Nantes et Monaco lançaient leur saison à La Beaujoire ce samedi lors de cette 1ère journée de Ligue 1. Les deux équipes ont connu un été agité. Les Canaris ont changé d’entraîneur avec la venue de Miguel Cardoso alors que, comme à chaque mercato, l’ASM a multiplié les ventes et les achats. Voilà deux équipes new look qui se retrouvaient avec quelques enseignements à tirer sur la feuille de match. Les recrues Miazga et Waris débutaient sur le banc à l’inverse de Lucas Evangelista. A Monaco, Jardim envoyait dès le coup d’envoi Pierre-Gabriel, Barreca, Aholou et le jeune Diop, et espérait se rassurer après la rouste essuyée face au PSG il y a une semaine à Shenzhen lors du Trophée des Champions.

Cardoso avait prévenu que sa philosophie de jeu n’était pas vraiment la même que celle de Ranieri. Il n’a pas menti avec cette première occasion après quelques secondes seulement. La frappe de Lucas Evangeslista trouvait les gants de Benaglio après une belle percée du très jeune Dabo (1e). La tête de Kwateng elle n’était pas cadrée (3e) mais la supériorité nantaise se confirmait en ce début de rencontre. Car malgré une belle occasion que ne convertissait pas Mboula (7e), Rongier écrasait trop sa frappe en pivot (12e). Quelques minutes plus tard, le capitaine échouait à nouveau après un splendide mouvement collectif (18e). La meilleure occasion des locaux passée, Coulibaly prenait le meilleur de la tête sans arracher le cadre (21e).

Monaco fait le dos rond puis punit Nantes

Monaco éprouvait pas mal de difficultés dans le combat physique engagé par les Canaris. Souvent en retard malgré une certaine assurance technique, le club du Rocher prenait l’eau sur les ailes où Pierre-Gabriel et Barreca souffraient, à l’image de cette percée de Dabo (36e). Tatarusanu devait tout de même sortir un arrêt déterminant sur cette tête piquée de Mboula (22e) mais c’est bien le frêle Sofiane Diop qui donnait la meilleure impression chez les Asémistes durant cette première période. L’ancien Rennais n’était d’ailleurs pas loin de marquer sur ce centre de Rony Lopes (45e). Au retour des vestiaires, le club de l’ouest reprenait sa domination mais manquait de réalisme. Séduisant à tous points de vue, Nantes avait tout de même besoin du geste décisif dans la zone dangereuse.

Car après deux premières alertes dans la surface adverse, un ballon de Moutoussamy donnait de nouvelles sueurs froides à Jermerson et toute la défense monégasque (59e). Arrivait l’heure des changements avec les entrées de Falcao et Grandsir, et Monaco ouvrait le score contre le cours du jeu. L’ancien Troyen accélérait pour Jovetic, qui parvenait à centrer en direction d’un Rony Lopes oublié au deuxième poteau (0-1, 69e). En plus de ce coup pris derrière la tête, les Canaris semblaient moins bien dans cette rencontre et libéraient trop d’espaces. Le vice-champion de France n’en profitait pas tout de suite avec des échecs de Falcao (71e, 76e) et Jovetic (75e). Il y aura tout de même un sursaut venu de Rongier. Il réalisait un numéro dans la surface avant de frapper en plein sur Benaglio (80e). Mal lui en a pris car deux passes plus tard, Jovetic lancé dans le dos sur un contre battait Tatarusanu sur sa droite (80e, 0-2). Falcao en rajoutait même une couche en étant à la réception d’un joli jeu à trois (0-3, 83e). La réduction de Sala dans les arrêts de jeu passait presque à la trappe (1-3, 90e+2) et Monaco entame bien son championnat.

Revivez le live de la rencontre ici.