Dans quelques jours, les amateurs de football vont pouvoir se régaler avec le retour de la Ligue des Champions et la cinquième journée de la phase de poules. Mais en attendant, les clubs européens avaient une rencontre à jouer dans leur championnat. Pour lancer la 14e journée de Ligue 1, le PSG s’est imposé face au LOSC vendredi soir au Parc des Princes (2-0). Et ce samedi, c’était au tour de l’Olympique Lyonnais (14e, 16 points) de jouer, avec une rencontre contre l’OGC Nice (13e, 17 points) au Groupama Stadium. Deux semaines après leur revers dans l’Olympico face à l’OM (1-2), les Gones devaient se reprendre devant leur public. Une victoire pouvait leur permettre de rentrer dans le Top 5. Les Aiglons avaient exactement le même objectif, eux qui restaient sur un nul contre Bordeaux (1-1). Pour ce match, Rudi Garcia sortait un 4-2-3-1 avec Reine-Adélaïde en 10. Côté niçois, Patrick Vieira optait pour un 4-3-3 et Boudaoui connaissait sa première titularisation dans l’entrejeu.

Le public ne devait pas être en retard en cette fin d’après-midi puisque les Aiglons allumaient la première mèche au bout d’une trentaine de secondes. Bien rentré dans son match, Lopes captait cependant la tentative croisée d’Ounas (1ère). Derrière, les Gones posaient le pied sur le ballon mais les offensives de Mendes (2e) ou encore Traoré (6e) ne donnaient rien. Mais à force de pousser, les locaux trouvaient la faille puisque Reine-Adélaïde profitait d’une erreur de Dante devant la surface pour croiser sa frappe et ouvrir le score (11e, 1-0). Les Niçois essayaient de revenir avec des opportunités pour Dolberg (17e, 18e), mais ça ne donnait rien. À l’inverse, les Gones trouvaient eux le cadre, comme Traoré qui voyait sa frappe être captée par Benitez (23e). Le portier argentin devait tout de même s’incliner une seconde fois ensuite. Dembélé obtenait un penalty suite à une faute d’Hérelle dans la surface, et l’ancien joueur du Celtic transformait pour inscrire son dixième but de la saison en championnat (28e, 2-0).

L’OL se reprend après la défaite lors de l’Olympico

Les Gones semblaient donc avoir fait le plus dur, mais la rencontre prenait une autre tournure. Pour un pied bien haut sur la tête de Boudaoui, Marçal était expulsé par M. Delerue (34e). Rudi Garcia devait donc réorganiser son équipe et Reine-Adélaïde, encore une fois, était remplacé, comme face à l’OM. Koné prenait sa place (36e). En supériorité numérique, les Aiglons terminaient bien le premier acte. Lopes s’imposait tout de même devant Nsoki (38e) et Boudaoui (45e), alors que Dolberg avait lui manqué sa tête (39e). Le score était donc de 2-0 en faveur de l’OL à la pause. À cause d’une épaisse fumée dans le stade, suite à l’usage de fumigènes, le coup d’envoi de la deuxième période était retardé. Et rapidement après la reprise, les Aiglons relançaient la partie avec un but de Dolberg, qui profitait d’un arrêt de Lopes sur une frappe d’Ounas pour marquer (49e). Mais pour un hors-jeu très limite, cette réalisation était finalement refusée avec l’aide de la VAR.

Les hommes de Patrick Vieira ne baissaient pas les bras pour autant. Sur un corner joué à deux, Dante voyait sa tête fuir de peu le cadre (59e). Juste avant, Traoré avait lui tenté sa chance mais son coéquipier Dembélé avait détourné du dos devant Benitez (57e). Le Burkinabé retentait d’ailleurs sa chance mais ça ne donnait toujours rien (69e). De l’autre côté du terrain, Lopes continuait son récital en s’imposant face au Danois Dolberg (70e). Les changements se multipliaient mais l’OGCN relançait cette fin de match. Côté droit, Burner ajustait son centre vers Dolberg qui devançait Andersen pour marquer (78e, 2-1). Impuissant sur le but, le gardien portugais se rattrapait cependant en stoppant une belle frappe de Lees-Melou (81e). Derrière, Burner était expulsé pour un deuxième avertissement (85e), laissant les Aiglons terminer également ce match à dix. Mais l’OL tenait le coup et s’imposait donc 2-1 au Groupama Stadium. Avec ce succès, les Gones passaient cinquièmes. Les Aiglons restaient eux quatorzièmes.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.

L’homme du match : Lopes (7) si l’OL a réussi à s’imposer sur ce score de 2-1, c’est en grande partie grâce à lui. Les Aiglons ont eu plusieurs opportunités mais le portier portugais a fait le travail, hormis sur le but de Dolberg où il n’a pas pu faire grand-chose (78e). Entré dans son match rapidement avec un arrêt sur une frappe d’Ounas (1ère), le gardien lyonnais a enchaîné devant Nsoki (37e) et Boudaoui (45e). Après la pause, il a encore écœuré les Niçois, notamment Ounas (49e, 68e) et Dolberg, finalement buteur ensuite (70e). Et il a sauvé l’OL sur une ultime tentative de Lees-Melou (81e). Un gros match de sa part.

