Bouna Sarr a frôlé la catastrophe dans les derniers instants de la rencontre face au Nîmes Olympique. Alors que l’OM menait deux buts à un, le latéral droit s’est rendu coupable d’une main dans la surface : « il y a ce contact, je me laisse tomber. J’ai mis les mains sur le ballon, mais moi, à ce moment-là, je sais qu’il y a faute. Tout le monde me regarde, je vois l’arbitre qui met le sifflet à la bouche et siffle penalty. »

« Je vais tout de suite le voir pour lui demander la VAR. Lui-même avait compris qu’il y avait quelque chose qui s’était passé. Le joueur me touche. C’est vrai que je prends un peu mon temps pour tomber et que ça peut porter à confusion. Oui, j’ai eu peur. J’avais surtout peur que l’arbitre estime que la faute était légère. Sur ce coup, heureusement qu’il y a la VAR. On a gagné, c’est le plus important. » a-t-il confié, soulagé après avoir été sauvé par l’assistance vidéo.