La réforme de la Ligue des Champions est un sujet récurent depuis près d’un an. L’ECA (Association des Clubs Européens) pousse notamment pour un format bien plus lucratif. L’idée première était de mettre un format avec 4 groupes de 8 équipes à partir de 2024 avec des montées et des descentes. Toutefois, ce format aurait négligé l’utilité des championnats pour les qualifications européennes. Si de nombreux acteurs ont répondu à cette proposition et l’ont critiqué, l’ECA n’a pas dit son dernier mot. Dans une assemblée qui se déroulait à Genève, le président de la Juventus Andrea Agnelli a fait part d’une posture légèrement différente. La Premier League et certains clubs s’étant opposés à cette réforme, l’ECA a décidé de laisser le débat ouvert et travaille désormais en transparence avec les clubs. Si pour le moment aucun accord n’a été trouvé, la volonté de changer les choses d’ici la saison 2024-2025 reste intacte.

« Nous avons obtenu d’importants résultats au cours des deux dernières années. Le Fair Play Financier 2.0, un protocole d’entente renouvelé et à compter de 2021, nous aurons une nouvelle Ligue Europa avec 32 équipes et une nouvelle compétition qui augmentera le nombre de participants européens. Avant Malte, j’avais l’impression que tout était écrit dans la pierre. Vous avez tous vu que ce n’est pas comme ça. C’est formidable de voir la participation de nombreux clubs à la consultation de partage au cours des deux derniers mois. Ce fut le début d’un processus authentique, ouvert et transparent. Je pense que nous sommes tous arrivés à la conclusion, après vous avoir parlé au cours des deux derniers mois, qu’un plus grand nombre de football européen est intrinsèquement bénéfique pour le football. Nous croyons fermement que peu importe ce que l’avenir nous réserve… nous devons maintenir une forte symbiose avec les ligues nationales. Nous avons des points de vue différents sur les formats et les principes de stabilité. Nous avons des problèmes sur le calendrier. Je comprends cela… mais il est généralement admis qu’une réforme doit avoir lieu en 2024/2025. Nous devons continuer à placer les clubs au cœur de la prise de décision. Nous devons continuer à encourager le développement des jeunes, renforcer l’impact social des clubs et amener le football féminin au niveau supérieur. »

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10