Olympique Lyonnais

- Lopes (7) : voir ci-dessus

- Dubois (6,5) : capitaine ce soir face à l’OGC Nice, l’ancien joueur du FC Nantes a été très intéressant. Dans son couloir, l’international français a asphyxié Ganago et même Maolida, qui a pris la place du premier nommé. Et dans la surface, sur les offensives niçoises, le latéral lyonnais a souvent pris les ballons de la tête pour écarter le danger. Le joueur de 25 ans a encore montré qu’il était indispensable.

- Andersen (5,5) : le jeune défenseur central de l’OL (23 ans) n’a pas réalisé de grosses erreurs mais il a quand même été moins bon que Denayer, placé juste à côté de lui. Auteur de 10 pertes de balles, le Danois a aussi été en retard sur Dolberg qui a pu réduire l’écart du bout du pied (78e). Une petite erreur qui aurait pu coûter cher mais les Gones ont tenu bon pour s’imposer.

- Denayer (6) : après avoir passé la trêve internationale avec la Belgique, l’ancien défenseur de Galatasaray retrouvait donc lui aussi l’OL. Et le joueur de 24 ans a rendu une bonne copie. Omniprésent dans la surface lyonnaise, il a souvent été là au bon endroit au bon moment, pour donner un peu d’air à sa formation. En ce qui concerne la relance, il a aussi été précieux.

- Marçal (non noté) : préféré à Koné pour débuter sur le flanc gauche de la défense, le Brésilien a pris le bouillon. Ounas et Bouadoui, très actif côté niçois, sont passés trop facilement dans son couloir. En difficulté, il n’a pas arrangé son cas puisqu’il a reçu un carton rouge direct pour un pied haut sur le milieu de terrain algérien (34e). Il n’a donc même pas joué 45 minutes, ce qui lui évite donc d’écoper d’une note assez salée ce soir...

- T. Mendes (6,5) : souvent pointé du doigt pour ses performances, le milieu de terrain brésilien a cette fois-ci réalisé un bon match dans l’entrejeu. L’ancien Lillois, qui a tenté sa chance par deux fois, a surtout réalisé un énorme travail devant sa défense pour récupérer des ballons (23 sur l’ensemble du match). Même s’il en a aussi perdu beaucoup (18), le joueur de 27 ans a été à son avantage aujourd’hui.

- Tousart (5,5) : aligné aux côtés de Thiago Mendes devant la défense, le milieu français s’est un peu moins montré que son coéquipier. Moins trouvé que le Brésilien, le natif d’Arras a quand même essayé de faire la transition entre la défense et l’attaque, et il l’a plutôt bien fait.

- Traoré (5) : l’ailier droit du jour a eu pas mal de ballons dans son couloir. Pas forcément très à l’aise techniquement, et aussi imprécis par moment (67% de passes réussies), le Burkinabé a cependant réussi à faire la différence face à Nsoki par exemple. Auteur de deux tentatives intéressantes, il aurait également pu marquer. Remplacé par Cornet (71e) qui n’a pas vraiment eu le temps de se montrer.

- Reine-Adélaïde (non noté) : un véritable mystère, ou une énigme. Encore une fois titulaire dans le XI de départ de Rudi Garcia, l’ancien Angevin a fait parler sa technique pour créer le danger et montrer de belles choses dans le camp niçois. Profitant d’une erreur de Dante, l’international Espoirs français a ouvert le score d’une belle frappe croisée (10e). Il était donc bien dans son match mais encore une fois, comme à la mi-temps de l’Olympico, son entraîneur l’a remplacé par Koné (36e - note : 5) suite à l’expulsion de Marçal. L’ancien latéral du LOSC, plutôt séduisant dans un premier temps, a laissé ensuite des espaces dans son dos. Burner en a d’ailleurs profité pour centrer vers Dolberg sur la réduction du score (78e).

- Terrier (5) : un peu plus libre que d’habitude, l’ancien joueur de Strasbourg a beaucoup couru sur la pelouse du Groupama Stadium et a récupéré quelques ballons intéressants (10 au total). C’est d’ailleurs lui qui a lancé Dembélé sur l’action du penalty (28e). Mais sur le plan offensif, on ne l’a jamais vraiment vu dans les derniers mètres. Remplacé par Rafael en fin de rencontre (79e).

- Dembélé (6,5) : un peu fantomatique en début de match, l’ancien avant-centre du Celtic est finalement sorti de l’ombre. Peu servi, il a toutefois été intéressant puisque dès qu’il touchait le ballon, l’OL faisait quelque chose. Après avoir obtenu un penalty, l’international Espoirs français s’en est chargé lui-même pour doubler la mise (28e). En deuxième période, il a aussi été discret mais a quand même provoqué l’expulsion de Burner (86e) avant de manquer le cadre de la tête (89e).

