Cette fois, le coup d’envoi de l’Euro est donné. Après six ans d’attente et la nomination pour l’organisation, la compétition est enfin lancée avec ce France-Roumanie. Au stade de France, l’enceinte qui accueillera également la finale dans un mois tout juste, le pays organisateur qui partait favori, devait sortir un bon match pour se placer dans les meilleures conditions avant d’aborder la suite de la compétition. Et si les Bleus manquaient de certitudes dans leur jeu, Deschamps a pu s’appuyer sur des derniers matches de préparation convaincants pour trouver son onze titulaire. Pas de surprise donc dans l’équipe alignée par le sélectionneur au coup d’envoi. C’était la même défense que contre le Cameroun et l’Écosse. Kanté était une nouvelle fois placé devant la défense. Seul changement notable, Griezmann prenait la place de Coman sur le côté droit de l’attaque.

Pas réputée pour être un adversaire coriace, la Roumanie inspirait tout de même un peu de méfiance puisqu’elle n’a encaissé que deux petits buts durant les éliminatoires. C’est d’ailleurs la Tricolorii qui entamait le mieux cette rencontre. Un peu paralysés par la pression et l’enjeu, les Bleus subissaient un premier assaut adverse. Stancu pensait ouvrir le score suite à un corner dévié au premier poteau mais il voyait Lloris repousser sa tentative sur sa ligne d’un arrêt réflexe (4e). Sur ce coup-là, le capitaine français épargnait à son équipe un début de match catastrophique. Les tricolores répondaient timidement par une tête non-cadrée de Giroud (10e). Griezmann trouvait ensuite le poteau après un bon centre de Sagna dévié par un défenseur (14e). Les Bleus allaient mieux à l’image d’un bon Payet et d’un Kanté efficace à la récupération mais les occasions se faisaient rares. Griezmann frôlait une nouvelle fois l’ouverture du score après un centre à ras de terre de Payet (36e), tout comme Giroud dont la tête fleurtait avec la barre de Tatarusanu (45e+2).

Il fallait rectifier le tir en seconde période puisque les Français n’en avaient pas cadré un seul jusque-là. Trop tendus, ils peinaient à exprimer leur jeu tandis qu’Adil Rami semblait encore fragile. Cela se faisait encore ressentir en début de seconde période où Stancu profitait d’un fabuleux ballon de Stanciu, mais il manquait le cadre (48e). Il fallait cette frayeur pour remobiliser les Bleus. Après des tentatives cadrées de Giroud (52e) et Pogba (57e), l’attaquant d’Arsenal délivrait les siens en profitant d’une mauvaise sortie du gardien et d’un bon centre de Payet (1-0, 58e). On pensait voir l’équipe de France enfin lancée, mais il suffisait d’une légère faute d’Evra dans la surface pour tout relancer (64e). Stancu ne se faisait pas prier pour égaliser (1-1, 65e). La France devait repartir à l’assaut du but roumain afin d’éviter une sérieuse déconvenue lors du premier match de SON Euro. Seulement, elle retombait dans ses travers et ne parvenait pas à contourner un bloc très bien regroupé. Le salut viendra finalement d’une frappe merveilleuse de Payet. Le joueur de West Ham envoyait un tir puissant du gauche dans la lucarne d’un Tatarusanu archi-battu (2-1, 89e). Il offre une victoire ô combien précieuse à l’équipe de France pour lancer sa compétition.

L’homme du match : Payet (9) : Quel match ! L’ancien Marseillais est le héros du peuple français ce soir. Très en jambes, alternant jeu long et le jeu court, le meneur de jeu des Hammers a fluidifié le jeu des Bleus tout au long de la partie. En attestent ses 8 passes clés sur les 12 des Français. De bonnes transmissions qui ont constamment été à l’origine des plus belles occasions françaises (14e, 36e, 52e, 56e), jusqu’à l’ouverture du score sur laquelle il déposait le cuir sur la tête d’Olivier Giroud (58e). Et pour clôturer cette soirée d’exception, c’est bien lui qui venait délivrer le Stade de France dans les dernières secondes de la partie. Contrôle orienté et frappe enchaînée du gauche aux vingt mètres qui terminait sa course dans la lucarne. Un immense Dimitri Payet. Remplacé par Sissoko (90e).

France :

- Lloris (6) : la soirée aurait pu très mal débuter si le portier des Bleus ne réalisait pas une incroyable parade. À la suite d’un corner tiré côté gauche, le capitaine des Bleus réalisait un superbe arrêt sur une frappe à bout portant de Stancu (4e). Serein dans les airs, appliqué dans sa relance, le gardien de Tottenham a tenu son rôle. Malheureusement pour lui, il part du mauvais côté sur le penalty de Stancu (65e). Dommage.

