Une confrontation entre deux équipes malades. Dans le cadre de la 17e journée de Ligue 1, le Nîmes Olympique (19e, 12 points) accueillait ce vendredi soir l’Olympique Lyonnais (10e, 22 points) au Stade des Costières. Battu devant son public par le LOSC mardi soir (0-1), le club rhodanien devait se reprendre ce soir face à une équipe mal classée. Les Crocodiles, eux, restaient sur quatre matches sans le moindre succès, et sortaient d’une lourde défaite contre les Girondins de Bordeaux (0-6). Si les locaux pouvaient revenir à hauteur du FC Metz, actuellement 17e, les Gones visaient de leur côté la cinquième place, occupée par l’AS Saint-Etienne. Côté lyonnais, Rudi Garcia changeait six joueurs dans son 4-2-3-1 et titularisait notamment Dembélé en attaque. Dans les rangs nîmois, Bernard Blaquart alignait un 4-4-2 avec un duo Buades-Ripart aux avant-postes.

La rencontre connaissait rapidement un premier tournant, puisque les Crocodiles étaient réduits à dix au bout de quelques minutes. Auteur d’un pied haut sur le jeune Caqueret, Valls recevait un carton rouge direct de la part de M. Thual (5e). En supériorité numérique, les Gones posaient alors le pied sur le ballon et Dembélé, pour la première occasion du match, croisait trop sa frappe (10e). Briançon, lui, ne manquait pas la cible de l’autre côté du terrain, mais Lopes brillait dans son but (11e). Mais les Nîmois craquaient juste derrière. Traoré obtenait un penalty, après un joli rush, suite à une faute de Martinez (14e). Depay s’élançait et plaçait une belle panenka pour l’ouverture du score (16e, 0-1). Très actif, le capitaine lyonnais touchait même le poteau sur l’action suivante, avec une lourde frappe du droit (21e).

Maxence Caqueret très intéressant, Joachim Andersen buteur

Les joueurs de Bernard Blaquart souffraient forcément et Bernardoni sortait une tentative intéressante d’Aouar, signalé ensuite en position de hors-jeu (31e). Et les affaires ne s’arrangeaient pas car Paquiez, à cause de deux cartons jaunes en trois minutes, voyait rouge à son tour (38e, 41e). Les locaux allaient donc finir ce match à neuf. Juste avant la pause, Bernardoni devait d’ailleurs brillé une nouvelle fois devant Traoré (45e) et le score était de 1-0 à l’avantage de l’OL à la mi-temps. Après un petit temps mort au retour des vestiaires, les hommes de Rudi Garcia repartaient vers l’avant avec des occasions d’Andersen (60e) et Tete (61e). Les visiteurs cherchaient à marquer le but du break et c’est finalement Depay qui s’en chargeait. D’une superbe frappe à l’extérieur de la surface, le Néerlandais inscrivait un doublé (65e, 0-2).

Le capitaine de l’OL passait même tout près du triplé mais Bernardoni sauvait les meubles (67e). Du moins pour l’instant car le NO sombrait ensuite. Trouvé côté gauche, Aouar fixait son adversaire avant de frapper dans la surface. Sa tentative, légèrement déviée par Briançon, surprenait le gardien nîmois (71e, 0-3). Les changements s’enchaînaient alors des deux côtés, et le score changeait encore une fois. Auteur d’une belle prestation, Andersen déclenchait du droit à l’entrée de la surface et Bernardoni n’arrivait pas à repousser la tentative du Danois (79e, 0-4). Avec ce score à leur avantage, les Gones géraient tranquillement la fin de match et s’imposaient sur ce score face à des Nîmois réduits à neuf en première période. L’OL passait donc provisoirement à la cinquième place, alors que Nîmes passait vingtième.

Revivez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Depay (8) pour son deuxième match de suite après sa blessure à la cuisse, l’international néerlandais a répondu présent, c’est le moins que l’on puisse dire. Pas forcément très en vue en début de match, l’ancien joueur de MU a pris confiance en ouvrant le score sur penalty d’une panenka (16e). S’il a ensuite touché le poteau (21e), et a buté sur Bernardoni (30e), il n’a rien lâché pour doubler la mise d’une lourde frappe (65e). Et dans le jeu, on l’a vu apporter une solution et glisser quelques bons ballons. Remplacé par Reine-Adélaïde (76e), qui n’a pas eu le temps de montrer quoi que ce soit.

