L’heure de la rentrée des classes. Après avoir fait vibrer le peuple français en remportant la Coupe du Monde 2018 en Russie, avec une victoire finale contre la Croatie (4-2), les Bleus effectuaient leur retour ce jeudi soir à l’occasion de la Ligue des Nations avec un match contre l’Allemagne, championne du Monde en 2014. Un premier gros test donc pour les champions du Monde face à la Mannschaft, auteur d’un Mondial plus que raté avec une élimination dès la phase de poules. Pour cette rencontre à l’Allianz Arena de Munich, Joachim Löw s’appuyait sur un 4-2-3-1 avec cinq défenseurs de métier. Kimmich prenait donc place au poste de sentinelle aux côtés de Kroos. Reus était aligné à la pointe de l’attaque. Côté français, Didier Deschamps conservait son équipe-type avec comme seul changement Areola dans les cages suite aux blessures de Lloris et Mandanda.

Devant le public allemand, les deux équipes mettaient du temps à rentrer dans la partie. Un long round d’observation débutait avec les Bleus balle au pied et des Allemands bien regroupés, qui optaient pour un jeu rapide et long. Les joueurs de Joachim Löw allumaient la première mèche après une vingtaine de minutes de jeu. Servi sur le côté gauche, Werner passait Pavard en revenant dans l’axe et enchaînait avec une frappe qu’Areola captait au sol (18e). Il fallait ensuite attendre la 35e minute pour la deuxième frayeur mais Hummels, oublié au second poteau, était un peu trop juste sur un corner. Alors qu’ils n’avaient pas encore tenté leur chance, les Bleus se procuraient la plus grosse occasion juste derrière. Sur un centre de Kanté, Giroud s’imposait entre deux adversaires mais sa belle tête était sortie par Neuer sur sa gauche (36e). Et juste avant la pause, l’attaquant français tentait une "Madjer" mais se manquait (45e+1).

Areola dans un très grand soir !

En deuxième période, les champions du Monde poussaient rapidement pour tenter de débloquer la situation, mais Griezmann butait sur Neuer (49e). Mais les hommes de Didier Deschamps ne lâchaient pas et prenaient le dessus petit à petit dans le jeu face à des Allemands légèrement désorganisés. L’attaquant de l’Atlético de Madrid revenait en effet à la charge mais Neuer brillait une nouvelle fois sur sa tentative lointaine (64e). Bousculés, les champions du Monde 2014 se reprenaient finalement après l’heure de jeu, mais Areola ne laissait rien passer. Le portier du Paris Saint-Germain s’imposait d’abord devant Reus, bien servi par Werner à l’entrée de la surface (65e). Mais le show Areola ne faisait que débuter.

Auteur d’une nouvelle parade sur une frappe puissante d’Hummels (72e), l’international français s’employait encore à deux reprises juste derrière. Le gardien du PSG sortait ensuite une belle claquette sur un centre-tir de Müller (75e). Et sur le corner suivant, le gardien tricolore réalisait une incroyable parade sur une tête puissante de Ginter (75e). Avec ses nombreuses parades, Areola faisait donc plus que sauver les meubles pour l’équipe de France. Grâce à lui, les Bleus enregistraient un match nul et vierge face à l’Allemagne (0-0). Rendez-vous dimanche soir désormais au Stade de France pour une rencontre contre les Pays-Bas.

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Areola (8,5) profitant des absences de Lloris et de Mandanda, Areola a été lancé dans le grand bain face à l’Allemagne. Et le gardien du Paris Saint-Germain a fait le boulot dans le premier acte. Après un premier arrêt au sol sur une frappe de Werner (18e), il a capté un centre-tir de Rüdiger (45e). Rassurant dans le but français, le joueur de 25 ans est resté sur cette bonne lancée dans le deuxième acte. Il s’est encore imposé sur un centre puissant de Werner (57e) et a capté une frappe manquée de Müller (62e). Mais le Parisien ne s’est pas arrêté là et s’est encore illustré face à Werner (64e), Hummels (72e), Müller (75e) et Ginter (75e) ! Un véritable festival dans les cages françaises pour le gardien parisien qui a réalisé six arrêts. Une performance pas réalisée en équipe de France depuis dix ans !

