C’est une Coupe du Monde qui s’est achevée en eau de boudin pour le Ghana. Après leur beau parcours de 2010, les Black Stars s’arrêtent cette fois-ci en poule après leur défaite face au Portugal hier (1-2). Mais ce n’est pas uniquement le sportif qui a été défaillant. Le comportement de certains Ghanéens ces derniers jours ne sera pas passé inaperçu. À l’instar des Camerounais, ils ont refusé, à deux jours de leur match décisif, de s’entraîner en raison des primes non versées comme promis. Le président est intervenu pour faire envoyer en urgence les 3 millions de dollars au Brésil. Les photos des joueurs recevant leur enveloppe défilent désormais sur Twitter...

Puis c’est Muntari et Boateng qui ont dérapé en s’en prenant respectivement à un membre de la délégation et au sélectionneur. Résultat : les deux hommes ont été exclus du groupe avant même le 3e match. Ambiance... Et malheureusement, l’élimination subie hier n’a pas arrangé les choses et a offert un dernier triste spectacle. Comme le rapporte aujourd’hui L’Équipe, Asamoah Gyan, pourtant l’un des meilleurs Ghanéens sur la pelouse hier, a craqué en zone mixte suite à la réflexion d’un journaliste de RFI, qui lui rappelait qu’il devait parler devant les médias. Cela a mis inexplicablement le feu aux poudres.

Gyan est sorti de ses gonds, se mettant à l’insulter et obligeant ses coéquipiers à le ceinturer pour l’empêcher de se diriger vers le journaliste. « Il est malade lui ! Ta gueule ! Fils de p... ! » Puis, légèrement calmé, il a passé quelques minutes à regarder de loin le journaliste, comme pour mieux se souvenir de son visage... Voilà donc quelle aura été la dernière image laissée par le Ghana dans cette Coupe du Monde au Brésil. Au-delà de la déception sportive, la sélection devra tout remettre à plat pour éviter de futurs dérapages.