- Sagna (5) : dans sa continuité des matches de préparation, le latéral français a livré une copie correcte. Assez remuant dans son couloir droit, le défenseur des Citizens a surtout été précieux dans ses centres, à l’image de celui vers Griezmann qui aurait pu être décisif (14e). Une bonne présence offensive, mais un manque de solidité lors des phases défensives avec notamment quelques duels perdus face à son vis-à-vis.

- Rami (3,5) : il n’avait pas rassuré face au Cameroun, montré que très peu de choses face à l’Écosse et devait donc être solide ce soir face aux Roumains pour la rencontre tant attendue. Mais, le Sévillan est loin d’avoir brillé. En grande difficulté, le numéro 4 des Bleus s’est montré particulièrement hasardeux dans ses interventions. Pire, c’est surtout son manque d’assurance balle au pied qui semble le plus inquiétant. Même s’il ne faut pas oublier sa bonne transmission vers Giroud (25e) et sa meilleure deuxième période, Rami devra montrer beaucoup plus de choses au plus vite s’il ne souhaite pas se faire devancer dans la hiérarchie.

- Koscielny (5,5) : contrairement à son homologue de la charnière centrale, le défenseur des Gunners a réalisé une bonne prestation. Vigilant face aux appels des attaquants roumains et solide dans ses duels, Koscielny a prouvé qu’il était le véritable patron de l’arrière garde tricolore. Seule ombre au tableau, le défenseur français n’a pas souhaité s’appliquer dans la relance, préférant balancer vers l’avant ou en touche. Un manque d’application qui n’a pas facilité la tâche des hommes de Didier Deschamps.

- Evra (3,5) : un bon match puis une erreur. Un pied qui traîne, Stanciu qui s’écroule et l’arbitre de la rencontre qui désigne le point de penalty. Avant cette faute concédée, le taulier des Bleus avait réalisé un bon match, se montrant assez solide dans ses duels et convaincants dans ses déboulés côté gauche. Heureusement pour lui que l’équipe de France a su réagir à quelques minutes de la fin de la rencontre…

- Kanté (8) : il était attendu, il a répondu présent. Positionné devant la défense, le milieu de terrain des Foxes a mis quelques minutes à reprendre ses marques à ce poste de sentinelle. Effacé en début de rencontre, l’ancien Caennais a doucement, mais surement, pris le contrôle de l’entrejeu. Dur sur l’homme, Kanté s’est montré essentiel dans la récupération du cuir, puis très propre dans ses relances vers l’avant. Rassurant, il a définitivement gagné sa place de titulaire.

- Matuidi (3,5) : match décevant du Parisien ce soir. Omniprésent comme à son habitude, l’infatigable milieu de terrain a multiplié les efforts pour tenter de déstabiliser un bon bloc roumain bien compact. Certes, il ne s’est pas procuré de nombreuses occasions, mais ses courses ont offert des espaces à ses partenaires qui ont pu s’en servir à bon escient. Correct.

- Pogba (4) : peut-être attendons-nous trop de la part du milieu de terrain français. Mais à la vue de son talent, et de ses performances sous le maillot de la Juventus chaque week-end, il est normal d’en attendre beaucoup. En difficulté et souvent bien bloqué par des Roumains bien en place, Pogba n’a pas eu assez d’espace pour exprimer son football. Son manque de précision dans ses transmissions et son manque de solidité dans ses duels ont entaché sa copie. Malgré quelques bons ballons intéressants, le Turinois a souvent manqué de lucidité pour transmettre la bonne passe dans le bon timing. Remplacé par Martial (77e) qui n’a pas eu le temps de montrer grand-chose.

- Griezmann (4) : tout comme Pogba, il n’a pas rayonné ce soir. Attendu comme le patron offensif de cette équipe de France, le Colchonero n’était pas au rendez-vous, malgré quelques bonnes occasions dans le premier acte, dont un poteau et une frappe qui frôlait le cadre (14e,36e). Mais le buteur français s’est ensuite éteint au fil des minutes jusqu’à disparaître. À noter tout de même de nombreux retours défensifs qui ont fait le plus grand bien à l’arrière garde tricolore. Remplacé par Coman (64e) qui a apporté toute sa fraîcheur et son insouciance sur le front de l’attaque.

- Payet (9) : voir ci-dessus.

- Giroud (7) : tout portait à croire que le buteur des Bleus était dans un jour sans. Sa première tentative de la tête passait de peu à côté des cages du portier roumain (11e), sa deuxième sur corner prenait la même direction. Pire, au terme de la première période, le Gunner n’avait réussi que deux passes, dont une sur le coup d’envoi de la partie. Oui mais voilà, Giroud n’est pas de ceux qui baissent les bras face au premier échec. Et c’est bel et bien lui qui ouvrait le premier but de cet Euro 2016 en propulsant le cuir de la tête au fond des filets (58e). Averti (68e). Le buteur des Bleus a un nom : Olivier Giroud.

