À quoi joue le PSG avec Xavi Simons ?

Prodige formé au FC Barcelone et débarqué au Paris Saint-Germain à l’été 2019, Xavi Simons peine à s’imposer dans l’effectif dirigé par Mauricio Pochettino, et ce malgré des performances étincelantes avec les U19 du club de la capitale. Faute d’un cruel manque de temps de jeu avec les professionnels, le Néerlandais de 18 ans, en fin de contrat en juin prochain, pourrait ainsi quitter prématurément le navire parisien et transformer le coup de maître réalisé par Leonardo en un nouvel échec cuisant.

Xavi Simons lors du match amical entre le PSG et Augsbourg.
Xavi Simons lors du match amical entre le PSG et Augsbourg. ©Maxppp
La suite après cette publicité

Douze minutes en Coupe de France contre Caen en février dernier et une seule petite minute en Ligue 1 face à Strasbourg en mai, voici l’apport mineur du tout juste majeur Xavi Simons (18 ans) avec le groupe professionnel du Paris Saint-Germain. De prime abord, la statistique n’a rien de choquante pour un gamin issu de la génération Z et confronté à la concurrence démentielle présente au sein du club parisien. Pourtant, les prestations éblouissantes réalisées par le natif d’Amsterdam sous le maillot des U19 du club parisien laissent bon nombre d’observateurs sur leur faim. Et pour cause.

Formé au FC Barcelone, l’ancien pensionnaire de la Masia fait d’ores et déjà l’unanimité avec les Titis du PSG. Auteur de deux buts et cinq passes décisives en Youth League, Xavi Simons impressionne notamment sur la scène européenne. Une nouvelle fois étincelant lors de la victoire parisienne contre les minots de Manchester City (3-1), mercredi, l’ancien catalan s’est d’ailleurs offert un nouveau caviar sur l’ouverture du score de Djeidi Gassama, auteur d’un doublé dans cette rencontre. Co-leaders avant d’affronter Bruges pour la finale de ce groupe, les U19 parisiens sont, dès à présent, assurés d’être barragiste et le milieu offensif parisien, également utilisé dans un rôle de faux numéro 9, n’y est pas pour rien.

Xavi Simons enchaîne les performances étincelantes !

Même son de cloche en championnat national U19. Solides leaders après 12 journées avec sept points d’avance sur leur dauphin valenciennois, les Parisiens survolent les débats et, à l’instar d’Edouard Michut, Simons en est l’un des grands artisans. Sous les ordres de Zoumana Camara, présent sur le banc parisien, l’enfant roi des Rouge et Bleu ne cesse de progresser. Véritable métronome du milieu francilien, la pépite néerlandaise rayonne de par sa qualité technique, sa vitesse d’exécution, sa vision du jeu et dispose, à ce titre, d’une maturité bien au-dessus de la moyenne malgré son jeune âge. «On ne l’a vu que 45 minutes, mais on a été bluffés. On savait que c’était quelqu’un de très talentueux, mais il a surtout répondu présent par sa dimension physique. Ensuite tout ce qui est vision de jeu, qualité technique et tactique, il est au-dessus de la moyenne», analysait ainsi Ibréhima Coulibaly, capitaine du Mans qui a croisé le chemin de Simons lors d’une rencontre de pré-saison face aux seniors du PSG.

Et que dire de ses performances lors du dernier rassemblement en sélection. Auteur de trois buts et deux passes décisives en trois rencontres, Simons permet aux Pays-Bas d’être confortablement installés en tête du groupe 4 et apparaît comme le Néerlandais le plus convaincant depuis le début des qualifications au prochain Euro U19. Joueur frêle, presque lambda d’apparence lors de son arrivée, la jeune pépite parisienne s’est ainsi progressivement étoffé physiquement et semble donc, aujourd’hui, remplir tous les critères pour intégrer les rangs dorés de Mauricio Pochettino. Et pourtant… Arrivé avec un standing certain dans la capitale française, Xavi Simons ne parvient pas à franchir le cap pour intégrer le groupe professionnel du PSG, et ce malgré un talent indéniable au regard des éléments précédemment évoqués, d’une aura et d’un traitement médiatique de premier choix.

A l’inverse de Jamal Musiala (Bayern Munich) Florian Wirtz (Bayer Leverkusen) ou encore Jude Bellingham (Borussia Dortmund), tous issus de la génération 2003 et évoluant outre-Rhin, le très prometteur néerlandais ronge son frein en U19 et reste cantonné à un rôle, finalement, mineur pour le club parisien. Une situation qui interroge d’ailleurs ses adversaires, premiers témoins de ses capacités hors-norme : «un gamin comme ça, qui a un large potentiel, à un moment donné, ce n’est pas normal de ne pas le voir plus souvent en Ligue 1», s’étonnait récemment le Manceau Ibréhima Coulibaly. Dernièrement interrogé à ce sujet, Mauricio Pochettino jouait alors la carte de la concurrence et de la densité de l’effectif parisien.

