Ligue des Champions : le Borussia Dortmund enrage contre l'arbitrage

Hier soir, le Borussia Dortmund s'est incliné sur la pelouse de Manchester City (2-1). Mais les Marsupiaux n'oublieront pas la prestation de l'arbitre de la rencontre, le Roumain Ovidiu Hategan.

Ovidiu Hategan, l'arbitre du match City-BVB, au coeur de la polémique
Ovidiu Hategan, l'arbitre du match City-BVB, au coeur de la polémique ©Maxppp
La suite après cette publicité

On lui promettait le pire, mais au final, le Borussia Dortmund est ressorti de son premier duel face à Manchester City avec un énorme sentiment de frustration. Car si les partenaires d’Erling Haaland ont perdu la manche aller (2-1), ils auraient largement pu repartir d’Angleterre avec un résultat nettement plus favorable, même si ce but inscrit à l’extérieur pourrait peser lourd lors du match retour en Allemagne.

Et c’est un arbitre bien connu de l’UEFA qui est au coeur des débats. Ovidiu Hategan était en effet l’arbitre du fameux match entre le Paris Saint-Germain et l’Istanbul BB qui avait été arrêté suite aux accusations de racisme portées contre le quatrième arbitre. Un événement qui n’était pas du fait d’Hategan bien évidemment, mais le Roumain voit encore son nom être cité dans un match à polémiques.

Deux décisions controversées

Tout a commencé à la demi-heure de jeu quand il a accordé un penalty aux Citizens (qui menaient déjà 1-0) pour une faute supposée d'Emre Can sur Rodri. Une décision sur laquelle reviendra finalement Hategan après être allé visionner les images de l’écran de la VAR, constatant que Rodri avait largement amplifié la faute. Mais ce n’est pas tout.

Moins de dix minutes plus tard, Hategan a cette fois pris une décision qui aura peut-être de grosses incidences sur le sort du BVB dans cette éliminatoire. Venu au pressing, Jude Bellingham pensait pouvoir égaliser après avoir réussi à prendre le meilleur sur Ederson, arrivé au contact bien après l’Anglais. Mais l’arbitre a décidé que le Britannique avait commis une faute sur le Brésilien… sans avoir sollicité la VAR cette fois. Et, cerise sur le gâteau, Bellingham sera même sanctionné d’un carton jaune.

De quoi faire enrager Jadon Sancho (blessé) sur les réseaux sociaux. « Cet arbitre a besoin d’être vérifié ». Interrogé à l’issue du match, Bellingham regrettait lui aussi le comportement de l’arbitre. « J’ai gagné le ballon à la régulière. C’est un peu frustrant de voir qu’avec autant de caméras il n’a pas décidé d’attendre que le ballon franchisse la ligne de but pour aller ensuite revoir les images », a-t-il confié à BT Sport. Un sentiment bien évidemment partagé par son coach, Edin Terzic.

Une demande d'autographe qui passe mal

« Je sais à quel point c'est difficile en tant qu'arbitre. J’aurais aimé qu'il laisse l’action se finir et qu’il décide ensuite. Il aurait pu aller voir l’écran de contrôle et au pire annuler le but après. Mais là, il n’a pas laissé l’action se terminer et a immédiatement mis le carton jaune. C'est bien sûr extrêmement ennuyeux. Malheureusement, c'est aussi le football. Non seulement nous faisons des erreurs, mais d'autres font aussi des erreurs, et de temps en temps, vous devez compter sur les autres. »

Confiant malgré tout grâce à ce but marqué par Marco Reus, le BVB croit en ses chances de qualification. Mais si tout venait à se jouer sur un but, nul doute que cette action de la 37e minute du match aller fera à nouveau parler. Et pour finir, la presse allemande a relevé une dernière anecdote qui n’a pas plu outre-Rhin. À l’issue du match, l’un des arbitres assistants, Octavian Sovre, est carrément venu demander à Erling Haaland de lui signer un autographe sur son carton jaune et son carton rouge. Décidément, Ovidiu Hategan et ses équipes savent se faire remarquer !

Plus d'infos

Commentaires