OGC Nice

- Benitez (5) : l’Argentin encaisse un but rapidement puisque sur le tir croisé de Reine-Adélaïde, il semble un peu court et n’arrive pas à se détendre complètement (10e). Il est pris à contre-pied sur le penalty de Dembélé et ne peut rien faire (28e). Moins sollicité en deuxième période avec le surnombre de son équipe mais toujours solide dans ses interventions.

- Burner (4) : bousculé par Reine-Adelaïde sur l’ouverture du score (10e), le latéral droit n’est pas entré de la meilleure des manières dans cette rencontre. Mais il a repris le fil par la suite en apportant régulièrement le surnombre dans son couloir. Logiquement sanctionné d’un carton jaune après un tacle à retardement sur Koné (65e). Sur un déboulé dans son couloir, il centre parfaitement pour la réduction du score de Dolberg (78e). Sur une nouvelle faute sur Dembélé, il écope d’un nouveau carton jaune et laisse ses coéquipiers à dix (85e).

- Hérelle (3) : touché rapidement après un contact avec Reine-Adélaïde (3e), le défenseur a paru en demi-teinte. En retard dans ses interventions, il a eu du mal à se positionner et a même concédé un penalty pour une faute sur Dembélé (28e). Diminué physiquement, il a été remplacé à la pause par Sarr (note : 4). L’international Espoirs français a semblé plus à l’aise mais a été coupable de quelques pertes de balles dangereuses, comme à la 72e minute.

- Dante (4) : très présent dans les duels physiques dès le début du match, le Brésilien remise involontairement pour Reine-Adélaïde qui trompe Benitez d’une frappe croisée (10e). Parfois mal placé et en retard, il a semblé fébrile sur les attaques lyonnaises. Tout proche de se rattraper de son erreur en première période avec une tête qui passe juste à côté (59e).

- N’Soki (3,5) : un début de match à l’envers. Par exemple, il n’attaque pas assez Reine-Adélaïde sur le premier but (10e). Il a essayé de reprendre confiance par la suite avec une frappe aux six mètres, qui oblige Lopes à se détendre (38e). Moins mis en danger par la suite, il s’est appliqué à bien défendre et à apporter des solutions en attaque, notamment grâce à sa qualité de passe.

- Boudaoui (6) : toutes les offensives niçoises sont passées par lui en première mi-temps. Il a vraiment mis en difficulté Marçal en profitant des espaces dans son dos, et a même provoqué son expulsion (34e). Toujours disponible et en mouvement, l’Algérien a souvent cherché à créer le déséquilibre dans la défense lyonnaise. Il tente sa chance sur une frappe tendue (45e) mais n’a pas été en réussite aujourd’hui. Très intéressant pour sa première titularisation. Remplacé par Lusamba (79e).

- Cyprien (5) : l’ancien Lensois a connu des difficultés à se sortir du pressing lyonnais. Si ses coups de pied arrêtés sont toujours précieux, il n’a pas mis l’intensité suffisante pour bouger le milieu rhodanien. Mieux par la suite, il a bien orienté le jeu de son équipe avec des passes qui ont cassé des lignes. Véritable maître à jouer, c’est le joueur qui a touché le plus de ballons dans ce match (96 !).

- Lees-Melou (5) : des passes intéressantes dans sa volonté de jouer vers l’avant, mais des difficultés à contenir les assauts lyonnais au milieu. Souvent juste techniquement, il a profité de la supériorité numérique de son équipe pour apporter le danger offensivement en seconde période. Il aurait pu être récompensé si ses frappes n’avaient pas été contrées par la défense adverse.

- Ounas (4,5) : pour sa deuxième titularisation après sa longue blessure (6 matches d’indisponibilité), l’Algérien s’est vite mis en évidence avec une frappe en angle fermé, bien captée par Lopes (1ère). Très actif sur le front de l’attaque, il s’est baladé, dézonant parfois beaucoup. Il peut mieux gérer certaines situations offensives en lâchant son ballon plus tôt (53e). Souvent des mauvais choix dans les temps forts niçois, il pénalise son équipe par ses imprécisions récurrentes.

- Dolberg (5,5) : bien décalé par Boudaoui, le Danois est trop court pour reprendre le centre de son coéquipier alors qu’il était seul face au but vide (18e) ! Juste avant, il a manqué une tête sur un corner de Cyprien (17e). Une autre occasion de revenir dans le match mais sa tête passe encore au-dessus (39e). Il pense revenir au score dès le retour des vestiaires mais est signalé hors-jeu d’un cheveu (49e). À force de persévérance, il réduit l’écart du bout du pied sur un centre de Burner (1-2, 78e).

- Ganago (3) : un match vraiment difficile. Placé en haut à gauche de l’attaque niçoise, le Camerounais est l’un des joueurs qui a touché le moins de ballons de son équipe (seulement 23). Souvent arrêté, il n’a pas fait de différences dans ses déplacements ou balle au pied. Il cède logiquement sa place à Myziane (61e) qui a essayé d’apporter de la percussion sur son côté.