France - Croatie : les notes du match

Pour la première fois de l'histoire, la Croatie a battu la France (1-0) ce lundi, pour la 4ème journée de la Ligue des Nations. Les Bleus, très décevants au Stade de France face à un Luka Modric de gala, ont au passage dit adieu à la première place du groupe 1 après ce rassemblement ponctué d'aucune victoire en 4 matchs.

Modric trompe Maignan sur penalty lors de France-Croatie, le 13 juin 2022
Modric trompe Maignan sur penalty lors de France-Croatie, le 13 juin 2022 ©Maxppp
La suite après cette publicité

Système tactique, gardien de but, charnière centrale... en quatre rencontres, Didier Deschamps a quasiment tout essayé et rien n'a vraiment fonctionné dans cette Ligue des Nations. Dos au mur, les Bleus étaient pourtant dans l'obligation de l'emporter afin de montrer un visage rassurant et d'éviter une relégation en Ligue B pour les vainqueurs en titre de la compétition. Cette fois, Deschamps a opté pour un 4-4-2 avec un milieu Rabiot-Kamara-Guendouzi-Nkunku peu expérimenté, derrière Mbappé et Benzema.

Mais même avec ses deux stars d'attaque, l'équipe de France manquait clairement de technique et se faisait clairement bousculer par des Croates morts de faim. D'entrée, un Konaté en manque de concentration commettait une faute bête sur Budimir. Un penalty logiquement accordé et transformé par Modrić, Maignan ne pouvait qu'effleurer du gant le ballon (1-0, 5e). Incapable de réagir ensuite avec un duo Kamara-Guendouzi en grande difficulté face au milieu croate, la France ne parvenait même pas à inquiéter Ivusić, à l'image d'une frappe de Nkunku bien dévissée (28e).

Les Bleus avaient besoin de vacances

Et après une première période clairement à oublier, Deschamps décidait de répondre à la domination athlétique de la Vatreni en faisant entrer Tchouameni. Un choix décisif puisque les Bleus parvenaient enfin à mieux se trouver et pouvait se créer leur première occasion franche grâce à Mbappé, mais Ivusic était attentif (54e). Mais la France retombait ensuite dans ses travers et c'est même la formation au damier qui était plus proche de faire le break.

L'erreur de Pavard était finalement sauvée par un retour magnifique de Tchouameni (61e) et Majer trouvait les poings de Maignan (72e). C'est donc sur un quatrième match sans victoire que les Bleus terminent leur mois de juin et jouent désormais le maintien dans cette Ligue des Nations, avant les deux derniers matches de septembre, contre l'Autriche et au Danemark. De quoi semer le doute avant le Mondial 2022, en novembre...

L'homme du match

Modric (8,5) : l'infatigable milieu du Real Madrid a parfaitement lancé son match en ouvrant rapidement le score sur penalty (5e). Le vétéran croate a ensuite été très présent dans l’entrejeu en distribuant de très bons ballons et en construisant bien les attaques des siens, notamment grâce à sa très grande qualité de passe. En début de seconde période, lorsque la France mettait une grosse pression, il a fait parler son expérience et son calme pour casser le rythme et garder le contrôle du match.

France

  • Maignan (5) : impérial en Croatie il y a quelques jours, le portier de l'AC Milan a vécu une soirée mitigée. Pour lancer son match, sa main n'était pas assez ferme sur le penalty transformé par Modric (5e). Il a en revanche été quasi impeccable, aussi bien loin de son but (15e), que sur sa ligne (72e, 88e).

  • Koundé (3) : de nouveau positionné dans un rôle de latéral droit qu'il n'affectionne pas tant que ça, le défenseur central du Séville FC n'a pas réalisé un bon match. Défensivement, on ne l'a pas toujours senti impérial, alors qu'offensivement, il ne s'est quasiment pas projeté pour apporter des solutions dans son couloir (0 centre). Remplacé à la pause par Pavard (3,5). Le défenseur du Bayern Munich n'aura pas affiché un visage permettant de calmer ses nombreux détracteurs du moment. Défensivement (1/4 au duel) comme offensivement (2 timides centres), il a paru très fébrile. Averti pour une semelle sur Brekalo (62e).

  • Konaté (3,5) : propre mais sans plus pour sa première cape en Autriche, le défenseur de Liverpool a vécu une soirée plus délicate au Stade de France. Fautif pour une légère poussette dans le dos de Budimir (3e), il a aussi eu beaucoup de mal à contenir les appels dans son dos. C'était aussi compliqué quand il fallait allonger. À noter tout de même quelques interventions précieuses dans sa surface (43e, 44e).

