C’était le grand jour pour Neymar qui disputait ce soir son premier match avec le PSG. Quoi de mieux que le théâtre champêtre du Roudourou pour faire ses débuts face à Guingamp. Le Brésilien était titulaire à gauche de l’attaque avec Cavani dans l’axe et Di Maria à droite. Dans ce nouveau 4-3-3 concocté par Unai Emery, Motta, Verratti et Rabiot formaient le trio au milieu alors que Dani Alves, Thiago Silva, Marquinhos et Kurzawa étaient titulaires en défense. Areola gardait une nouvelle fois la cage parisienne. Guingamp et Kombouaré privilégiaient eux un 4-4-2 avec le quatuor offensif Coco, Camara, Salibur et Briand.

Forcément, Neymar allait être scruté à la loupe et la star réalisait un début de match intéressant avec plus de 10 ballons touchés en 5 minutes. Le PSG imprimait un rythme élevé dès le début de rencontre. Cela se passait souvent dans les petits intervalles entre Verratti, Rabiot, Neymar et Di Maria mais le jeu n’avançait pas beaucoup et Guingamp évoluait tellement bas que les espaces étaient trop réduits pour la machine parisienne. Tout de même, les visiteurs parvenaient à inquiéter Johnsson avec des frappes de Di Maria (13e), Motta (14e) et Cavani (15e). L’En Avant résistait bien même si tous les joueurs de champs défendaient dans leur camp et avaient beaucoup de mal à franchir la ligne médiane.

Neymar fait la différence en seconde mi-temps

Paris accélérait en fin de première période avec un gros temps fort. Neymar trouvait Marquinhos au second poteau dont la tête frappait l’arrête (35e). Dans la foulée, Johnsson repoussait difficilement un coup-franc puissant de Cavani (36e). Un dernier dégagement de Sorbon sur cet excellent centre de Rabiot (44e) et l’EAG revenait au vestiaire avec un score vierge. De retour sur le pré, le PSG accélérait sans attendre. Malgré une belle tentative de Didot (48e), les joueurs de la capitale semblaient décidés à forcer la décision. Cela ne tardait pas. Après un échec de Di Maria (51e), Ikoko, sous la pression de Neymar, commettait l’irréparable en plaçant le ballon au fond des filets (0-1, 52e).

Les vannes étaient ouvertes d’autant que les Bretons se délivraient un peu plus. Les espaces devenaient plus grands. Cavani se heurtait d’abord à Johnsson (54e), puis ratait le cadre (59e) avant de doubler la mise sur un service de Neymar (0-2, 62e). Le PSG se lâchait entre la reprise acrobatique de l’attaquant uruguayen (75e), les frappes de Di Maria (78e) et de Neymar (80e). La soirée parisienne pouvait être encore plus belle avec un but de sa star. Cavani le comprenait et après une pichenette sur Kerbrat, il servait parfaitement son compère brésilien seul face au but (0-3, 82e). Voilà une première largement réussie pour Neymar, décisif sur les trois buts de son équipe.

Le film de la rencontre à revivre sur notre live.

le classement de Ligue 1 ici.

L’homme du match : Neymar (8,5) : la star du mercato effectuait sa première en mondovision, il n’avait pas intérêt à se planter. On a senti immédiatement qu’il avait à cœur de réaliser un bon match. En jambes, il a de suite pris le jeu à son compte avec énormément de ballons touchés (128). Le numéro 10 a tenté dans toutes les positions avec son sens du dribble. Il en a parfois trop fait avec un nombre de ballons perdus énorme (30) mais il a réalisé tellement de différences et distribué des caviars (54e, 59e, 78e). D’abord en échec face au but (19e, 80e), il a fini par ouvrir son compteur sur un joli service de Cavani (82e). C’est aussi lui qui met la presse sur Ikoko qui marque contre son camp (52e). Impliqué sur tous les buts de son équipe, sa première est une belle réussite.

Guingamp :

- Johnsson (5,5) : sollicité dès la 1ère minute sur une ouverture de Neymar pour Di Maria, le gardien suédois est bien sorti pour capter le ballon. Un superbe arrêt du pied sur une frappe à ras de terre de Cavani (15e). Un arrêt pas très académique mais efficace sur un coup-franc de Cavani (37e). Une première mi-temps solide. Au retour des vestiaires, il n’est pas loin de dégager du pied la passe en retrait désastreuse d’Ikoko, mais il est trop court et n’a pu que dévier le ballon sur le poteau avant d’entrer (52e). Aurait sûrement pu mieux faire sur ce coup-là, mais s’est bien rattrapé juste après sur une frappe de Cavani (55e). En revanche, il est battu sur le but de l’Uruguayen (62e). Vigilant sur trois frappes parisiennes (2X Di Maria et Neymar), mais n’y peut rien sur le premier but de Neymar en Ligue 1 (82e). Le Suédois a fait ce qu’il a pu ce soir.

