L’Allemagne, sa Bundesliga débridée et ses stades pleins, ils ont décidé de la quitter cet été pour aller voir si l’herbe était plus verte ailleurs. Et quelques semaines après, à l’heure du premier bilan, force est de constater que l’air d’outre-Rhin ne leur était pas si désagréable. Ce n’est pas Luka Jovic (21 ans) qui nous contredira. Star à l’Eintracht Francfort deux saisons durant (25 buts en 54 apparitions en championnat), le Serbe a choisi de faire le grand saut en rejoignant le Real Madrid. Seulement, entre le poids du prix de son transfert (60 M€), quelques pépins physiques, une concurrence plus relevée et un collectif qui se cherche toujours, le natif de Bijeljina est loin de connaître la même réussite qu’en Allemagne. Les premières critiques fleurissent et Zinedine Zidane en personne a été obligé de voler à son secours en conférence de presse récemment.

« Luka n’est pas découragé, bien au contraire, il est au courant de la situation, mais il vient d’arriver. Il est beaucoup mieux qu’au début, il apprend l’espagnol, il prend le train en marche, je vais compter sur lui, il est important pour nous, il va compter même s’il n’a pas beaucoup joué jusqu’à maintenant », expliquait le technicien merengue, se voulant rassurant. Son ancien coéquipier à la Commerzbank-Arena, Ante Rebic (26 ans), vit lui aussi des débuts compliqués à l’AC Milan. Après trois exercices en Allemagne (17 réalisations en 78 apparitions en championnat), le vice-champion du Monde 2018 avait choisi de rejoindre les Rossoneri et d’embrasser leur ambitieux projet autour de Marco Giampaolo. Depuis, le technicien italien a été limogé, remplacé par Stefano Pioli et le Croate peine à trouver sa place au sein de l’effectif lombard (4 entrées en jeu seulement en Serie A).

Les déceptions Jovic et Rebic, les contre-exemples français

L’adaptation dans la Botte est également compliquée pour Valentino Lazaro (23 ans), chez le voisin milanais. Sensation du Hertha Berlin la saison passée, le latéral autrichien n’a eu droit qu’à 2 entrées en jeu sous les ordres d’Antonio Conte à l’Inter. Du temps de jeu, Christian Pulisic (21 ans) pensait certainement aussi en avoir davantage. Recruté par Chelsea pour 64 M€ en janvier, l’international américain a débarqué cet été et il peine à convaincre Frank Lampard et son staff chez les Blues. Il est loin le temps où il se baladait sur les ailes du Borussia Dortmund. Cadre à Mayence pendant 3 ans (86 matches de Bundesliga, 3 buts), Jean-Philippe Gbamin (24 ans) imaginait sans doute lui aussi de meilleurs débuts en Angleterre. Seulement, des blessures l’ont freiné et l’Ivoirien n’a disputé que 2 rencontres de Premier League. À son retour, la concurrence promet d’ailleurs d’être rude pour l’ancien Lensois (Tom Davies, Morgan Schneiderlin, Fabian Delph et André Gomes).

À Newcastle, Joelinton (23 ans), recruté pour 40 M€ à Hoffenheim, affiche lui aussi un premier bilan décevant (9 matches, 1 seul petit but), tandis que le Suisse Josip Drmic (27 ans), ex-Borussia Mönchengladbach, doit se contenter de bouts de matches à Norwich (6 entrées en jeu en Premier League, 1 but). En Ligue 1, Renato Sanches (22 ans) à Lille et Jean-Kévin Augustin (22 ans) à Monaco cherchent encore la bonne carburation et leur place dans leurs nouvelles équipes. « Lille ce n’est pas le Bayern Munich. Il va grandir avec nous. Je suis sûr que Renato va beaucoup nous apporter. On va lui laisser le temps pour grandir », expliquait par exemple le conseiller du président du LOSC Luis Campos à RMC Sport. Hasard ou coïncidence, JKA mis à part pour l’instant, les partants gagnants sont... des joueurs français.

Abdou Diallo, enrôlé au Borussia Dortmund pour environ 30 M€, a affiché de belles promesses avec le Paris SG malgré la concurrence. Sébastien Haller (25 ans) surfe lui vraiment sur la vague du succès loin de Francfort. Son transfert à West Ham pour près de 50 M€ ne l’a absolument pas inhibé. Le buteur français est l’une des satisfactions du début de saison des Londoniens avec déjà 4 réalisations au compteur en Premier League. Et que dire de Franck Ribéry (36 ans), parti libre du Bayern Munich après 13 ans de bons et loyaux services, vit une seconde jeunesse du côté de la Fiorentina (2 buts et 1 offrande en Serie A). Preuves - hormis ceux qui brillent dans des championnats moins huppés (Max Kruse, ex-Werder Brême à Fenerbahçe ; Bruma, ex-Leizpig au PSV ; ou encore Yehven Konoplyanka, ex-Schalke 04 au Shakhtar) - qu’il est possible de réussir loin de cette bonne vieille Bundesliga.