Près de quatre ans après un court succès en quart de finale grâce à un but de Michy Batshuayi sur une passe de Benjamin Mendy (0-1), l’Olympique de Marseille retrouvait le stade Michel d’Ornano (à guichets fermés) pour y affronter les amateurs de l’US Granville (N2). Pour ce 1/16e de finale de l’édition 2019/20, auteur d’une sortie mouvementée en conférence de presse, André Villas-Boas proposait un 4-3-3 fortement remanié. Yohann Pelé, Hiroki Sakai, Kevin Strootman, Maxime Lopez et Valère Germain intégraient le onze. En face, Johan Gallon avançait à tâtons, avec son 4-4-2 à plat. Cinquièmes de leur poule du Championnat de National 2, les Granvillais comptaient sur leur numéro 2 Jad Mouaddib, milieu technique, buteur lors des deux tours précédents. Deux coups francs pour l’OM dans les cinq premières minutes et une domination des Phocéens d’entrée de jeu, qui aurait pu se concrétiser par l’ouverture du score de Valentin Rongier, mais Yoan Benyahya venait se jeter devant lui (7e). Pas de premier but avec l’OM pour le milieu de terrain. Dans la foulée, Germain était contré par Elie Ehua. S’ensuivait un premier avertissement pour l’attaquant Nessemon William Sea, coupable d’un tacle dangereux sur Boubacar Kamara, et l’on se disait que la soirée allait être bien longue pour les amateurs.

Mais les approximations étaient dans les deux camps et Morgan Sanson écopait à son tour d’un carton – qui le privera du tour suivant. La première opportunité granvillaise intervenait sur coup franc. Le ballon retombait dans la surface sur Abel Behma, qui oublié par les visiteurs tentait une volée directe, captée par Pelé (17e). Les vingt minutes qui suivaient étaient à l’avantage des pensionnaires de Ligue 1. Sur une grosse erreur de relance de Robin Theault, Valentin Rongier était à deux doigts d’ouvrir le score… mais sa reprise en déséquilibre filait à ras du poteau droit (24e). L’OM insistait. Pas attaqué devant la surface, Payet se mettait sur son pied droit et décochait une lourde frappe, captée en deux temps, au sol, par Baltus (26e). Sur coup franc ensuite, la frappe du capitaine olympien passait à quelques centimètres de la lucarne (29e). Et dans la foulée, c’est Boubacar Kamara qui a la récupération d’un ballon dans l’axe armait un tir puissant à trente mètres, détourné par Jeffrey Baltus (30e). Le portier normand était toujours présent lorsque Maxime Lopez s’essayait à son tour à la frappe de loin (37e). Avant la pause, l’US Granville s’offrait une opportunité sur coup franc, mais la tête de Gustave Akueson, dans le dos de Kevin Strootman, n’accrochait pas le cadre (38e).

L’expulsion granvillaise change tout

À la pause, André Villas-Boas faisait entrer Dario Benedetto à la place de Morgan Sanson. Valère Germain passait à droite et Maxime Lopez redescendait au milieu. Les deux équipes peinaient à relancer la machine, et la première opportunité de la deuxième période arrivait à la 53e minute. Trouvé dans l’entrejeu, Kevin Strootman frappait en force plein axe mais butait encore une fois sur Baltus. À chaque prise de balle, les Granvillais étaient poussés par leur public, ce qui ne comblait pas les approximations techniques des amateurs, dont le physique déclinait à mesure que le temps s’écoulait. Les trombes d’eau n’aidaient personne. Averti, Hiroki Sakai quittait ses partenaires, remplacé par Bouna Sarr (68e). Tout juste entré en jeu, le latéral trouvait Benedetto sur un bon centre. L’attaquant argentin glissait et servait involontairement Germain, qui long à la détente voyait son tir contré par Akueson (70e). Dans la foulée, les pensionnaires de National s’offraient une contre-attaque que Jad Mouaddib ne pouvait emmener au bout (72e). De l’autre côté, Dario Benedetto faisait une nouvelle fois briller Baltus (74e). Le tournant du match intervenait à 15 minutes du terme. Coupable d’un coup de coude dans le visage de Valentin Rongier, William Sea recevait un deuxième carton jaune et laissait ses partenaires à dix (75e). Sur le coup franc, après un cafouillage dans la surface, Strootman décalait Alvaro Gonzalez, qui ajustait un Baltus sur la trajectoire mais battu sur sa gauche (0-1, 77e).

Sur le coup d’envoi, les Normands manquaient de surprendre les pros ! En contre-attaque, Jordan Blondel se retrouvait face à Boubacar Kamara. Après quelques secondes sans un mouvement, le numéro 15 de l’USG réalisait un joli geste pour éliminer le numéro 4 marseillais et frappait dans un angle compliqué. Heureusement pour l’OM, Pelé détournait au premier poteau (78e) ! Numéro 12 vissé dans le dos, Nemanja Radonjic jouait ensuite une nouvelle fois les super sub. Entré quatre minutes plus tôt, en lieu et place du muet Valère Germain, l’attaquant serbe se mettait sur son pied gauche et armait devant la surface normande, inscrivant-là son cinquième but en sortie de banc cette saison, avec l’OM (0-2, 83e). En toute fin de match, Yohann Pelé offrait une petite frayeur aux siens, lorsqu’il manquait son dégagement et envoyait le ballon dans le visage de Boubacar Kamara. Bouna Sarr sauvait devant le but vide. Sans conséquence. Dimitri Payet profitait d’une perte de balle de Ralph Kottoy en toute fin de rencontre pour corser l’addition d’une frappe enroulée qui lobait Baltus (0-3, 90e+2). Les Olympiens évitaient le piège granvillais et rejoignaient les 8es de finale de la Coupe de France, comme le Pau FC.

Retrouvez le film de la rencontre sur notre live commenté.