  • Kimpembe (5) : de nouveau titulaire et capitaine de l'équipe de France, le défenseur central du PSG, toujours aussi féroce dans les duels, a rendu une copie moyenne. Il n'a pas commis d'erreur grotesque, et a globalement bien fait le travail quand il le fallait (3/3 au duel), mais on ne l'a pas senti dans une forme étincelante non plus.

  • Digne (4,5) : l'ancien latéral gauche du PSG ou encore du Barça a beaucoup plus apporté offensivement que le côté opposé des Tricolores. Il a multiplié les tentatives et a globalement été assez appliqué, même défensivement. Sans toutefois que cela fasse mouche. Le joueur d'Aston Villa n'a aussi pas hésité à tenter sa chance (45e+1), ou à provoquer dans la surface (67e).

  • Kamara (4) : positionné en pointe basse du milieu à trois aligné par Deschamps, le joueur d'Aston Villa a été bien moins intéressant qu'en Autriche pour sa grande première. Il n'a que très peu pris de risques, et a manqué d'inspiration dans la relance balle au pied. Dès qu'il montait légèrement d'un cran, on le sentait un poil plus à l'aise, même s'il a plutôt bien contrôlé devant la défense. Remplacé par Tchouameni (5) à la mi-temps. Le nouveau joueur du Real Madrid a apporté d'emblée cette énergie qui manquait tant aux Bleus, à l'image de sa frappe certes trop appuyée mais cadrée (47e) ou de son retour salvateur dans la surface (58e). Sans au final parvenir à influer sur le résultat. C'est tout le collectif qui avait besoin de vacances ce soir.

  • Guendouzi (3) : assez rapidement averti pour une faute sur Brekalo (18e), le milieu de terrain de l'OM a d'abord semblé très effacé, voire un peu fatigué en première période. L'entrée de Tchouameni l'a légèrement aidé après la pause, mais le désormais ex-Gunner a quand même eu du mal à apporter toute sa fougue qui fait habituellement tant de bien à ses partenaires. Remplacé par Griezmann (80e), qui a fêté sa 108e sélection et ainsi égalé un certain Zinedine Zidane.

  • Rabiot (3) : le milieu de terrain de la Juventus n'aura cette fois pas trouvé la faille contre la Croatie, ne rendant également pas une copie très satisfaisante. Il a bien réalisé quelques gestes intéressants et utiles, comme cette talonnade pour Digne dans la surface. Mais globalement, c'était bien trop timide pour espérer obtenir autre chose. Averti pour contestation (67e).

  • Nkunku (4) : l'attaquant formé au PSG a le mérite d'avoir procuré le premier frisson au public français d'une frappe soudaine (28e), dans une soirée très compliquée à Saint-Denis. Il n'a ensuite pas pu régler la mire de la tête (45e+2) pour ce qui restera son dernier essai de la soirée. Le joueur du RB Leipzig, qui a réussi 88% de ses transmissions, a été un peu plus discret après la pause, réalisant probablement là son moins bon match de ce rassemblement. Remplacé par Coman (73e), qui a tenté d'apporter de la vitesse et de la percussion à droite, sans résultat au final.

  • Benzema (3,5) : la 97ème cape du serial buteur du Real Madrid ne restera pas dans les annales. Bien muselé par la défense centrale croate (1/4 au duel), KB9 n'a pas eu beaucoup de bons ballons à se mettre sous la dent. On l'a beaucoup vu tenter de combiner avec Mbappé dans les petits espaces. Il a peut-être été un peu trop altruiste sur certains coups, hormis sur le final, détourné par Ivusic (90e+4).

  • Mbappé (5,5) : l'attaquant du PSG a sûrement été le meilleur français sur la pelouse du Stade de France, ou du moins, le plus dangereux (2 passes clés) et le moins décevant. KM7, très remuant et montrant beaucoup d'envie alors qu'il n'était a priori pas à 100%, a beaucoup tenté mais a à chaque fois été mis en échec par le gardien adverse (7e, 55e, 61e).

