Temps Additionn'Elles : Amandine Henry : «Possible que ce soit ma dernière saison à l'OL»

Cadre de l'OL Féminin et de l'Équipe de France, Amandine Henry vit une année 2015 placée sous le signe du succès. La milieu de terrain espère bien poursuivre ainsi elle qui figure parmi les 10 finalistes pour le titre de Joueuse mondiale de l'année 2015. Pour Foot Mercato, la Française évoque ses ambitions mais aussi son avenir en club. Entretien.

Amandine Henry figure parmi les 10 finalistes pour le titre de Joueuse mondiale
Amandine Henry figure parmi les 10 finalistes pour le titre de Joueuse mondiale ©Maxppp

Foot Mercato : Bonjour Amandine. Comment se passe votre saison avec l'OL Féminin d'un point de vue personnel ?

La suite après cette publicité

Amandine Henry : Le début de saison s'est bien passé. On a eu de bons résultats en club et en équipe de France. Donc pour l'instant tout va bien.

FM : Quels sont justement les objectifs avec l'Olympique Lyonnais cette saison ?

A.H : Tout gagner. Forcément, quand on est à l'OL, vu l'investissement que met le président, on se doit d'être performante sur toutes les compétitions notamment la Ligue des Champions qui nous manque depuis deux ans. Donc on a à cœur de faire de bons résultats et de la remporter.

FM : Vous le disiez, le club investit beaucoup sur l'équipe féminine. On l'a vu cette semaine, Ada Hegerberg et Élodie Thomis ont prolongé leur contrat. Le vôtre s'achève en juin 2016. En avez-vous discuté avec le club ?

A.H : L'OL a en effet discuté avec mes représentants et moi. Mais nous ne sommes pas d'accord pour le moment. Il est possible que ce soit ma dernière saison à l'OL. J'aurai d'autres challenges que ce soit à l'étranger ou en France. Je reste ouverte à toute proposition.

Un départ de l'OL envisageable

FM : En cas de départ, vous privilégiez plus une expérience à l'étranger ou en France, sachant qu'à part le PSG, peu de clubs peuvent vous offrir les mêmes avantages que Lyon. Rejoindre Paris est une possibilité ?

A.H : Oui, pourquoi pas. Il peut y avoir Paris, mais aussi Montpellier si l'année prochaine elles sont européennes. Il y a aussi l'étranger avec les championnats allemand et anglais. Les États-Unis me plaisent aussi. Ça pourra me servir d'expérience.

FM : Est-ce que vous et vos représentants avez déjà eu des propositions concrètes ?

AH : Oui, il y a plusieurs clubs qui sont intéressés. Mais si l'OL formule une offre à la hauteur de mes espérances, nous l'étudierons. J'essaye de faire les choses correctement avec l'OL. Si on ne parvient pas à trouver un terrain d'entente, alors j'irais voir ailleurs.

FM : Vous êtes aussi régulièrement appelée en équipe de France qui jouera l'Euro 2017, les JO en 2016. Est-ce que la Coupe du Monde au Canada va vous servir au moment d'appréhender ces compétitions ?

AH : De la Coupe du Monde, on ne va pas en retirer que du négatif. On a vu qu'on avait fait de bonnes prestations, notamment contre l'Allemagne. En poules, on a fait de bons résultats même s'il y a eu un faux pas face à la Colombie. Je pense qu'on n'a plus à rougir des grosses nations. On fait partie des meilleures équipes et il ne reste plus qu'à le montrer lors de grandes compétitions. Au niveau du jeu, on est bien parti. Mais il nous manque ce petit grain de chance qui ferait qu'on ferait partie de l'élite.

Une joueuse honorée

FM : Individuellement, 2015 a été une belle année pour vous. Vous avez été élue deuxième meilleure joueuse UEFA de la saison. Vous avez aussi remporté le Ballon d'Argent lors du Mondial au Canada. Que ressentez-vous après autant de distinctions ?

AH : C'est une très belle reconnaissance pour moi, surtout au niveau de mon poste qui est un poste de l'ombre comme on dit. On n'est pas forcément toujours mis en lumière. C'est une belle reconnaissance. Ça me motive pour continuer à progresser et pour me surpasser lors des grandes compétitions et être présente pour mon club. C'est pour ça aussi que je dis qu'on verra si l'OL a une belle reconnaissance envers moi. Je pense que durant toutes ces années, j'ai fait de bonnes prestations, j'ai toujours été présente lors des gros matches. Je pense que c'est à eux de me rendre la pareille.

FM : Vous figurez aussi dans la liste des 10 finalistes pour le titre de Joueuse mondiale de l'année 2015. Avez-vous conscience d'être entrée dans la cour des très grandes joueuses ?

AH : On ne peut pas aller plus haut. C'est une grande fierté et j'étais super contente. Après, j'ai hâte de connaître le nom des trois finalistes le 30 novembre. On verra bien. Il y a de grandes concurrentes.

FM : Vous pensez que vous avez des chances de remporter ce trophée ?

AH : Le gagner ? Non. J'aimerais être dans les trois finalistes. Mais le gagner, je ne pense pas. Carli Lloyd (États-Unis) a une longueur d'avance avec sa Coupe du Monde remportée et son triplé en finale.

FM : Votre coéquipière à l'OL Eugénie Le Sommer est aussi nommée parmi les 10 finalistes. Vous en parlez entre vous de ce Ballon d'Or Féminin ?

AH : Non, on n'en parle pas. Pour ma part, je vois au quotidien les joueuses qui m'entourent à l'OL et franchement il y en a beaucoup qui pourraient figurer parmi les 10 finalistes. Je préfère rester modeste et attendre de voir ce qui arrive. Je le garde pour moi.

FM : Jamais une Française n'a figuré parmi les trois finalistes. Y être, j'imagine que ce serait une immense fierté pour vous surtout vu le contexte actuel en France...

AH : Oui, forcément j'aimerais représenter mon pays. J'aimerais que pour une fois il y ait une Française qui soit mise en avant. Cela passe par des trophées collectifs ou individuels. La France mérite aujourd'hui d'être reconnue au niveau international. Ça ferait du bien à tout le monde.

Plus d'infos

Commentaires