Ce mardi soir, l’Olympique de Marseille jouait gros dans un Stade Vélodrome qui sonnait creux à cause du huis clos imposé par la Ligue de football professionnel (LFP) suite aux incidents de la rencontre entre l’OM et Lille. En effet, les Phocéens recevaient les Girondins de Bordeaux pour une rencontre en retard de la 18e journée de Ligue 1. Sans beaucoup de joueurs (Strootman, Balotelli, Luiz Gustavo, Rami, Thauvin et Payet notamment) et sans Rudi Garcia suspendu, les Marseillais se sont imposés sur le score d’un but à zéro.

« C’est une victoire, encore une fois, qui arrive à un moment important, avec une équipe qui a énormément d’absents. Je voulais remercier les joueurs et le staff qui méritaient cette victoire et je suis content pour les joueurs qui n’ont pas l’habitude d’être autant sur le terrain et qui ont répondu présent. Notamment des jeunes qui m’ont fait plaisir, mais aucune raison de s’emporter et maintenant il faut faire une belle série », a lâché Jacques-Henri Eyraud en zone mixte.

« Il a commis un crime ? Un délit ? Ça m’a un peu choqué »

Toutefois, les questions se posaient forcément sur Rudi Garcia, l’entraîneur de l’Olympique de Marseille, qui est en grande difficulté avec un club maintenant septième de Ligue 1 et encore loin du podium. Une nouvelle fois, JHE a tenu a mettre les points sur les i et les barres sur les T et a continué à défendre le coach qu’il a choisi et prolongé. Mieux encore, il s’est dit extrêmement choqué par le sort que réservait la presse à son protégé.

« Ce que je veux dire, c’est que j’ai lu des choses qui m’ont choqué ces dernières heures. J’ai lu des mots "procès", "sursis", alors quoi ? Il a commis un crime ? Un délit ? Ça m’a un peu choqué. Je crois que c’est excessif d’employer ces mots-là. On travaille, tout le monde travaille dans le vestiaire, dans le club, pour changer la dynamique. J’aimerais qu’on sache garder raison et qu’on n’emploie pas ses mots là », a-t-il poursuivi la mâchoire serrée. Encore une fois, le board de l’OM prouve qu’il n’y a pas l’ombre d’une hésitation concernant le maintien de Garcia.