Le foot business est en train de prendre le pas sur le football traditionnel. Le plus bel exemple de cette transformation voulue par les grands d’Europe est la réforme prévue pour la Ligue des Champions à partir de 2024. Pour rappel, il est question d’un changement de format (4 poules de 8 et plus 8 groupes de 4), de programmation (matches envisagés le week-end) et de participants (la part belle aux clubs les plus prestigieux). Mais ce n’est pas tout.

Pour être sûr d’avoir durablement une compétition richement garnie en clubs de renom, les quatre premiers de chaque groupe seraient qualifiés pour les huitièmes de finale et aussi assurés d’être qualifiés pour l’édition suivante de la compétition, et ce, quel que soit leur classement final dans leur championnat. Tout comme les formations terminant aux cinquièmes et sixièmes places. De quoi inquiéter certaines ligues, dont celle de France. En effet, si une telle réforme était applicable dès la saison suivante, le LOSC, actuel 2e du classement de Ligue 1, ne serait pas automatiquement qualifié pour la plus grande des coupes d’Europe.

Un système de promotion et de relégation envisagé

Mais ceux qui espéraient encore un rétropédalage seront déçus. Bien décidés à arriver à ses fins, le président de l’ECA, Andrea Agnelli (également patron de la Juventus) a envoyé aux clubs membres de l’association une lettre destinée à promouvoir cette fameuse réforme. Un courrier que se sont procurés plusieurs médias, dont l’Associated Press dont un de ses journalistes a publié une partie du contenu sur les réseaux sociaux. Et qui a été confirmé sur le site officiel de l’ECA.

« Avec le board, je pense qu’il est important d’engager avec vous cette nouvelle étape d’une manière ouverte et constructive, afin de partager les idées qui sont discutées, la vision d’ensemble et recueillir vos retours. Nous voudrions, par exemple, connaître vos points de vue sur quelques principes que nous pensons fondamentaux pour le futur du football européen pour lequel nous travaillons avec l’UEFA afin de faire évoluer les compétitions de clubs ». Et voici donc, selon Agnelli, quels seraient les points positifs de cette Ligue des Champions new look :

- plus de football européen est bénéfique pour le jeu (pour les fans, la société, la culture et le développement sportif et financier).
- amélioration de la mobilité et du dynamisme du système grâce à une promotion et une relégation soigneusement appliquées.
- des matches européens avec une meilleure qualité sportive et un environnement plus compétitif à tous les niveaux.
- une plate-forme inclusive pour tous les clubs, basée sur la méritocratie sportive, pas de privilège historique.
- s’efforcer de maintenir une symbiose avec les ligues nationales (conserver l’accès et la pertinence).
- une compétition ouverte à tous - garder le rêve vivant.
- une vision progressiste et non réactionnaire et conservatrice des statu quo.

Si le système de promotion et de relégation est la mesure qui fait le plus parler, pas sûr, en revanche, que beaucoup partagent le premier point évoqué. Enfin, l’instauration d’une Ligue des Champions où se retrouveraient quasiment toujours les mêmes clubs est loin d’emballer non plus. Preuve en est avec l’enthousiasme général suscité par la présence d’équipes telles que l’Ajax Amsterdam ou encore Tottenham en demi-finale de Ligue des Champions. Des formations qui n’avaient pas ou plus l’habitude de truster le dernier carré de la compétition.