Fernando Gago (32 ans) ne rejouera plus avec Boca Juniors. L’information est à la une en Argentine. ESPN et Olé expliquent qu’après plusieurs entrevues avec le président des Xeneizes Daniel Angelici, les deux hommes ont convenu d’une résiliation de contrat, l’un des plus élevés du vestiaire du club, qui courait encore jusqu’en juin 2020. Une page se tourne donc pour le milieu de terrain, icône formée au club. Pour l’heure, on ne sait pas encore si l’international argentin (61 sélections), qui soigne sa rupture du tendon d’Achille droit contractée lors de la finale retour de Copa Libertadores à Madrid contre River Plate (défaite 3-1) en décembre 2018, poursuivra sa carrière de joueur professionnel.

Il prendra sa décision en fonction de l’issue de sa rééducation. S’il parvient à rejouer sans ressentir de douleurs, le natif de Ciudadela rechaussera peut-être les crampons lors du second semestre 2019, mais dans un contexte moins exigent que celui de Boca Juniors, explique Olé. Il faut dire que ce dernier a été traumatisé par les blessures au cours de sa carrière. Arrivé en janvier 2007 au Real Madrid présenté comme le nouveau Fernando Redondo après avoir crevé l’écran en Argentine, pour la somme toujours record de 27 M$ (20,5 M€ à l’époque), le champion olympique 2008 laisse au sein de la Casa Blanca un goût d’inachevé au regard du potentiel qu’il n’a pu exprimer avec continuité au regard des pépins physiques à répétition, connus surtout à partir de 2010/11.

Poussé vers la sortie par José Mourinho à l’époque, le n° 5 avait tenté de relancer sa carrière européenne à l’AS Roma et au FC Valence. Sans un énorme succès. Il décidait donc de revenir au pays, à Velez Sarsfield d’abord, à l’hiver 2013, puis à Boca, à l’été 2013, pour se remettre en selle, avec le fol espoir de disputer le Mondial 2014 au Brésil. Malgré une lésion au ligament latéral interne du genou en avril 2014 qui l’éloignait des terrains plusieurs semaines, il parvenait à convaincre Alejandro Sabella de l’emmener avec Lionel Messi & co chez le voisin brésilien. Avec 6 apparitions, el Pintita participait activement au parcours de l’Albiceleste, finaliste malheureuse face à l’Allemagne de Mario Götze (1-0).

3 ruptures du tendon d’Achille en 3 ans...

Le point culminant de sa carrière. Une nouvelle cascade de blessures s’abattait ensuite sur lui. En septembre 2015, sur la pelouse de River Plate, il se rompait le tendon d’Achille gauche. En avril 2016, toujours contre River, sur la pelouse de la Bombonera cette fois, ce même tendon cédait à nouveau. Profondément marqué, il trouvait tout de même les ressources pour revenir, avec comme ambition intime de disputer la Coupe du Monde 2018 en Russie. Mais là encore, alors qu’il avait su revenir à son meilleur niveau, son physique allait flancher. En octobre 2017, six minutes après son entrée en jeu contre le Pérou (0-0) en éliminatoires, son genou droit cédait.

Verdict : rupture des ligaments croisés, plus de cinq mois d’absence. Gago était certes revenu à la compétition en mars 2018. Mais la concurrence et sa condition physique le cantonnaient à un rôle secondaire, ruinant ses derniers rêves de Russie.... Son dernier coup dur, en décembre dernier, et les délais de récupération prévus (mai-juin 2019) auront donc eu raison de sa volonté de se battre pour porter à nouveau sa tunique préférée. Une triste fin pour son aventure avec Boca, marquée par 9 titres remportés, 199 matches joués et 8 buts marqués.

Boca a en tout cas prévu, d’après Olé, de lui offrir un match amical d’adieux, à la Bombonera, pour boucler la boucle une fois qu’il sera totalement remis de sa dernière lésion. Le géant argentin ne le lâche d’ailleurs pas. S’il ne retrouve pas ses sensations de joueur, Fernando Gago pourrait se voir offrir un rôle au sein de l’organigramme de son club de cœur. À moins qu’il ne préfère alors changer de panorama et rejoindre le staff de son ami Gabriel Heinze, désormais entraîneur à Vélez Sarsfield, comme le laisse entendre Olé...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10