L’OM célébrait ses 120 ans ce soir à l’occasion de la réception de Saint-Etienne. L’actualité marseillaise n’invite pourtant pas à la fête avec un mercato en berne et des résultats décevants depuis le début de la saison. Luiz Gustavo était en plus absent du Vélodrome puisqu’il s’est envolé en direction de la Turquie. En attendant que ce dossier soit bouclé, ce qui pourrait également débloquer la venue de Rongier, Villas-Boas alignait un 4-3-3 avec Alvaro Gonzalez associé à Kamara derrière et un trio Sanson-Lopez-Strootman au milieu. Sarr et Payet complétaient l’attaque avec Bendetto alors que Thauvin, de retour de blessure, démarrait sur le banc. En face, les Verts, irréguliers en ce début de saison, se présentaient avec un 3-4-3, Boudebouz évoluant en soutien de Beric et Khazri.

Cette rencontre démarrait sur un premier fait de jeu. Perrin pensait ouvrir le score après avoir ajusté Mandanda en deux temps mais il était logiquement signalé en position de hors-jeu (3e). Problème, la VAR mettait bien trop longtemps à confirmer la décision arbitrale. Une fois le jeu repris, le capitaine stéphanois se retrouvait à nouveau en excellente position seulement son coup de tête passait au-dessus du but (8e). Ce sont bien les Verts qui réalisaient le meilleur départ dans cette rencontre. Plus imaginatif dans le jeu, ils parvenaient à faire mal sur les côtés à une défense en grande difficulté. Amavi, notamment, affichait des signes très inquiétants de fébrilité.

Un anniversaire réussi

Il manquait le plus important, des occasions. Dominé, l’OM faisait le dos rond sans trop trembler, avant de mieux finir cette première période. Et alors que Sainté avait du mal à se présenter devant le but, il n’aura fallu qu’une seule opportunité pour les Phocéens. Au terme d’un mouvement collectif superbement initié par Benedetto, parfaitement mené par Sarr et relayé par Sanson, l’attaquant argentin inscrivait son premier but au Vélodrome pour l’ouverture du score (1-0, 33e). Les Verts prenaient un coup derrière la tête même s’ils s’offraient deux situations par Khazri (38e) et Palencia (45e+1). Marseille revenait sur la pelouse avec les mêmes intentions offensives. Car même si les Phocéens décidaient de laisser le ballon aux joueurs du Forez, ils s’offraient encore quelques situations grâce à une meilleure qualité technique.

L’entente entre Payet et Benedetto montait en puissance, le premier plaçant le second sur orbite pour aboutir à cette belle frappe hors cadre de 25 mètres (55e). L’Argentin continuait son numéro en reprenant ce centre en retrait de Sakai d’une jolie talonnade (58e). Saint-Etienne n’était pas en reste non plus et s’approchait dangereusement du but de Mandanda. Sans un pied de Strootman, M’Vila aurait sans doute pu cadrer sa frappe à l’entrée de la surface (57e), tandis que Sakai contrait in extremis la tentative de l’entrant Bouanga (63e). Mandanda lui s’y reprenait à deux fois pour capter cette grosse frappe de Youssouf (78e). La fin de match devenait un peu folle avec des situations dans les deux zones de vérité mais ni Amavi (87e), ni Khaoui (88e), ni Thauvin (90e+5) et encore moins Khazri (90e+3) ne parvenaient à modifier le score. Cet OM, en progrès, l’emporte de justesse et c’est globalement mérité. De quoi offrir des sourires pour les 120 ans du club et une 8e place au classement.

Revivez le film de la rencontre sur notre live.

L’homme du match : Benedetto (7,5) : déjà buteur face à Nice en milieu de semaine, la recrue phare de l’été a encore frappé ce soir, marquant son premier but au Vélodrome. Il est d’ailleurs magnifique où on le voit au départ de l’action, une déviation d’une subtile talonnade, et à la conclusion sur une offrande de Sanson (33e). L’Argentin est apparu en confiance à l’image de cette frappe pure qui est passée juste à côté (55e), et cette nouvelle talonnade pleine d’inspiration (58e). Une rencontre pleine pour l’ex-joueur de Boca et beaucoup d’espoirs pour les supporters marseillais. Sorti sous les ovations et remplacé par Thauvin (80e) qui n’est pas loin de marquer sur ce numéro de soliste (90e+5).

