Opta a décidé de mettre Nabil Fekir à l’honneur durant le match opposant l’OL à Angers (1-1) dimanche après-midi. Le capitaine de l’Olympique Lyonnais est le meilleur buteur français des cinq grands championnats européens cette saison avec 14 réalisations. Lors de la rencontre face au SCO, il a aussi été le joueur ayant subi le plus de fautes lors d’un match de Ligue 1 depuis dix ans d’après Opta. Une statistique qui n’est pas passée inaperçue entre Rhône et Saône. En zone mixte après la rencontre, le numéro 18 des Gones a avoué avoir eu connaissance de ces chiffres. Mais il n’a pas semblé contrarié plus que ça par le traitement qu’il a subi durant le match face aux Angevins. « C’était un match un peu compliqué pour moi. J’avais un joueur au marquage pendant le match. Après, il y a eu quelques fautes. Mais ça fait partie du foot, c’est comme ça. On doit faire avec, aux arbitres de faire leur boulot ».

Il a toutefois avoué comprendre Neymar (PSG), qui s’est parfois montré agacé du traitement dont il fait l’objet. « Je le comprends. Après le foot, c’est comme ça. Tous les joueurs qui ont de la qualité se font un peu taper dessus. Il faut faire avec ». Son entraîneur Bruno Genesio, lui, était beaucoup plus agacé après la rencontre. « Nabil a subi plus de fautes que tout autre joueur en Ligue 1 depuis dix ans je crois. J’aimerais vraiment qu’on se penche quand même là-dessus pour favoriser le jeu et non l’anti-jeu. Je crois que ce soir (dimanche), on a plus favorisé l’anti-jeu que le jeu ». Expéditif, l’entraîneur de l’OL s’est une nouvelle fois plaint du traitement réservé à son leader offensif. Il avait déjà pointé du doigt un acharnement contre Fekir à la mi-décembre.

Aulas met la pression

Du même avis que son coach, Jean-Michel Aulas s’est lui montré plus bavard sur le sujet, n’hésitant pas à glisser quelques tacles bien sentis au passage. « On va encore saluer le match héroïque de Nabil. Je viens de lire une statistique disant que depuis dix ans, dans un match (de L1), aucun joueur n’avait subi autant de fautes directes. Donc je pense qu’il faut essayer de protéger les créateurs. Plutôt que de chercher à aller regarder dans une pseudo commission si Mariano, après avoir été touché, à plonger ou pas, je pense qu’il faut vraiment protéger les créateurs comme Nabil. Il vient de me montrer, ses deux jambes sont touchées. Il y a des impacts de tous les côtés. Ceci étant, c’est toujours un plaisir de l’avoir dans son groupe, non seulement en tant que joueur, mais aussi en tant qu’homme. C’est un super capitaine. Franchement, je suis très heureux pour lui. On voit qu’il a atteint à tous les niveaux, un niveau exceptionnel ».

Puis il a ajouté : « Il y a eu beaucoup de fautes d’anti jeu. Déjà, on n’a pas joué le temps qu’on aurait dû jouer (...) Après, c’est vrai qu’il y a eu énormément de fautes qui n’ont pas, sauf à la fin, enclenché de cartons jaunes. Je ne suis pas expert en la matière. Je ne peux pas juger. Je dis simplement que si Opta donne comme statistiques que c’est le match depuis dix ans en L1 pendant lequel un joueur a été la cible des adversaires, c’est qu’effectivement, il devait y en avoir beaucoup. Du coup, on est pénalisé doublement. D’une part, car il ne peut pas s’exprimer. En plus, le temps de jeu a été inférieur à ce qu’il aurait dû être. C’est le football. Un jour dans un sens, un autre dans l’autre sens. Je pense que tous les gens qui sont quelque fois imaginatifs pour décrire comment les choses se passent à Lyon pourront regarder comment ça s’est passé aujourd’hui ». Il reste à savoir si ce coup de pression portera ses fruits. Réponse lors des prochains matches de l’OL mercredi face à Guingamp puis contre le PSG dimanche prochain.