Allemagne

- Neuer (7) : il n’a pas été trop mis à contribution en début de match, mais son jeu au pied a donné de l’air à ses coéquipiers. À la 36e minute, le portier allemand a effectué une intervention sur une tête croisée de Giroud. Puis, un peu avant la mi-temps, il a capté en deux temps un coup franc de Mbappé (43e). Au retour des vestiaires, il empêchait Griezmann de marquer (50e).

- Kimmich (5,5) : il a été précieux dans le jeu aérien en enlevant un ballon dans la surface de la tête de Griezmann (15e). Mais tout au long du match, il s’est fait de plus en plus en discret au milieu de terrain. Son poste inédit de milieu défensif pour le match l’a sans doute desservi. Il est plus habitué à jouer dans le couloir droit au Bayern Munich.

- Boateng (4) : il a été très discret durant la première mi-temps. Il n’a pas été vraiment rassurant pour sa défense et son équipe, sans se montrer particulièrement mauvais. Les attaquants français l’ont par moment mis en difficulté et il n’a jamais été totalement débordé.

- Hummels (6,5) : il a été impérial dans les airs notamment face à Giroud qui lui a opposé une bonne adversité. Contrairement à son coéquipier en défense centrale Boateng, il a été rassurant. Offensivement, il a également apporté comme à la 35e minute lorsqu’il a tenté de redresser une tête de Rudiger sans succès.

- Rüdiger (7) : il a fait de bonnes montées dans son couloir gauche, mais Pavard l’a empêché de délivrer des bons centres. Il a tenté sa chance avec un centre tir (45e). Il a été rigoureux défensivement et a bien canalisé Mbappé sur le côté droit. Peu avant la fin du match, il a été sanctionné d’un carton jaune (88e)

- Ginter (6) : il a récupéré de nombreux ballons. À la 26e minute, il a été séché par Kanté qui s’est essuyé les crampons sur son pied. Juste avant le retour aux vestiaires, il a effectué une bonne intervention sur un centre de Pavard (45e). En deuxième mi-temps, on l’a moins vu jusqu’à ce qu’il place une tête sur un centre de Müller qui a obligé Areola à s’employer. (75e)

- Müller (5) : il a fait des bons appels de balle dans son couloir qui ont offert des possibilités à Kroos et Kimmich. Les deux Allemands ont pu lui distribuer de bons ballons et accélérer le jeu de leur sélection. À la 61e minute, il a frappé de loin, mais son tir beaucoup trop écrasé n’inquiétait pas Areola.

- Goretka (4,5) : après avoir fait une entrée en matière peu remarquée, il a commis une faute sur Pogba à la 42e minute. Trois minutes plus tard, Hernandez l’empêcher de passer côté droit (45e). Il a été remplacé par Gundogan (66e) qui ne s’est pas beaucoup montré.

- Kroos (6) : il a déclenché le pressing de son équipe quand c’était nécessaire. Il a également changé le jeu avec des transversales (8e et 18e). Son travail n’a pas été celui qui a été le plus visible, mais il a été essentiel pour son équipe. Le Merengue a permis d’huiler le jeu de l’Allemagne et de faciliter les transmissions.

- Reus (6) : il s’est montré percutant d’entrée de jeu en grattant un ballon à Kanté (1er). Un peu plus tard, il grattait à nouveau un ballon dans la surface de réparation française, mais il n’arrivait pas à éviter le six mètres (23e). Il a été remplacé par Leroy Sané à la 83e minute qui a apporté du sang neuf.

- Werner (7) : il a fait la différence face Luca Hernandez à la 13e minute. Quelques minutes plus tard, il s’illustrait à nouveau en frappant au but, mais son tir finissait dans les gants d’Areola. À la 24e minute, il débordait dans son couloir et obtenait le coup franc. En deuxième mi-temps, l’attaquant du RB Leipzig, débordait côté gauche et frappait. Mais son tir était capté par Alphonse Areola (56e). Il s’est montré à nouveau dangereux à la 65e minute lorsqu’il a fait une remise pour Reus, mais la frappe de ce dernier a été sortie par Areola.

France

- Areola : voir ci-dessus

- Pavard (4) : très bon dans son couloir droit lors de la Coupe du Monde 2018, le latéral français a un peu plus souffert ce soir. Après un bon tacle face à Rüdiger (3e), qui lui a laissé des traces dans le cou, il a comme souvent réalisé plusieurs montées et décoché quelques centre intéressants (45e+1, 58e), mais il a laissé des espaces. Face à Werner ou encore Rüdiger, le joueur de Stuttgart a eu du mal à s’imposer défensivement.