Le comportement du jeune Batave mis en cause ?

«Oui, il y a une explication (sur son absence dans les groupes). On a 33 joueurs professionnels dans l'effectif. Les jeunes ont besoin d'espace pour pouvoir se montrer. Ce n'est pas l'idéal pour un jeune de s'entraîner avec l'équipe première et après de jouer les week-ends à la Playstation à la maison. Ils ont besoin de jouer, et c'est vrai que c'est dommage parce que cette possibilité-là n'existe pas aujourd’hui.» Pourtant, si la situation du jeune milieu de terrain parisien n’est pas une exception au PSG et sembler aller dans le sens de la stratégie globale du club, les explications du coach argentin, qui semble d’ailleurs privilégier Eric Junior Dina-Ebimbe (21 ans) voire même Ismaël Gharbi (17 ans) dans la hiérarchie, ne peuvent être les seules raisons de cette «mise à l’écart».

A ce titre, l’attitude de Xavi Simons, sur et en dehors du terrain, pourrait alors être avancée comme un élément justifiant son absence chez les grands. Dotée d’un caractère bien trempé, l’ancienne pépite des Blaugranas ne se distingue, en effet, pas seulement par des gestes de classe mais peu, de temps à autre, se laisser emporter par des gestes d’humeur répréhensibles. Dans cette optique, Baptiste Pousse, entraîneur des U19 de Saint-Pryvé/Saint-Hilaire, qui a croisé Simons en championnat, avançait récemment une comparaison qui parle d’elle-même : «c’est très simple, si on veut faire un parallèle, il est pour nous ce que Zlatan était pour la Ligue 1. Ou Neymar. C’est le même comparatif». Disposant d’une aura bien au-dessus de la moyenne, le Parisien n’hésite pas à en jouer sur le terrain pour en tirer le maximum de bénéfices…

Un comportement qui peut alors agacer et qui va dans le sens des frasques dont est d’ores et déjà capable la jeune star du PSG. Ainsi, en septembre dernier, Xavi Simons se voyait expulsé, comme quatre de ses coéquipiers, de la sélection néerlandaise pour avoir enfreint le protocole sanitaire. D’après les précisions du quotidien national De Telegraaf, l’adolescent avait notamment été surpris dans sa chambre d’hôtel en train de jouer aux jeux vidéo accompagné d’une fille. Des écarts qui risqueraient rapidement lui octroyer le titre de joueur «à la grosse tête». Et bien que Simons devrait logiquement encore gagner en maturité, ses récentes attitudes pourraient ainsi expliquer les réticences de Mauricio Pochettino de l’intégrer à un groupe professionnel où l’excès d’ego entacherait directement les performances sportives.

L'Europe au chevet du joyau parisien !

Quoi qu’il en soit, la gestion du cas Xavi Simons interroge. Chaque semaine, le Néerlandais voit ainsi une trentaine de joueurs se disputer une place dans le groupe de Mauricio Pochettino, sans jamais avoir l'occasion de prouver sa valeur. Et ce malgré le calendrier infernal du PSG et un rendement loin d’être indiscutable au milieu de terrain, notamment quand Marco Verratti manque à l’appel. Dès lors la frustration grandit et le protégé de Mino Raiola, en fin de contrat en juin prochain et qui refuse pour l’heure de prolonger, pourrait se laisser tenter d’exporter son talent chez un autre grand d’Europe. Dans cette optique, le FC Barcelone pourrait alors s’engouffrer dans la brèche. Car contrairement au PSG, le club blaugrana mise désormais fortement sur les jeunes et les cas Pedri, Ansu Fati, Araujo, Mingueza, Gavi ou encore Nico González, que Xavi Simons a côtoyé au sein de la Masia, le démontrent.

Dernièrement, la Cadena SER affirmait même que Xavi Hernandez, le nouveau coach barcelonais, était très chaud pour le rapatrier. Si le Barça, club formateur du jeune Batave, semble évidemment disposer d’une longueur d’avance pour le recruter gratuitement l’été prochain - ce qui ne serait pas négligeable au vu de la situation financière de l'écurie de Liga - d’autres cadors européens restent, malgré tout, à l’affût. Sport révélait, à cet égard, que Pep Guardiola, l’entraîneur de Manchester City, ne serait pas insensible aux performances XXL du petit joyau parisien. Une chose est sûre, les convoitises autour de Xavi Simons ne manquent pas et au même titre que Kingsley Coman, Moussa Diaby, Tanguy Kouassi ou encore Christopher Nkunku, le Paris Saint-Germain pourrait, une fois de plus, perdre un grand talent…

Plus d'infos

Commentaires