OM :

- Mandanda (5,5) : pour sa 400e en Ligue 1, le capitaine a réalisé un match tout à fait correct. Il faut dire qu’il n’a presque rien eu à faire, les meilleures situations stéphanoises n’étant pas cadrées. Le gardien maîtrise en deux temps cette lourde frappe de Youssouf (78e) et repousse celle en angle fermé de Bouanga (80e). Il est allé chercher de rares ballons dans les airs et c’est à peu près tout.

- Sakai (5,5) : il a eu du mal en début de rencontre à se situer face aux libertés de mouvements de Khazri et de Boudebouz, en plus des montées de Trauco. En sous-nombre dans sa zone, il a réussi à s’extraire de sa torpeur pour afficher un meilleur visage. Par la suite, le Japonais a su prendre son couloir comme sur ce centre en retrait pour Benedetto (57e). Il effectue aussi un gros retour dans les pieds de Bounga (63e).

- Kamara (5,5) : prolongé hier par l’OM, le minot a connu un début de rencontre agité où il s’est fait manger dans les duels sur coups de pied arrêtés. Il a parfois eu du mal à garder son marquage face aux déplacements intelligents de Beric. Il est d’ailleurs très limite face au Slovène dans la surface (56e). Globalement, il a maîtrisé son match même si l’entrée de Bouanga l’a gêné dans le dernier quart d’heure.

- Alvaro Gonzalez (7) : plus discret dans le jeu que son compère en défense centrale, l’ancien de Villarreal a cependant montré sa sérénité, notamment en début de rencontre quand l’OM était débordé. Lui aussi bougé dans la surface durant le premier quart d’heure, il a laissé passer l’orage avant de lâcher quelques interventions dans un timing parfait (67e, 76e, 90e+1). Sa concentration et son implication pourront faire beaucoup de bien cette saison. Il a fini averti (90e+2).

- Amavi (2,5) : comme souvent depuis trop longtemps, il est apparu en grandes difficultés. En retard dans les interventions, dépassé même parfois, le latéral gauche a commis de nombreuses fautes (29e). Il est complètement mangé par l’enchaînement de Khazri (38e), qui vient même lui piquer un ballon dans les pieds (39e). Encore très limite en seconde période, il est averti sur un tacle qui a tout de même demandé vérification auprès de la VAR (67e). Le rouge n’était pas loin. Une frappe qui a mis Ruffier en difficulté (87e).

- Lopez (6) : lui aussi a joué juste comme sur ce ballon pour un Sarr pas assez concentré (45e). Le milieu de poche a apporté par son activité, réussissant à donner du liant au jeu de son équipe, et du temps à ses coéquipiers. Précieux également dans le pressing, il a tout de même un peu disparu au fur et à mesure de la rencontre où il a pris moins de risque dans le jeu. Averti (87e).

- Strootman (6) : placé devant la défense, il a connu un début de rencontre poussif où il s’est efforcé de suivre Boudebouz, laissant des trous dans sa zone. Après quelques hésitations, l’international néerlandais a complètement éteint son adversaire direct grâce à son intelligence de placement. Il a pris le dessus physiquement et en harcelant sans cesse. Avec le ballon, il a joué simple. Un sauvetage devant M’Vila (56e). Averti lui aussi (90e+3).

- Sanson (6,5) : l’ancien Montpellierain a fait mal ce soir. Joueur le plus offensif du trio de l’entrejeu marseillais, il est régulièrement venu se glisser entre les lignes pour créer des décalages, et offrir de la mobilité à une attaque en se lançant de loin. C’est d’ailleurs comme ça qu’il offre la balle de but à Benedetto (33e). Averti pour une semelle sur Khazri (60e) et remplacé par Germain (64e) qui n’a pas eu beaucoup de ballons à exploiter.

- Sarr (4) : il n’aura pas réussi grand-chose ce soir. Aligné sur le côté droit de l’attaque, il a manqué de justesse et de présence. L’ancien Messin interroge aussi sur ses choix. Pas assez impliqué sur ce ballon de Lopez (45e), il se rattrape un peu avec ce décalage pour Sakai (57e), quelques montées tranchantes (74e) et cette énergie pour aider Sakai à boucher son couloir. C’est quand même trop peu pour le remplaçant de Thauvin. Remplacé par Khaoui (83e) qui a pris un avertissement d’entrée (89e) après avoir failli obtenir un penalty.

