Une situation aux antipodes. Avec leur belle victoire face à Nîmes, mardi (6-0), les Girondins de Bordeaux sont montés sur le podium de la Ligue 1, mais rien ne va plus en interne. En effet, lors de cette rencontre, les Ultras Marines, supporters historiques du club, ont interrompu le match pendant 26 minutes en tentant d’envahir le terrain. Ceux-ci désapprouvent la gestion du club et le retrait de GACP et King Street dans l’actionnariat du club. Frédéric Longuépée, le président délégué qui concentre les critiques, a indiqué après les débordements qu’il ne quitterait pas ses fonctions.

« En dépit de la performance sportive, on a assisté à une situation désolante pour le club. C’est inacceptable, ce n’est pas du tout l’image que l’on souhaite donner du football à Bordeaux ou partout en France. C’est d’autant plus désolant après les appels au dialogue répétés que nous avons proposés aux ultras, rappelle Longuépée par des propos rapportés par Sud Ouest. Comme vous le savez, King Street est l’actionnaire majoritaire du club, il est engagé aux Girondins de Bordeaux pour longtemps. Je voudrais confirmer à tout le monde que je ne démissionnerai pas, je n’en ai jamais eu l’intention. »