Le FC Séville se déplace au Parc OL pour y défier l’Olympique Lyonnais (6e journée de Ligue des Champions). Adil Rami, Steven N’Zonzi et Samir Nasri devraient démarrer la rencontre sous les ordres de Jorge Sampaoli. Timothée Kolodziejczak, lui, prendra sans doute place sur le banc des remplaçants. C’est d’ailleurs peut-être la dernière fois que le défenseur formé à Lens figurera sur une feuille de match avec le club andalou.

Comme le laissait entendre Estadio Deportivo il y a quelques semaines, son départ est à l’ordre du jour du côté de Sanchez Pizjuan. L’ancien pensionnaire de l’Olympique Lyonnais (2009-2012) et l’OGC Nice (2012-2014), titulaire ces deux dernières saisons avec Unai Emery, n’est plus qu’un joueur de complément dans l’effectif sévillan (5 apparitions toutes compétitions confondues, 4 titularisations). Un changement qui, malgré un contrat courant jusqu’en juin 2018, le pousse à aller voir ailleurs.

Un départ en janvier déjà acté

Ce mercredi, dans les colonnes du Progrès, le natif d’Avion a confirmé ses envies d’ailleurs, ouvrant officiellement son mercato. « J’ai vécu de très beaux moments avec ce club, j’ai découvert une autre culture, et c’est franchement facile de s’adapter dans cette ville de Séville et dans ce club. J’ai joué 50 matches la saison dernière, aujourd’hui c’est différent », a-t-il glissé avant d’ajouter. « Cela n’a rien à voir avec le nouvel entraîneur ni avec le club, mais c’est le moment pour moi de voir autre chose au mercato d’hiver ».

Les choses sont donc claires : le central veut quitter le club de Nervion, avec lequel il a enrichi son palmarès de deux Ligues Europa (2015, 2016). Il sait d’ailleurs ce qu’il veut pour son avenir. « J’ai des pistes concrètes pour partir », a-t-il révélé. Et alors que son nom pourrait figurer dans les petits papiers d’Andoni Zubizarreta à l’Olympique de Marseille, le gaucher s’est montré clair : un retour en L1 n’est pas au programme. « Après la France et l’Espagne, je pense découvrir un autre pays, un autre championnat », a-t-il conclu. Avis aux amateurs.