Victorieux vendredi soir à Saint-Symphorien contre le Sporting Club de Bastia (1-0), le FC Metz a réalisé une très belle opération dans leur objectif de se maintenir en Ligue 1. Une aspiration qui aurait pu demeurer plus compliquée si les Grenats n’avaient pas récupéré début mars, en appel, les deux points de pénalité ferme infligés en première instance dans l’affaire des pétards lancés sur Anthony Lopes lors du match face à Lyon (arrêté le 3 décembre et à rejouer à huit clos mercredi 5 avril à 19 heures).

Mais les Messins ne souhaitent pas en rester là. Sous la menace de trois points avec sursis, Metz a décidé de saisir le CNOSF (Comité national olympique et sportif français). Le club lorrain désire obtenir l’annulation totale de cette décision. Cette instance rendra en avis consultatif que la Fédération pourra suivre ou non. « Ce que je conteste, c’est un peu de mélanger les sanctions sportives avec les comportements de supporters. Je veux que l’on puisse purger ce débat » a déclaré à ce propos Bernard Serin, président sur FC Metz à l’AFP.