Ce week-end, des millions d’Espagnols recevaient leurs cadeaux des Rois Mages. Mais s’il y en a bien un qui a été gâté, c’est Brahim Diaz, avec une arrivée au Real Madrid en guise de cadeau. Il avait logiquement le sourire - mais aussi le trac - lorsqu’il s’est présenté devant les journalistes et les socios présents sur place. « C’est le jour le plus heureux de ma vie, je n’aurais pas pu avoir meilleur cadeau. J’avais trois options après avoir quitté Manchester City : la première, rejoindre le Real Madrid, la deuxième, le Real Madrid, et la troisième, le Real Madrid. Impossible de signer ailleurs », a-t-il lancé après le traditionnel discours de bienvenue du président Florentino Pérez. Place ensuite à l’habituelle série de jongles sur le terrain, dans un Santiago Bernabéu très peu rempli.

Après avoir embrassé l’écusson de son nouveau club, la recrue merengue s’est ensuite rendue en conférence de presse, où elle a fait face aux questions des médias, qui n’étaient qu’assez peu nombreux ce lundi il faut l’avouer. Aux côtés d’Emilio Butragueño, directeur des relations institutionnelles du club, Diaz a expliqué pourquoi il a rejoint le club de la capitale espagnole : « c’est la meilleure équipe du monde, c’est le rêve de chaque joueur de jouer ici, le train ne passe qu’une fois, il faut le saisir. Quand ils m’ont dit de venir, je n’y ai même pas pensé deux fois, comme je l’ai dit avant, c’est ce que je veux, triompher ici, être un grand ».

Brahim Diaz « a faim »

On sentait d’ailleurs dans son discours qu’il ne voulait surtout pas faire de boulettes pour ses premiers mots face à la critique et sceptique presse espagnole. « Je suis prêt (pour une place de titulaire, ndlr), j’ai très envie de commencer, de prendre le rythme, je crois que je suis prêt, mais c’est un grand vestiaire, il faut apprendre de chacun d’entre eux, les minutes arriveront peu à peu », a-t-il enchaîné, répétant son phrasé de façon quasi-machinale.

Un mot est cependant revenu de façon incessante : el hambre, la faim en Français. Très peu utilisé par Pep Guardiola à Manchester City, l’international U21 espagnol espère obtenir un peu plus de temps de jeu à Madrid. « Je n’aime pas me comparer (Isco et Asensio, ndlr), je vais les avoir près de moi, j’ai faim et j’ai envie de jouer. Je suis à disposition du coach, j’ai très envie de commencer, je suis prêt, c’est l’entraîneur qui décide. Tous mes coéquipiers sont magnifiques, il y a de très grands joueurs ici, de taille mondiale », a-t-il ajouté. À lui de montrer ce qu’il vaut !