C’est sans conteste l’une des joueuses emblématiques du football féminin tricolore. Elle ? C’est Louisa Nécib. À 27 ans, la milieu de terrain est considérée comme l’une des meilleures footballeuses du monde. Pas étonnant de la voir figurer parmi les dix finalistes pour le titre de Joueuse Mondiale de la FIFA de l’année 2014. Une belle récompense pour la jeune femme originaire de Marseille. Marseille, c’est là où elle a justement commencé à tâter le cuir. Il ne pouvait en être autrement pour celle qui est fan de Zinédine Zidane. Surnommée "Ziza" en référence à son idole, la meneuse de jeu d’origine algérienne a débuté à l’US Marseille XIV en 2000.

Deux ans plus tard, elle rejoignait le Celtic Marseille Féminin. Un club où elle a tout de suite conquis Yohan Silvy, son entraîneur à l’époque : « C’était un petit bijou. Déjà c’est une petite beauté. Donc une petite beauté qui joue au foot c’était étrange. C’était un diamant qu’il ne restait qu’à travailler. Je l’ai entraîné deux ans. Mais je voyais qu’il y avait quelques chose (...) Elle devait avoir 15 ans. Elle avait l’âge de jouer avec nous au niveau National. Mais elle avait commencé au niveau régional pendant quelques matches. Je ne l’avais pas inclus directement dans l’équipe première pour la protéger. Ensuite, elle a été sur le banc et très rapidement elle a intégré l’équipe une en tant que titulaire ».

La suite on la connaît. Des passages au CNFE Clairefontaine puis à Montpellier et une cascade de trophées avec l’Olympique Lyonnais qu’elle a rejoint en 2007. Un club avec lequel elle a remporté sept titres de Championne de France consécutifs ou encore deux Ligue des Champions en 2011 et 2012. Un parcours sans faute pour l’internationale tricolore aux 102 capes. Cadre de la sélection, elle a déjà terminé 4e aux JO 2012 et à la Coupe du Monde 2011 avec les Bleues. Un palmarès qu’elle compte étoffer cet été lors du Mondial. En attendant, celle qui faisait partie des dix finalistes pour le Prix Puskas 2013 peut se distinguer en devenant la meilleure joueuse de l’année 2014.

Une footballeuse complète

Technique, précision, vista, autant de qualités qui permettent à Louisa Nécib de prétendre au Ballon d’Or Féminin. Un style de jeu qu’apprécie sa coéquipière en club et en sélection Amandine Henry : « Pour la côtoyer au quotidien, c’est une super joueuse. J’ai rarement vu une joueuse aussi talentueuse. Elle est vraiment complète que ce soit au niveau tactique, technique, physique...Elle est endurante. C’est un bonheur de jouer à ses côtés puisqu’elle sait tout faire ». Un talent qui a séduit Patrice Lair qui l’a entraîné à Montpellier puis à l’OL :« Aujourd’hui, Louisa c’est le top en France. Vu son aisance, sa virtuosité technique et sa qualité de frappe, c’est celle qui donne le tempo et la touche technique en Equipe de France et à l’OL ».

Malgré des qualités innées, elle a beaucoup travaillé pour atteindre son niveau actuel nous explique Patrice Lair : « Entre nous deux ça a été tendu au départ. Ca a toujours été une joueuse très technique. Mais elle se contentait de jouer quand elle avait le ballon et ne se replacait pas trop. Je lui ai appris à être capable de muscler son jeu. Je l’ai vu en Coupe d’Europe, c’est quelqu’un qui est capable de relever le défi physique à présent. Elle a progressé physiquement et a mis sa technique au service de l’équipe. Elle s’est affirmée en dehors du terrain. C’est une personnalité intéressante. Aujourd’hui, on sent qu’elle est costaud. C’est une fille qui peut encore progresser ».

Un sentiment que partage Yohan Silvy qui a suivi l’évolution de la footballeuse : « Elle a fait du chemin depuis Marseille et ce n’est pas terminé. Louisa a eu l’intelligence d’apprendre en côtoyant les joueuses et entraîneurs autour d’elle. Au départ, elle n’avait pas une grosse maturité de jeu. Elle avait une technique balle au pied quasiment irréprochable. Par contre, elle défendait un peu moins. Maintenant, elle est devenue meilleure en étant à l’OL notamment avec Patrice Lair. Elle a mis plus de volume dans le sens où elle défend beaucoup plus. On s’aperçoit qu’elle gagne les duels défensifs. Elle s’est vraiment donné la chance et l’opportunité de réussir ».

