League Cup : Liverpool sacré après une séance de tirs au but sensationnelle face à Chelsea

Par Anas Bakhkhar
4 min.
Kai Havertz au duel avec Trent Alexander-Arnold @Maxppp

Dans une rencontre intense et une ambiance bouillante, les Reds remportent la 9e League Cup de leur histoire en s'imposant aux tirs au but face aux Blues (0-0, 11 t.a.b. à 10).

Devant plus de 85.000 spectateurs dans un Wembley presque à guichets fermés, la finale de l'édition 2021/2022 de la Coupe de la Ligue anglaise opposait Chelsea à Liverpool, équipe la plus titrée de la compétition à égalité avec les Cityzens. Avec 8 sacres dans son histoire, les Reds avaient l'occasion de devenir seuls détenteurs du record en cas de victoire face aux Blues, qui n'avaient plus remporté cette coupe depuis 2015. Pour ce faire, Tuchel alignait son onze sans Lukaku et Jorginho, tous deux sur le banc. L'entraîneur allemand faisait alors confiance à Mount, de retour de blessure, et Havertz, buteur face à Lille en Ligue des Champions en milieu de semaine. L'autre coach outre-Rhin, Klopp, devait faire sans Thiago, blessé durant l'échauffement et remplacé par Naby Keita. Le gardien de but irlandais Kelleher était titulaire dans les buts à la place d'Alisson.

La suite après cette publicité

Dès le début de la rencontre, l'enjeu de cette finale se faisait sentir avec de l'intensité et de l'engagement de la part des deux formations. Mais on sentait une domination de Chelsea dans le premier quart d'heure, dangereux avec le ballon et très haut à la perte de possession, offrant notamment la double occasion de Mount et Kovacic (16e), bien déviée par Caoimhín Kelleher. Derrière, Liverpool se réveillait et profitait de la vivacité de son trio offensif Salah-Mané-Diaz pour initier plusieurs transitions rapides dans le camp adverse, permettant au portier adverse Edouard Mendy de s'illustrer dans sa surface de but (30e). La baisse de rythme des Reds permettait même aux Londoniens de multiplier les occasions, sans succès (35e, 39e, 42, 45e). A la mi-temps, Liverpool dominait mais Chelsea se créait les meilleures opportunités. De quoi nous promettre encore du spectacle en seconde période...

À lire Chelsea : la piste Elye Wahi relancée

Un second acte dantesque

Au retour des vestiaires, les Blues remettaient le même tempo étouffant qu'en premier période et auraient même pu ouvrir le score si Christian Pulisic n'avait pas été trop court sur le centre d'Havertz (48e). Mason Mount se procurait également plusieurs occasions après la mi-temps mais était finalement mis en échec par le poteau gauche (49e) puis par Kelleher (58e). Et comme lors du premier acte, les hommes de Jürgen attendaient le premier quart d'heure pour se réveiller et se montrer plus dangereux dans le jeu : sur une mauvaise relance de Mendy, Mané trouvait Salah en profondeur, qui tentait le piqué sur le portier sénégalais avant que Thiago Silva ne vienne dégager le ballon devant sa ligne (64e). Sur le coup franc de Trent Alexander-Arnold, Jöel Matip croyait débloquait la marque au second poteau, mais un écran minime de Virgil Van Dijk sur l'entrant Reece James obligeait Stuart Atwell à refuser le but après visionnage de la VAR (69e).

La suite après cette publicité

Pour les vingt dernières minutes, Tuchel et Klopp, pensifs sur leurs bancs respectifs, apportaient du sang frais dans leurs effectifs, notamment avec les entrées de Romelu Lukaku et Timo Werner côté Blues, Diogo Jota et Harvey Eliott chez les Reds. Les Londoniens devaient remercier son champion d'Afrique 2021 Mendy, impérial dans ses buts pour neutraliser la frappe en angle fermé de Luis Diaz (76e), suivie d'une double parade (86e) et une superbe envolée sur le coup de casque de Van Dijk (90e+1). Chelsea ne manquait pas d'opportunités et voyait le but d'Havertz (78e), refusé pour un hors-jeu de Werner au départ de cette action 100% allemande. L'ancien de Leipzig était également sanctionné pour une position illicite sur son tir contré par TAA (90e+2). Toujours dans le temps additionnel, Lukaku était mis en échec par Kelleher, profitant des défenseurs adverses attentistes (90e+5). Après 90 minutes d'une intensité fascinante, les deux équipes devaient se départager en prolongation.

Les 15 premières minutes suivant le temps réglementaire ne faisaient pas exception. En jambes depuis son entrée, Werner tentait de trouver la lucarne gauche d'un enroulé, passant au-dessus de la transversale (94e). Comme Matip et Havertz, Lukaku voyait son but refusé pour un hors-jeu d'une demi-pointure : lancé en profondeur par Trevor Chalobah, le Belge éliminait Ibrahima Konaté - entré à la place de Matip - d'un bel enchaînement avant de crucifier Kelleher (98e). Les esprits s'étant échauffés, l'arbitre devait calmer les joueurs après un tête-à-tête entre Alexander-Arnold et Havertz, avertis (105e+2). Après la courte pause, le rythme de la rencontre semblait s'essouffler mais Chelsea était tout aussi redoutable dans la surface adverse. Servi par Lukaku dans la zone de vérité, Havertz se retournait bien pour croiser sa frappe et faire trembler, mais là-aussi, sa position de hors-jeu annulait un but, le quatrième refusé dans cette rencontre. 120 minutes avec un score nul et vierge : Chelsea, qui faisait rentrer Kepa dans la dernière minute, et Liverpool devaient se départager à la séance de tirs au but. Les tireurs étaient à la hauteur de cette finale, avec une réussite maximale pour les 20 joueurs de champ. Si Kelleher marquait son penalty, Kepa envoyait son tir à 11 mètres bien au-dessus pour offrir cette 9e Coupe de la Ligue à Liverpool (0-0, 11 t.a.b. à 10), qui détient donc désormais le record de sacres dans cette compétition.

La suite après cette publicité

Fil info

La suite après cette publicité