Croatie

  • Ivusic (6,5) : il a réalisé une première bonne intervention après l’ouverture du score de son équipe en captant parfaitement une frappe flottante de Mbappé (6e). Le portier du NK Osijek a ensuite été très peu sollicité durant la première période par les attaquants adverses. Au retour des vestiaires, il a été assez attentif sur les premières velléités tricolores, avant de réaliser une belle parade sur une frappe lourde de Mbappé (54e), puis en remportant son duel devant le buteur parisien (61e). Il a ensuite réalisé un arrêt décisif au bout du temps additionnel sur une tête dangereuse de Benzema (90e+4).

  • Juranovic (6,5) : le latéral gauche croate est bien rentré dans son match sur son côté, bloquant parfaitement les offensives adverses en mettant beaucoup d’agressivité dans ses interventions et en se projetant rapidement vers l’avant pour aller apporter le danger.

  • Sutalo (7) : il a réalisé un bon début de match en défense effectuant plusieurs bonnes interventions grâce à sa bonne lecture du jeu. Il a fait preuve de calme dans le relance permettant à son équipe de repartir vers l’avant proprement. Le défenseur du Dynamo Zagreb a coupé de nombreuses trajectoires de passes et n’a pas hésité à donner de sa personne pour contrer les tentatives tricolores.

  • Erlic (7) : le défenseur de La Spezia a réalisé un bon début de match en étant très costaud dans les duels face aux attaquants adverses. Il a notamment fait parler sa puissance physique pour prendre l’ascendant sur ses adversaires et a été très propre dans ses relances. En seconde période, il est plusieurs fois intervenu au dernier moment pour empêcher les Bleus d’égaliser.

  • Stanisic (7,5) : mettant beaucoup d'impact dans ses interventions, il a bien bloqué les tentatives de débordement tricolore. Le latéral s’est livré à un gros duel avec Mbappé sur le côté droit. Malgré un important travail défensif, il s’est également porté vers l’avant en n’hésitant pas à monter pour apporter le surnombre.

  • Kovacic (7,5) : il a effectué un gros travail au milieu du terrain en coupant quelques bonnes trajectoires de passes et en empêchant les contre-attaques adverses. Le milieu de Chelsea aurait dû être averti en début de rencontre pour une grosse faute sur Mbappé, mais il n’a pas reçu de carton (10e). Il a également donné le tempo du pressing de son équipe et a réalisé un bon quadrillage au milieu. Remplacé par Sucic (90e+1).

  • Brozovic (8) : très actif en début de rencontre aussi bien à la relance que dans la construction des offensives croates, le milieu de l’Inter a été omniprésent au milieu du terrain et a fait parler sa grande qualité technique pour faire des différences et écarter le danger. Au retour des vestiaires, il a bien cassé le rythme lors du temps fort français en commentant et en obtenant des fautes. Le Croate a d’ailleurs été rapidement averti pour une faute d’antijeu sur Nkunku (49e).

  • Modric (8,5) : notre homme du match, voir ci-dessus.

  • Brekalo (6,5) : très remuant en début de rencontre, l’ailier croate a fait quelques débordements sur son côté gauche pour amener des centres dangereux mais a également réussi à obtenir de bons coups francs. Le joueur du Torino a aussi effectué quelques bons retours défensifs notamment en seconde période lorsque les Français mettaient la pression. Remplacé par Vlasic (73e). Comme son prédécesseur, il a effectué un gros travail défensif en fin de rencontre et il aurait pu également inscrire un but, mais Maignan était vigilant sur sa tentative au sol (88e).

  • Budimir (7) : il a réalisé un bon début de match, sur son premier contact avec Konate dans la surface française il a réussi à obtenir un penalty (3e). L’attaquant croate a mis une grosse pression sur ses adversaires et a très souvent pris la profondeur ce qui a mis en grande difficulté la défense française. Le buteur d’Osasuna a aussi effectué un gros travail dos au but permettant de créer de bons décalages pour ses ailiers et gagnant de nombreux ballons de la tête. Auteur d’un gros match, il a été logiquement remplacé par Kramaric (73e). Le buteur d'Hoffenheim a eu du mal à exister en fin de rencontre mais a participé activement au pressing de son équipe.

  • Pasalic (6) : il a été assez intéressant sur le côté droit de l’attaque croate, proposant toujours une solution offensive et réalisant un bon pressing sur la défense française. Défensivement, il est souvent redescendu assez bas pour venir soutenir Stanisic qui défendait face à Mbappé. Le joueur de l’Atalanta a cependant parfois eux du déchet dans ses transmissions. Il a été remplacé par Majer (64e). Le nouvel entrant aurait pu rapidement marquer mais sa puissante frappe était repoussée par Maignan (71e).

Plus d'infos

Commentaires