La fierté de l’OL et du foot tricolore

En concurrence avec des joueuses comme Marta ou Nadine Angerer, Louisa Nécib est la seule représentante tricolore pour le titre de joueuse de l’année 2014. Une récompense que la Lyonnaise accueille avec la discrétion qui la caractérise : « C’est une fierté personnelle. Un honneur de faire partie de cette liste. Ce n’est pas un objectif précis. Mais ça fait toujours plaisir ». En revanche, sa coéquipière Eugénie Le Sommer est plus locace : « Je suis contente pour elle car c’est une joueuse de l’OL et une Française. Elle le mérite. Depuis un certain nombre d’années je pense qu’une Lyonnaise mérite d’être dans ces trois finalistes et pourquoi pas gagner. L’année dernière notre saison a été un peu compliquée. J’espère qu’il y aura Lotta Schelin ou Louisa dans les trois ».

Une belle façon de mettre l’Olympique Lyonnais à l’honneur comme nous l’explique Jordan Ferri : « Quand j’étais au centre, j’allais souvent voir les filles jouer quand elles évoluaient à Gerland. Concernant Louisa Nécib, j’espère qu’elle va le remporter. C’est une joueuse talentueuse du club, ça peut être une bonne chose pour l’OL d’avoir la meilleure joueuse du monde dans ses rangs. Ca ne peut qu’être bénéfique pour elle et pour le club ». Mais cela l’est également pour le foot féminin français : « C’est une très bonne joueuse, indique Philippe Bergeroo, sélectionneur de l’Équipe de France Féminine. Ca fait plus d’une année que j’ai cette sélection. Elle a toujours répondu présente dans les matches les plus importants. C’est la meilleure passeuse de l’équipe. Ce serait une récompense pour elle et quelque chose de bien pour le football féminin français. On mérite de monter sur les différents podiums (Philippe Bergeroo est nommé dans les entraîneurs de l’année, Ndlr) ».

Mais la tâche ne sera pas facile pour Louisa Nécib. C’est en tout cas l’avis de Patrice Lair, son ancien coach à l’OL. « Au jour d’aujourd’hui, c’est la seule en France, surtout dans son registre, c’est-à-dire au milieu de terrain et meneuse technique, qui peut avoir ce trophée. Ca serait bien. Je lui souhaite de tout mon coeur. Ce serait mérité. Malheureusement, l’élimination en Coupe d’Europe va lui porter préjudice je pense. Ca va être un petit peu compliqué. Mais je lui souhaite d’être au moins dans les trois finalistes. Si elle pouvait l’avoir, ce serait extraordinaire. Mais bon si elle ne l’a pas cette année, elle l’aura l’année prochaine ou celle d’après ».

Une femme discrète

Si la footballeuse met tout le monde d’accord, la femme fait elle aussi l’unanimité. Alors que naturellement son talent parle pour elle sur le terrain, Louisa Nécib est plus réservée une fois en dehors. « C’est une fille plutôt timide. Mais timide avec un fort caractère, précise Amandine Henry. Quand elle n’est pas contente, elle se manifeste. C’est une fille abordable avec qui on peut discuter. Elle aime bien rigoler ». La jeune femme de 27 ans tient aussi à rester féminine nous explique Eugénie Le Sommer : « Elle est assez coquette. Elle est toujours bien coiffée, bien maquillée. Parfois ça nous fait sourire. Mais Louisa est comme ça. C’est aussi quelqu’un de discret et de très famille. Elle est très proche de sa famille. Elle aime sa ville Marseille. Elle nous en parle beaucoup ».

Une footballeuse et une femme discrète qui a donc su évoluer avec le temps : « Au départ, Louisa c’était une fille quand même assez renfermée, solitaire, même si elle est très proche de sa famille, précise Patrice Lair. Aujourd’hui, c’est quelqu’un qui s’affirme beaucoup plus et qui ne subit pas. Son talent lui permettait d’avoir une certaine force dans l’équipe. C’est quelqu’un de très humain. Elle est capable d’apporter dans un groupe et de dire ce qu’elle pense. Elle a évolué de ce côté là. Depuis quelques années, je pense qu’elle a progressé en tant que footballeuse mais aussi en tant que femme ». Une femme qui pourrait être parée du métal le plus précieux dans quelques semaines si elle était toutefois élue Joueuse Mondiale de l’année 2014. Une belle façon de récompenser ce talent qui vaut de l’or...