Parti début décembre après la onzième défaite troyenne de la saison en Ligue 1 (0-3 face à Toulouse), Jean-Marc Furlan quittait l’ESTAC après, au total, huit ans de bons et loyaux services (2004-2007 et 2010-2015). Interrogé dans les colonnes de L’Equipe, le technicien français est revenu sur les raisons du terrible début de saison de sa formation troyenne (lanterne rouge de L1, aucune victoire). Mais le coach français s’est également exprimé sur son avenir, et d’après ses propos, Furlan ne souhaite pas s’arrêter là et espère retrouver un banc au plus vite.

« (Avez-vous envie de replonger tout de suite ?) Oui. Ce n’est pas comme à Strasbourg, où j’avais été viré (en 2009). L’envie est très forte. Je ne suis heureux qu’à l’entraînement. Mais c’est très difficile. Plein de collègues qui ont eu plus de résultats que moi comme Fred Hantz ou Elie Baup n’ont pas trouvé de club. (Ils ont aussi refusé certains projets...) Peut-être que je serais prêt à accepter des projets que ces gens-là n’accepteraient pas. Je suis prêt à prendre des challenges très compliqués », a déclaré Furlan.