Bruno Cheyrou décrypte les méthodes de recrutement de l'OL

Bruno Cheyrou, directeur du recrutement de l'OL depuis cet été, a expliqué le fonctionnement de sa cellule et fait le point sur ses relations avec le directeur sportif Juninho.

Bruno Cheyrou a rejoint l'OL
Bruno Cheyrou a rejoint l'OL ©Maxppp

Comment l'Olympique Lyonnais, actuel 3e de Ligue 1, recrute-t-il ? Le Progrès s'est posé la question et a interrogé Bruno Cheyrou, directeur du recrutement depuis quelques mois maintenant, pour y répondre. S'il n'a pas trahi de secrets sur les arrivées de Djamel Benlamri, Lucas Paqueta, Julian Pollersbeck, Mattia Di Sciglio ou Cenk Özkaçar, le responsable rhodanien a tout de même donné quelques indications sur le mode de fonctionnement de sa cellule.

La suite après cette publicité

«On est quatre scouts, trois et moi, pour la partie professionnelle. La direction ne veut pas 50 scouts partout dans le monde comme peuvent le faire des clubs anglais. Il faut arriver à prioriser et cibler certains territoires, avoir la bonne information. On travaille aussi à créer une database, pour avoir un maximum d’informations, les archiver», a-t-il d'abord expliqué.

Les relations avec Juninho sont bonnes

Sur ses méthodes de travail, l'ancien milieu de terrain, qui considère qu'il faudrait superviser au moins 15 fois un joueur pour tout savoir sur lui et minimiser le risque, explique tenter la marge d'erreur et aider les décisionnaires. «On recrute un joueur, mais aussi un être humain. (…) On essaye d’avoir par notre réseau une indication sur la qualité de la personne, quelle est sa vie, s’il est marié, s’il a des enfants… Le prix du transfert pèse aussi sur la qualité de la performance et sur la perception que l’entourage peut en avoir», indique-t-il avant de poursuivre. «Le but est de se tromper le moins possible et de réduire l’incertitude pour les décideurs. Mais c’est un métier de frustration. On est juste là pour dire "il est bon", pas "il faut le faire".»

Sa mission principale : trouver les joueurs demandés par Juninho, son directeur sportif. «Le profil Ligue des Champions. Je réponds à la demande de Juni, de la direction sportive, du coach, du président, par rapport à une orientation stratégique, à un instant», a-t-il précisé, assurant que c'est le Brésilien qui prenait les décisions finales. «Même s’il y a un échange, où je lui donne mon point de vue, c’est Juni qui décide», a-t-il conclu, ajoutant qu'il partageait le même regard que l'Auriverde sur le jeu et travaillait «en bonne intelligence» avec lui. De quoi tordre le cou à certaines rumeurs.

Plus d'infos

Commentaires