Roumanie :

- Tatarusanu (3,5) : il n’a pas eu l’air très en confiance. Dès le début de rencontre, il lui fallait plusieurs touches pour capter les ballons (2e, 18e), mais heureusement pour lui il a dû attendre la 52e pour enfin récolter une frappe cadrée. Encore décisif sur cette belle reprise de Pogba (57e), il finira par craquer et par manquer sa sortie sur la tête opportuniste de Giroud (58e). Il ne peut rien faire sur le but de Payet (89e).

- Sapunaru (4,5) : plutôt à son aise offensivement, il a donné du fil à retordre en première mi-temps aux Bleus, à l’image de cette roulette sur Evra (24e). Il a su apporter les solutions devant tout en contrôlant son couloir. En revanche en position défensive, il a eu plus de mal face à un joueur comme Payet et en seconde période il a souffert des percées de Matuidi et Evra.

- Chiriches (3,5) : lui en revanche a vécu un match vraiment compliqué. Le capitaine a parfois lâché un peu de leste sur le marquage de Giroud ce qui a fini par payer puisque le Français a marqué. Enrhumé sur les dribbles de Payet (57e), sa lenteur a fini par se voir alors qu’il avait réalisé une première période tout à fait correcte. Averti (31e).

- Grigore (7) : belle performance pour l’ancien Toulousain. Il s’est retrouvé plusieurs fois en difficulté dans son dos, mais a toujours réussi à s’en sortir grâce à une vraie anticipation comme sur ce tacle de classe devant Giroud (26e) ou ce dégagement en dernière position (34e). Souvent vigilant et plutôt rapide quand le jeu est venu sur lui. Ses relances ont aussi donné satisfaction.

- Rat (4) : le joueur du Rayo Vallecano a effectué un bon match. Courageux dans son couloir gauche alors qu’il avait face à lui des vrais clients, il a su rester sérieux et n’a jamais semblé dépassé par les évènements. Averti juste avant la mi-temps (44e), il a tout de même eu quelques problèmes d’anticipation de marquage à l’image de ces deux centres qui sont venus de son côté (14e, 36e).

- Hoban (5) : son entente avec Pintilii à la récupération a longtemps gêné le jeu de l’équipe de France. Avec son compère, ils sont parvenus à hisser le bloc équipe très haut, permettant à ses coéquipiers plus offensifs de s’exprimer. Ses transmissions ont mis son équipe dans le bon sens notamment grâce à son jeu long.

- Pintilii (5,5) : lui aussi a réussi son match. Très présent défensivement, il a su récupérer des ballons dans les pieds de Giroud et a aussi coupé les trajectoires entre l’attaquant des Bleus et le reste de son équipe grâce à un bon placement. S’il a certes parfois subi la loi de Payet comme sur ce dribble au milieu. Son jeu aérien a été précieux.

- Popa (5) : assez remuant sur son côté droit, le joueur du Steaua Bucarest n’a pas forcément excellé par son apport offensif. Il est tout de même venu s’infiltrer à quelques reprises dans le dos de la défense, mais il a surtout beaucoup aidé son milieu de terrain à défendre pour mieux se projeter. Averti après une grosse faute sur Payet (77e). Remplacé par Torje (82e).

- Stanciu (6) : celui qui est annoncé comme le futur crack de la sélection roumaine aura montré l’entendue de son talent par intermittence. Il a réalisé quelques différences balle au pied comme sur cette percée où il obtient le penalty après une faute d’Evra (64e) ou ce ballon par-dessus la défense pour Stancu (47e). Il a su par quelques éclairs mettre ses coéquipiers dans le bon sens du but. Remplacé par Chipciu (72e).

- Stancu (6) : efficace et jamais avare d’efforts au pressing sur Sagna et Rami. C’est lui qui oblige Lloris à une parade réflexe sur sa ligne dès la 4e minute. Il rate son enchaînement contrôle-frappe alors qu’il était en bonne position (47e), mais se rattrape en égalisant sur penalty (65e). Avec Grigore, il aura été le meilleur roumain sur la pelouse.

- Andone (5,5) : l’attaquant de Cordoue n’est pas vraiment un foudre de guerre, mais il déborde d’énergie. Grâce à sa belle pointe de vitesse et sa ténacité, il a mis Rami dans le dur. Il n’a d’ailleurs jamais rechigné à aller au contact comme face à Evra ou Matuidi. Longtemps, il aura été le poil à gratter de la défense de Bleus. Remplacé par Alibec (61e) qui a essentiellement réalisé un travail de sape.