Qu’elle semble loin l’équipe des Pays-Bas qui avait sombré le 31 août 2017 dans les grandes largeurs face aux Bleus, portés ce soir-là par un grand Thomas Lemar (victoire 4-0). Elle était alors encore cornaquée par ses vieux briscards comme Arjen Robben ou Wesley Sneijder, pourtant sur le déclin et sorti dès la mi-temps par le sélectionneur d’alors, Dick Advocaat. Un peu plus d’un an plus tard, elle a laissé une tout autre impression sur la pelouse du club de Feyenoord, face à une équipe de France devenue entre-temps championne du monde.

Ecartons tout de suite l’hypothèse de la surprise. Les Bleus étaient prévenus, comme l’a bien expliqué Olivier Giroud après la rencontre. « Je ne pense pas qu’on a été surpris. On était clairement conscient de la qualité cette équipe. Je ne pense pas qu’on ait gagné haut la main au Stade de France. Ils avaient fait un bon match, on avait réussi à le gagner dans les dernières minutes. On connaissait la qualité des Néerlandais. Qui plus est après leur victoire contre l’Allemagne et après un nul contre la Belgique. Ce n’est pas anodin. On a aucune excuse ce soir. »

Des jeunes pousses virevoltantes et bien encadrées

Depuis la nomination de Ronald Koeman à la tête de la sélection batave le 6 février dernier, tout va en s’améliorant pour les Oranje. D’abord les résultats. Il y a certes eu une courte défaite à domicile face à l’Angleterre le 23 mars puis celle évoquée par Giroud en France le 9 septembre dernier. Mais il y a eu deux succès de prestige, un 3-0 collé au Portugal, et à l’extérieur, et le récent 3-0 infligé aux Allemands. Ce soir-là, les Néerlandais avaient fait très mal en jouant parfaitement le contre. Face à la France, ils ont tenu le ballon dans des proportions inattendues (65 % de possession jusqu’à la 70e minute, 60 % au final) et ont assuré un pressing quasiment constant sur les Bleus.

La génération Robben-Sneijder a enfin cédé la place et les jeunes sont prêts à prendre le pouvoir. Les pépites de l’Ajax Amsterdam, Matthijs de Ligt (19 ans) et Frenkie de Jong (21 ans) ont été épatants face à la France, affichant une maturité exceptionnelle pour leur âge, en plus d’un physique déjà très solide. Le latéral droit Denzel Dumfries (22 ans), qui évolue au PSV Eindhoven, a fait vivre un enfer à Mbappé et Digne, défensivement et offensivement, tandis que l’ailier Steven Bergwijn (21 ans) a montré toute sa hargne tout au long du match.

A leurs côtés, on retrouve des éléments qui semblent se libérer de l’encombrante ombre des anciens, à commencer par Memphis Depay. Le joueur de l’Olympique Lyonnais donne la sensation de s’éclater au sein de cette équipe, multipliant les appels, permutant sans cesse. Wijnaldum et Van Dijk assurent l’essentiel et n’ont pas besoin de surjouer, juste celui de laisser le talent des jeunes pousses s’exprimer. Et voilà que les Pays-Bas, dans un groupe qui leur promettait l’enfer, se retrouvent en position de se qualifier pour le Final Four de la Ligue des Nations, avant leur dernier match, à l’extérieur, face à l’Allemagne.