchenko au poste de latéral gauche. Le natif de Coristanco a failli dans sa mission malgré les pépins physiques du Français et de l'Ukrainien. Il a notamment payé une prestation calamiteuse contre Liverpool (3-1) qui avait alors permis aux Reds de s'envoler vers le titre de champion d'Angleterre. Sorti peu après des plans de Pep Guardiola, il avait été prêté par Manchester City au RB Leipzig à l'hiver et restera au club allemand jusqu'en juin 2021.

La suite après cette publicité

Un choix déterminant dans la carrière d'Angeliño qui a ainsi pu retrouver du temps de jeu et où son style de contre-attaquant fait des dégâts. Pas forcément toujours fiable défensivement, il a un apport non négligeable sur le plan offensif comme il l'avait montré lors de son passage au PSV Eindhoven (1 but mais 10 passes décisives en 34 matches d'Eredivisie). Cela se pressentait l'an dernier quand Julian Nagelsmann avait établi son équipe en 3-4-3 et 3-5-2 pour installer l'Espagnol, les choses sont de plus en plus claires désormais. À l'instar de Lucien Favre l'an dernier qui misait beaucoup sur les qualités de Raphaël Guerreiro et Achraf Hakimi, le jeune coach de Leipzig donne sa confiance à Angeliño et l'Espagnol lui rend bien.

Julian Nagelsmann est sous le charme

En tout cas Julian Nagelsmann est totalement conquis par son latéral gauche : «je dois admettre qu'il est arrivé après avoir travaillé sous la direction d'un excellent manager. Je ne peux pas me féliciter. Il est arrivé en tant que joueur bien développé. Nous n'avons pas encore fait venir beaucoup de joueurs de Pep Guardiola, donc nous ne pouvons pas faire de comparaison. Mais son temps d'adaptation a été minime, car il venait d'une grande équipe et avait un excellent coach, qui lui a sûrement appris quelque chose. Il est curieux, écoute et met en œuvre des choses, car c'est un grand footballeur avec un instinct de jeu.» Son style offensif permet ainsi à Leipzig d'avoir une alternative aux joueurs offensifs à apporter le danger et cela se remarque en ce début de saison.

Pour notre confrère de Fussball Transfers, Lukas Hörster, Julian Nagelsmann a trouvé en Angeliño le joueur qui lui fallait : «dès le premier jour, il a joué un rôle très important au RB Leipzig. Nagelsmann a besoin de pistons rapides qui peuvent attaquer et défendre pour son équipe. À Hoffenheim, il a fait de Nico Schulz un international allemand. Il appelle le poste de piston : «joker», parce que ces joueurs sont des joueurs offensifs et défensifs. Klostermann, Halstenberg et peut-être aussi Mukiele ne sont pas assez bons en termes offensifs pour un système à 3 ou 5 défenseurs.» Auteur de 2,2 passes clefs par match cette saison ainsi que de deux passes décisives en onze matches, il sait aussi être efficace devant les cages avec cinq buts. Un impact important sur le jeu de son équipe qui ne cesse d'augmenter avec le temps.

Au sommet de son art

C'est en partie grâce à lui que le RB Leipzig compte déjà deux victoires en Ligue des Champions. Auteur d'un doublé contre Istanbul Basaksehir (2-0), il a aussi délivré une passe décisive pour Christopher Nkunku lors de la victoire face au PSG (2-1). De nouveau opposé aux Franciliens, l'Espagnol tentera de mettre à défaut le club de Thomas Tuchel lui qui est déjà devenu si déterminant à Leipzig surtout depuis le départ de Timo Werner. «Leipzig savait qu'ils ne pouvaient pas acheter des joueurs de la qualité de Werner alors ils ont changé leur système. Les petits acteurs techniques comme Forsberg ou Olmo sont plus importants maintenant et en plus, Angeliño est beaucoup plus offensif. Il est le joueur qui donne le rythme maintenant» ajoute notre confrère Lukas Hörster.

Épanoui, Angeliño ne manque pas de le faire savoir. Dans une récente interview pour Marca, il a souligné l'importance de Julian Nagelsmann dans sa progression : «la confiance qu'il m'a accordée a été importante. Je vais encore mieux. Après les premiers mois, je pense que je vais en faire plus. Vous pouvez dire qu'il m'aime et que cela me motive, qu'il me donne cette liberté de m'exprimer sur le terrain. Mais la relation qu'il entretient avec tout le monde est très bonne. Je pense que nous avons une très bonne relation. Je suis content de ma situation, avec lui, qui m'aide beaucoup. Cela m'a donné un énorme coup de pouce, après six mois avec Pep. C'est pourquoi je suis revenu ici, j'étais content avec lui et j'allais bien et voyant qu'il me tirait vers le haut, je devais venir pour continuer à m'amuser.» Sur une continuelle pente ascendante, Angeliño sera particulièrement attendu cette saison. Cela débute notamment ce mardi avec un match décisif de Ligue des Champions contre le Paris Saint-Germain (à suivre en live commenté sur notre site).

Plus d'infos

Commentaires