-  Ikoko (2) : le joueur formé au PSG a été handicapé dès le début du match par un carton jaune pour un tacle dangereux sur Kurzawa (11e). Obligé de minimiser les risques, il s’est souvent fait déborder, heureusement sans grave conséquence en première période. Son match est terni au début de la seconde période. Il a marqué contre son camp après une passe en retrait catastrophique pour Johnsson (52e). Ne s’est pas vraiment remis de sa boulette et son carton jaune obtenu en début de match l’a empêché de tacler. A vécu des moments difficiles face à Neymar et est statique sur le troisième but parisien (84e). Offensivement sinon, il a réussi un seul centre dangereux en première période.

-  Kerbrat (4,5) : a tout de suite dû suivre Neymar de près mais s’est pas laissé impressionner. Il a d’ailleurs bien contré une perçée individuelle du Brésilien (12e). Vigilant sur une frappe de Motta qu’il a bien contrée (14e). Un excellent retour sur Di Maria qui filait au but (25e). Il a très bien tenu la baraque en première période. Comme ses coéquipiers en défense, il a pris l’eau en début de seconde période. Il est battu sur l’ouverture magique de Neymar pour Cavani qui marque (62e). Fébrile sur le troisième but parisien, où il s’est fait déborder sur le côté par Cavani qui a ensuite donné à Neymar (82e).

-  Sorbon (4,5) : l’ancien Caennais a fait parler son expérience au début avec une bonne intervention (7e) sur un ballon destiné à Cavani. Il s’est fait déborder facilement sur la première belle action individuelle de Neymar (20e). Il est battu sur l’excellent centre de Neymar amenant la tête de Marquinhos qui a touché la transversale (35e). Il a bien fini la première période avec une intervention décisive sur un centre dangereux (45e). Le défenseur le moins fébrile de Guingamp en seconde période, il n’est pas coupable sur les trois buts parisiens. Mais n’a pas non plus sorti le grand jeu.

-  Rebocho (3) : le Portugais a perdu un ballon chaud au milieu de la première période et a défendu très (voire trop) bas. Il a souvent été pris de vitesse comme sur une occasion de Di Maria (39e) et sur l’ouverture de Neymar pour Dani Alves où il a glissé (44e). Il est à l’origine de l’action chaotique du premier but, son tacle peu maîtrisé a atterri dans les pieds d’Ikoko qui a paniqué (52e). Il a vécu une soirée très compliquée défensivement et a été quasiment inexistant offensivement.

-  Didot (6) : son expérience a fait du bien aux Guingampais en première période. Il a récupéré de nombreux ballons et, contrairement à Deaux, ne s’est pas fait foudroyer par la technique des Parisiens. Il a contré de la tête une frappe surpuissante de Di Maria (34e). Il s’est fait enrhumer sur l’excellent dribble de Neymar (38e) et a retenu le Brésilien par le maillot, à la limite du penalty. Il a failli ouvrir le score en début de seconde période sur une superbe frappe des 25 mètres qui est passée juste au-dessus (48e). Toujours aussi précieux dans la récupération, il s’est éteint offensivement en raison de la fatigue. Remplacé par Thuram (79e) qui s’est tout de suite mis en évidence mais a été bien contré (81e). Inexistant ensuite.

-  Deaux (3) : souvent pris de vitesse par la technique des milieux parisiens et de Neymar (qui lui met un petit pont), il a beaucoup couru en première période sans peser bien lourd. Toujours aussi discret en seconde période et parfois maladroit avec des passes simples. A noter une intervention importante sur Neymar (67e). Sinon, il a vécu un match compliqué où il peut remercier le bon travail de Didot. Averti pour une faute sur Neymar (77e).

-  Camara (3,5) : la nouvelle recrue guinéenne n’est pas loin de reprendre de la tête un bon centre d’Ikoko (16e). Il a sinon eu du mal à s’exprimer en première période en raison de la forte domination parisienne. Quasiment inexistant en seconde période et épuisé, il est remplacé par Phiri (71e) qui n’a pas pu s’exprimer.

-  Coco (5,5) : l’international espoirs a fait des misères à Kurzawa en début de match mais son centre dangereux n’a pas trouvé preneur (5e). Le plus dangereux pour Guingamp en première période avec plusieurs accélérations (comme à la 40e où il a fait trembler le côté droit de la défense parisienne). Une seconde mi-temps bien pâle où il a été très bien contenu par les défenseurs parisiens (surtout Thiago Silva). Remplacé par Coco (80e) qui n’a pas pu s’exprimer.

-  Salibur (5) : il a plutôt bien négocié ses rares ballons en première période, mais a plutôt mal dosé ses passes. Auteur d’une frappe enroulée malicieuse (41e) qui n’est pas passée loin de la cage d’Areola. Sa seconde période n’est pas mauvaise, mais il n’a pas pu trouver d’ouvertures dangereuses malgré quelques percées intéressantes. Un match à demi-teinte pour lui.

