Cette semaine est plus que jamais un véritable calvaire pour l’AC Milan. En position de faiblesse vis-à-vis de l’UEFA dans le cadre du respect du fair-play financier, le club lombard a enchaîné avec une piètre prestation en Ligue Europa face à la modeste équipe croate de Rijeka. Déjà qualifié pour les seizièmes de finale de la compétition, Milan s’est tout de même distingué en s’inclinant 2 buts à 0, le tout sans avoir cadré le moindre tir en 90 minutes. Une performance catastrophique qui peut s’expliquer en partie par le choix de Gennaro Gattuso d’aligner une équipe remaniée.

Une décision assumée par l’ancien aboyeur de l’entrejeu rossonero en conférence de presse. « Le choix de laisser autant de joueurs à la maison est le mien. Étant donné que l’on joue tous les trois, quatre jours, c’était le seul moment pour faire ça. C’est moi qui ai la responsabilité de ces choix. La sensation que j’ai eue, c’est que l’équipe s’effondre tout de suite, elle disparaît. Il faut travailler là-dessus. C’est ma responsabilité, c’est moi qui les ai mis sur le terrain. Mais ça ne suffit pas, il faut travailler. Il faut se taire, travailler et comprendre ce qui ne va pas. Je sens que, sur le plan mental, l’équipe ne peut pas réagir ».

Gattuso s’en prend à André Silva

Prêt à mettre le bleu de chauffe pour redresser la barre, Gattuso a cependant rappelé qu’il était un spécialiste des tacles. Et s’il ne les fait plus sur le rectangle vert, l’ex-chien fou de l’AC Milan sait envoyer du petit bois par les mots. Et c’est le Portugais André Silva qui en a fait les frais. Recruté l’été dernier pour 38 M€, l’ancien attaquant du FC Porto traverse une crise de but en Lombardie (0 but en Serie A), alors qu’il s’en sort bien avec son équipe nationale. Un bilan paradoxal qui commence à taper sur les nerfs de Gattuso.

« Nous connaissons tous sa valeur. Avec sa sélection nationale, il marque tout le temps. Mais quand vous jouez en coupe avec le maillot du Milan, vous devez faire plus. Il a lutté, mais on aurait dit un corps étranger à l’équipe. Quand vous mettez le maillot du Milan, il faut le respecter. Ça m’agace. Nous avons fait jouer des joueurs qui avaient besoin de temps de jeu. Nous ne sommes pas venus ici pour perdre. (...) Nous devons nous réveiller, et moi en premier ! » En manque de confiance, André Silva saura-t-il réagir ? Ou cette remontrance publique l’enfoncera-t-elle un peu plus dans le doute ?