Le 20 novembre dernier, la FIFA confirmait qu’elle avait décidé de repousser la date limite des votes pour son FIFA Ballon d’Or. Pour quelles raisons ? Officiellement à cause du « faible nombre de réponses de sélectionneurs, capitaines des équipes nationales et de représentants des médias. » Un rebondissement plus que jamais favorable au Portugais Cristiano Ronaldo qui s’est signalé lors des barrages pour le Mondial en inscrivant les 4 buts de la Selecção face à la Suède, dont un retentissant triplé lors du match retour.

Un fait d’armes qui a marqué les esprits et qui pourrait coûter cher à un certain Franck Ribéry ayant pourtant considérablement étoffé son palmarès la saison passée. Les buts de CR7 (66 en 2013) vont-ils peser plus lourd que le triplé (championnat, coupe nationale, LdC) réalisé par le Français du Bayern Munich ? Pour beaucoup, ce changement de calendrier est destiné à favoriser le sacre du Lusitanien. Une version que conteste le secrétaire général de la FIFA Jérôme Valcke dans les colonnes de L’Équipe.

« S’il a été décidé de donner un délai, c’est tout simplement parce qu’il n’y avait pas, de notre point de vue, suffisamment de suffrages exprimés. Nous avons toujours dit que l’on souhaitait avoir 75 % de votes. Le Ballon d’Or doit représenter une opinion crédible. L’année dernière, on était au-dessus de 80 % de votants. Dans cette affaire, il n’y a rien à cacher. Il n’y a aucune manipulation, ni de possibilité d’interférer dans la procédure ou sur le résultat du vote, qui est surveillé par un notaire. (...) La décision de repousser la date limite de vote a été prise vendredi dernier, à la fin du délai initial. Elle a été communiquée mardi matin par courrier électronique à tous les votants. Cela veut dire qu’aussi bien la prise de décision que sa communication se sont produites avant les derniers matches de barrages de la zone Europe. »

Sur le papier, pas donc polémique possible donc. Mais dans les têtes, cette décision ne doit pas être facile à accepter pour un Ribéry idéalement placé juste avant les barrages, même si son agent, Jean-Pierre Bernès, nie que le moral de son protégé soit touché. « Concernant le Ballon d’Or, pourquoi s’inquiéterait-il après l’année qu’il vient de livrer ? Le jury est composé de spécialistes, qui ne s’attarderont pas uniquement sur les quinze derniers jours, mais sur l’ensemble de l’année. Quand un juré s’est déterminé le 15 novembre, son vote sera identique le 29. Nous sommes donc très sereins. »