Nîmes

- Bernardoni (3,5) : après en avoir prix six à Bordeaux, le gardien français pensait avoir plus de répit ce soir. Mais il a encore était sollicité. Il a encaissé un but rapidement sur un penalty transformé par Depay (1-0, 16e). Déterminant sur une frappe d’Aouar à l’entrée de la surface (31e). Un sauvetage miraculeux devant Traoré sur sa ligne (45e). Il ne peut rien sur le doublé de Depay où le Néerlandais envoie une frappe limpide (2-0, 65e). Il est gêné sur le but d’Aouar et ne peut que constater les dégâts (3-0, 71e). Il en prend un quatrième sur une frappe des 25 mètres d’Andersen qui fuse devant lui (4-0, 79e). Encore une soirée terrible pour lui avec 10 buts encaissés en deux matches.

- Paquiez (non noté) : du déchet, des fautes évitables, le joueur de 25 ans a vécu une soirée compliquée. Et cela n’a pas duré bien longtemps puisque le latéral a écopé de deux cartons jaunes en trois minutes. D’abord, sur une faute sur Traoré dans le rond central (38e) puis sur un tacle à retardement sur Rafael (41e).

- Briançon (4) : alors que son équipe était réduite à dix, le défenseur aurait pu ouvrir le score sur une reprise mais Lopes se montrait vigilant (11e). Des grosses difficultés à contenir les attaquants lyonnais dans son dos, il a énormément exposé son gardien. Pas aidé par les expulsions de ses coéquipiers. Vaillant malgré tout.

- Martinez (3) : le défenseur formé au club provoque un penalty, malgré lui, après un bon débordement de Traoré dans sa surface (16e). Très exposé avec les expulsions de son équipe, il a énormément souffert face à la qualité technique des Lyonnais. Il a bien essayé de résister mais a sombré en fin de match. Remplacé par L. Valls (81e).

- Miguel (2) : opposé à Traoré dans son couloir, le Franco-portugais a connu les pires difficultés à contenir son vis-à-vis. Il a laissé le champ libre au Burkinabé, qui lui a fait des misères sur son côté. Et les dédoublements de Tete n’ont fait qu’aggraver les choses. Avec cette défense très regroupée, il n’a pas vraiment eu l’occasion de se montrer offensivement.

- Ferhat (3) : beaucoup de courses défensives, quelques éclairs offensifs où il a essayé de faire la différence seul (61e) mais très peu en vue ce soir. À l’image de ses coéquipiers, il a surtout essayé de bien défendre pour limiter la casse et combler les brèches laissées par les deux expulsés. Remplacé par Valério (87e).

- Fomba (3) : totalement esseulé au milieu de terrain. Associé à Valls, exclu rapidement, l’ancien Auxerrois n’a pas pu empêcher la débâcle de son équipe et les assauts continus des Lyonnais. À l’image de son équipe, il a totalement sombré en seconde période où il a pris l’eau avec la supériorité des joueurs de Rudi Garcia.

- Valls (non noté) : le milieu de terrain n’aura passé que cinq minutes sur le pré. Expulsé pour un pied en avant sur Caqueret, le Nîmois est logiquement expulsé par Monsieur Thual, qui n’a pas hésité une seconde (5e). Une faute évitable qui a mis en grande difficulté son équipe pour le reste de la rencontre.

- Philippoteaux (5) : le seul à, peut-être, sortir du lot ce soir. Malgré l’infériorité numérique de son équipe, il s’est démené pour apporter du danger en jouant juste, et cassant des lignes avec des passes précises. Pas avare de retours défensifs, il a essayé de maintenir les siens à flot mais la tâche était trop compliquée ce soir.

- Ripart (4) : de l’activité et de la présence sur le front de l’attaque. Accrocheur et déterminé, l’attaquant a tout donné mais il n’a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. L’attaquant a paru nerveux et en colère sur certaines décisions arbitrales, ce qui l’a sorti de son match.

- Buadés (3) : difficile de s’exprimer dans une rencontre comme celle-ci. Avec les deux expulsions rapides, il s’est surtout attelé à défendre dans sa moitié de terrain. Il n’a pas hésité à aller au duel, notamment de la tête, pour tenter de relancer son équipe et ainsi créer des différences. Certes, ce n’est pas un défenseur mais il perd un ballon facile à l’entrée de sa surface et laisse Depay envoyer un boulet de canon dans ses cages (65e). Remplacé par Sainte-Luce (72e).

OL

- Lopes (6,5) : avec la physionomie de la rencontre, l’international portugais n’a pas eu grand-chose à faire dans ses cages. Très vigilant sur un coup-franc de Valls (3e) et une tentative dangereuse de Briançon (11e), le gardien lyonnais s’est ensuite contenté de relancer proprement lorsqu’il avait le ballon. La deuxième période a dû être un peu longue pour lui puisqu’il n’a rien eu à se mettre sous la dent, encore moins que dans le premier acte.