-  Briand (4) : l’ancien Lyonnais n’a pas manqué d’énergie au début de match mais s’est montré trop maladroit. Une première mi-temps difficile pour lui, où il s’est surtout contenté de défendre. A bien commencé le second acte en chipant un ballon dangereux à Verratti avant de donner à Didot qui a frappé juste au-dessus (48e). Une seconde période légèrement meilleure mais un match à oublier pour lui.

PSG :

- Areola (5,5) : comme on s’y attendait, il n’a pas touché beaucoup de ballons dans cette rencontre. Le portier s’est contenté pendant tout le match d’effectuer quelques relances au pied et de disputer un duel aérien où il a eu du mal à s’imposer (8e). Il n’a jamais été inquiété ce qui rend sa prestation compliquée à évaluer. Quelques autres sorties dans les airs assez justes (67e, 81e).

- Dani Alves (6) : l’autre recrue phare du mercato a proposé pas mal de solutions et tenté d’étirer le bloc défensif breton. Néanmoins, il n’a pas été en réussite et a eu du mal à mettre du rythme sur son côté. Aussi, il n’a pas toujours été servi dans les bonnes conditions alors que sa qualité technique n’a pas non plus été toujours au rendez-vous. Défensivement, il n’a pas au beaucoup de travail mais effectue un tacle énorme sur Thuram (81e).

- Marquinhos (6) : comme l’ensemble de la défense, il n’a pas vraiment été mis à contribution. Seuls quelques tacles et dégagements à noter sur les rares actions guingampaises. Il a évolué très haut durant la rencontre. Il a ainsi pu récupérer pas mal de ballons et remporter la plupart de ses duels. L’ancien de la Roma a même apporté son jeu aérien en attaquant avec cette tête catapultée sur la barre sur ce centre de Neymar (35e). Sa présence a fait du bien en seconde période.

- Thiago Silva (7) : impressionnant de sérénité, le capitaine brésilien a tenu la maison derrière. Très rassurant, il a fait office de relais entre le gardien et le milieu de terrain pour tout le travail de relance. Il a effectué également quelques interventions cruciales en se jetant dans les pieds des attaquants adverses (4e, 39e, 61e).

- Kurzawa (5,5) : titulaire surement pour la saison à venir, l’ex-Monégasque s’est donné en proposant dans son couloir. Il a eu tout de même du mal à prendre la profondeur dans le dos de la défense adverse et s’est parfois compliqué la tâche avec des gestes surfaits. Le latéral a aussi été victime de l’engagement adverse avec quelques coups reçus (10e, 46e).

- Verratti (6) : toujours très soyeux une fois le ballon dans les pieds et juste techniquement, le petit italien a essayé d’offrir un peu de mobilité dans la salle des machines mais il a plutôt eu tendance à ralentir le jeu en cherchant les petits espaces au milieu, du moins en première période car par la suite, il a davantage cherché la verticalité et a envoyé quelques tacles biens sentis (51e, 69e). Il perd aussi un ballon qui aurait pu coûter cher (48e). Averti (67e) et remplacé par Pastore (79e).

- Thiago Motta (6,5) : lui aussi a joué à son rythme. Piano. Il a servi de relais en retrait à ses compères du milieu qui cherchaient à lancer les offensives mais ça manquait parfois de dynamisme. Averti pour une faute sur Salibur (32e), il a lui aussi joué plus vite vers l’avant par la suite de la rencontre comme ce ballon distribué dans la profondeur pour Neymar (56e). L’expérimenté milieu de terrain a aussi apporté un peu le surnombre dans la surface sur certaines situations.

- Rabiot (6) : le Français a réalisé une prestation correcte dans l’entrejeu. Précis, juste, il a lancé plusieurs séquences de jeu en alternant les transmissions courtes et longues mais elles n’ont pas toutes trouvé preneur. Il a aussi été bougé physiquement par le milieu de terrain guingampais et a montré quelques signes de naïveté. Son apport est tout de même positif dans cette rencontre car il a offert de la stabilité et des bons ballons dans la surface (44e). Remplacé par Matuidi (87e) auteur d’un bon retour (90e+1).

- Di Maria (6) : assez actif dès le début de rencontre, l’ancien du Real Madrid et de Manchester United a mis un certain temps à trouver sa précision. Auteur de la première tentative parisienne (13e), il a mis ses coéquipiers dans de bonnes dispositions avec quelques bons ballons distribués dans la surface (16e, 30e, 54e, 56e). Forcément, il a aussi connu pas mal de déchet et n’a pas été loin de marquer son but (78e).

- Cavani (7,5) : il a longtemps butté sur Johnsson entre ces tirs croisés (15e, 54e), ce coup-franc puissant (36e) et cette tentative non cadrée (56e) avant de trouver l’ouverture sur ce ballon distribué dans la profondeur par Neymar (62e). Il a eu du mal à se trouver en première mi-temps car il touchait peu de ballons. Après son but, il s’est lâché avec cette magnifique reprise hors cadre (75e). Que d’efforts fournis pour le collectif également.

- Neymar (8,5) : voir ci-dessus.