Depuis quelques semaines, Stéphane Ruffier a été écarté par son entraîneur Claude Puel. Le coach reproche la sortie médiatique de l’agent du gardien dans la presse. « Je n’ai pas à comprendre cette décision ou pas. Mais depuis qu’il est arrivé à Saint-Étienne (le 4 octobre, en remplacement de Ghislain Printant), l’entraîneur a établi un rapport de force dictatorial avec toutes les composantes du club », avait lâché Patrick Glanz. Depuis, Ruffier, qui était vice-capitaine, n’a plus été convoqué en match.

En conférence de presse à la veille de la réception de Bordeaux, Puel est revenu sur la mise à l’écart puis le retour de Timothée Kolodziejczak. « S’il montre des bonnes dispositions, s’il respecte le groupe, l’équipe, qu’il cherche à revenir dans le groupe ou à gagner sa place... Ce sont des choses naturelles dans un groupe. Surtout qu’on a un effectif assez important quand il n’y a pas de blessé. Il y a de la compétition. Chacun a l’opportunité de montrer des choses et de revenir même si, à un moment donné, il ne répond pas à des choix sportifs ou à une dynamique de groupe. Personne n’est jamais écarté. » La presse a alors demandé au technicien stéphanois si ce discours s’appliquait à Ruffier. La réponse fut positive mais nuancée. « Cela dépendra de son comportement et de ce qu’il fera. » Réponse demain ou dans les prochaines semaines.