- Varane (5) : avec le brassard de capitaine sur le bras, le défenseur du Real Madrid a réalisé de belles choses en première période. Présent pour envoyer un centre dangereux en corner (24e), il a ensuite montré quelques failles techniques comme sur une transversale ratée (37e). En deuxième période, le capitaine des Bleus a un peu plus souffert comme tous ses coéquipiers mais a tenu le coup.

- Umtiti (5) : présent aux côtés de Varane en charnière centrale, Umtiti ne s’est pas beaucoup montré dans le premier acte, mais a finalement réalisé quelques interventions importantes au retour des vestiaires. Après une première interception importante, le joueur du Barça est bien sorti sur une tentative de Müller (72e). Mais dans le jeu aérien, le joueur de 24 ans a eu du mal en fin de partie.

- Lucas Hernandez (6) : après s’être imposé durant le Mondial 2018 au poste de latéral gauche à la place de Mendy, le joueur de l’Atlético était encore présent à ce poste. Vigilant sur l’aspect défensif (8e, 27e), Lucas Hernandez a pu s’illustrer devant en réalisant quelques percées comme en Russie. Toujours infatigable, il n’a rien lâché dans le deuxième acte pour tenter de fermer les espaces devant lui.

- Kanté (6,5) : la véritable sentinelle des Bleus ! Comme au Mondial russe, Kanté a fait le boulot devant la défense française. Il a mis de l’impact durant les 90 minutes de cette partie, tout en se faisant remarquer devant comme sur ce bon centre pour Giroud (36e). En deuxième période, le milieu de Chelsea a couvert les siens en récupérant des ballons très précieux (53e, 60e). Un match encore réussi pour le numéro 8 des Bleus.

- Pogba (5,5) : toujours disponible dans l’entrejeu pour distribuer, le joueur de Manchester United s’est quand même mis en danger à plusieurs reprises, notamment devant sa surface (23e, 25e), avant d’oublier Hummels sur un corner (35e). Sur le plan offensif, il a tenté d’accélérer le jeu mais n’a pas eu un énorme impact.

- Mbappé (5) : suspendu trois matches avec le PSG, Mbappé a assuré le spectacle balle au pied, même s’il ne l’a pas souvent eu (16e, 40e). Si on ne l’a pas beaucoup vu côté droit, il a cependant fait preuve de justesse technique en perdant très peu de ballons. L’attaquant français a cependant eu quelques coups de moins bien en tentant d’y aller tout seul en deuxième période. Sa tentative sur une contre-attaque (69e) aurait pu tout changer au tableau d’affichage.

- Griezmann (5) : auteur d’un début de rencontre assez timide, le numéro 7 tricolore s’est beaucoup plus montré avant la pause en accélérant le jeu. Au retour des vestiaires, le joueur de l’Atlético a enchaîné les tentatives mais a buté sur un bon Neuer (49e, 64e). Mais dans le jeu, « Grizou » n’a pas été tout le temps juste et n’a pas eu énormément de choses à se mettre sous la dent. Remplacé par Fekir (80e), qui n’a pas eu le temps de s’illustrer.

- Matuidi (5) : présent pour proposer du jeu dos au but, le joueur de la Juventus a lui aussi mis de l’intensité dans ses interventions pour stopper les contres allemands. Auteur de plusieurs débordements intéressants, l’ancien joueur du Paris SG n’a cependant pas réellement inquiété Ginter, qui l’a plutôt bien muselé dans son couloir. Tolisso a pris sa place (85e) et a fait le boulot dans l’entrejeu pendant quelques instants.

- Giroud (4,5) : encore une fois aligné à la pointe de l’attaque française, Giroud s’est d’abord illustré défensivement en venant s’imposer dans sa surface sur des coups de pied arrêtés allemand. Le joueur de Chelsea a finalement dû attendre la 36e minute de jeu pour se montrer aux avant-postes mais sa tête a été sortie par Neuer, avant qu’il ne manque sa talonnade (45e+1). Peu trouvé devant, il s’est cependant imposé dans le jeu aérien. Mais sa prestation n’a pas été suffisante, lui qui vient donc d’enchaîner un dixième match sans marquer avec les Bleus. Remplacé par Dembélé (66e), qui a apporté vitesse et percussion pendant une trentaine de minutes.