- Tete (6,5) : titulaire suite aux absences de nombreux latéraux (Dubois, Koné, Marçal), le Néerlandais n’a pas vraiment souffert puisque les locaux n’ont pas été très dangereux. Cependant, les quelques offensives adverses sont passées de son côté. Mais il a fait du bon boulot et a apporté un petit plus offensivement, en combinant bien avec Traoré par exemple. Sa reprise à l’heure de jeu aurait même pu finir au fond (60e) et il a failli donner une passe décisive à Depay qui a buté sur Bernardoni (67e).

- Andersen (7,5) : l’ancien défenseur de la Sampdoria est resté solide dans ce match. Présent dans les duels quand il le fallait, le Danois a récupéré quelques ballons (17 au total) et a surtout été très important en attaque. Il a évolué très haut sur la pelouse et a pu tenter sa chance à de nombreuses reprises. Si ses premières tentatives n’ont rien donné, sa dernière a terminé au fond des filets (79e). Une belle prestation pour le défenseur central lyonnais.

- Denayer (6) : dans le dur en début de match, l’international belge a ensuite relevé la tête pour aider ses partenaires. Beaucoup moins offensif que les trois autres défenseurs de l’OL, l’ancien joueur de Manchester City a quand même assuré l’essentiel derrière en stoppant les Nîmois sur leurs incursions, qui n’ont pas été nombreuses. Ce dernier a d’ailleurs gratté 11 ballons dans cette partie.

- Rafael (6) : titulaire côté gauche ce soir, le latéral brésilien a été intéressant. très volontaire sur le plan offensif, il n’a pas eu énormément de boulot derrière. Le joueur de 29 ans a même pu tenter sa chance mais n’a pas cadré sa frappe (36e). Et avant la pause, il a provoqué l’expulsion de Paquiez (41e). Touché sur ce tacle, il n’a pas pu reprendre la rencontre après la pause. Le jeune Bard a donc pris sa place (46e, note : 5,5). Forcément un peu plus timide que ses coéquipiers pour ses premiers pas en professionnel, le latéral de 19 ans s’est permis quelques montées intéressantes. Et défensivement, les locaux ne l’ont pas inquiété.

- T. Mendes (6) : le milieu de terrain brésilien, souvent pointé du doigt pour ses performances, a montré de belles choses. S’il a oublié Briançon sur la grosse occasion nîmoise (11e), il n’a plus vraiment fait d’erreurs derrière. Sur le plan offensif, il a tenté sa chance à deux reprises et a aussi participé au jeu lyonnais. L’ancien joueur du LOSC n’a pas brillé mais il a été intéressant.

- Caqueret (7,5) : pour son deuxième match de la saison, le joueur formé à l’OL a pris en main le jeu de son équipe. Après avoir provoqué l’expulsion de Valls (5e), il a quasiment tout fait dans l’entrejeu. Relances propres, ouvertures brillantes, intelligence de jeu : le Français de 19 ans a régalé ce soir, en sachant que la supériorité numérique l’a forcément aidé comme toute son équipe. Après avoir rendu une bonne copie, il a cédé sa place à Tousart (69e). Ce dernier est bien rentré dans son match et a surtout été très propre dans ses relances, avec 100% de passes réussies.

- Traoré (6,5) : encore présent dans le couloir droit, le Burkinabé était inspiré ce soir. Après son superbe rush pour obtenir le penalty (14e), l’ailier lyonnais a continué sur sa lancée et a manqué de peu le but puisque Bernardoni a sorti un magnifique arrêt (45e). En deuxième période, il a encore tenté sa chance (57e) mais a eu un peu plus de déchets qu’avant la pause. Une bonne prestation.

- Depay (8) : voir ci-dessus

- Aouar (7) : pour cette rencontre, Rudi Garcia a décidé de le titulariser côté gauche dans le 4-2-3-1. Un choix payant puisque le joueur de 21 ans a plutôt brillé. Toujours très adroit balle au pied, avec des ouvertures précises, le milieu de terrain français a même marqué un but en deuxième période (71e), après un premier échec devant Bernardoni (31e). Comme la plupart de ses coéquipiers, il a aussi été là pour offrir une solution et organiser le jeu des siens. Son entente avec Depay a été bonne.

- Dembélé (4,5) : entré en jeu face au LOSC, l’ancien avant-centre du Celtic était cette fois-ci titulaire pour cette partie. Mais il n’a pas vraiment marqué de points. Après sa frappe croisée à côté en début de rencontre (10e), l’international Espoirs français a petit à petit disparu des radars. Au milieu de la défense nîmoise, il n’a pas vraiment réussi à se démarquer pour se rendre disponible. D’ailleurs, sur 26 ballons joués, il en a perdu 12, et il n’a réussi que 75% de ses passes. Un match compliqué.