- Benedetto (7,5) : voir ci-dessus.

- Payet (6) : le meneur de jeu s’est montré à son avantage ce soir. Aligné sur le côté gauche, il a pas mal dézoné pour venir repiquer dans l’axe du terrain. Il a souvent cherché à jouer de l’avant même si ses inspirations n’ont pas toujours été récompensées. Ses coups de pied arrêtes ont fait souffler plusieurs vents de panique dans la défense stéphanoise et son entente avec Benedetto commence à être vraiment intéressante à l’image de ce ballon donné sur un pas (55e).

Saint-Etienne :

- Ruffier (5) : le gardien français a été rassurant dans ses sorties aériennes. Il encaisse le but de Benedetto sur une erreur de sa défense mais peut, sans doute, anticiper et sortir sur l’attaquant argentin. Il sauve les siens sur un arrêt déterminant en fin de rencontre (85e).

- Perrin (5) : le capitaine stéphanois s’est vite illustré dans cette rencontre. Par deux fois, en début de match, il a eu une occasion de but mais s’est retrouvé hors-jeu (3e) et sa tête est passée au-dessus (8e). Justement, son jeu de tête défensif a été précieux. Il a parfaitement orienté et géré cette défense à trois dans laquelle il avait ce rôle de libéro.

- Moukoudi (4) : son carton jaune précoce (14e) l’a obligé à mettre moins d’impact dans ses interventions mais cela ne l’a pas empêché de prendre régulièrement le dessus sur son adversaire direct. Son jeu long a parfois manqué de précision (24e). Il ne revient pas assez vite sur le but de Benedetto (33e).

- Debuchy (4) : le Français n’a pas hésité à sortir haut pour gêner la relance marseillaise et ainsi empêcher les attaquants olympiens de se retourner. Le défenseur a tenté de jouer long sur certaines phases de jeu mais ses transversales ont manqué de précision (47e). Il s’est un peu plus projeté en fin de match mais n’a pas assez pesé sur les débats ce soir.

- Trauco (3) : le Péruvien s’est démené dans ce rôle de piston gauche. Il a parfois tenté sa chance lorsqu’il en a eu l’occasion mais n’a pas réussi à se montrer réellement dangereux (50e). Il a perdu quelques ballons importants alors que son équipe avait quelques coups à jouer offensivement.

- M’Vila (4) : discret, le milieu de terrain s’est attelé à ressortir le ballon proprement. Il a exhorté ses coéquipiers du milieu à se replacer et a initié le pressing de son équipe lorsque celle-ci était en difficulté. Pas assez présent offensivement alors qu’il aurait pu apporter le surnombre, à l’image de son équipe il n’a pas réussi à être réellement efficace.

- Aholou (non noté) : remplacé par Zaydou Youssouf (32e). Note (6) : la sortie d’Ahoulou a semblé désorganiser les Verts qui étaient bien en place jusque-là. Mais le jeune milieu de terrain a fait une belle entrée et a permis d’impulser du dynamisme dans ce secteur de jeu. Auteur d’une belle frappe relâchée par Mandanda, il a montré l’exemple à ses aînés ce soir.

- Palencia (6) : placé à droite dans un rôle de piston, l’Espagnol a eu un peu mal à se positionner en début de match mais s’est bien repris par la suite et a été intéressant dans sur son côté. Après avoir subi une énorme faute d’Amavi, qui méritait sans doute plus qu’un carton jaune, le joueur de 23 ans a cédé sa place à Yohan Cabaye (72e).

- Khazri (3) : le Tunisien a tenté d’initier des contres lorsqu’il avait de l’espace devant lui mais à l’image de ses partenaires de l’attaque, il a manqué de précision et de consistance dans le jeu. Un peu plus en vue en deuxième période, sa prestation est loin d’être satisfaisante. Il n’a pas assez mis en danger la défense marseillaise par sa maladresse et son manque de créativité.

- Boudebouz (3) : le numéro 7 s’est baladé sur tout le front de l’attaque mais a manqué de justesse et de précision dans ses coups de pied arrêtés. En retrait en première mi-temps, il n’a pas vraiment haussé son niveau de jeu en deuxième période. Un match à oublier pour l’ancien joueur du Betis.

- Berić (2) : totalement transparent. L’attaquant n’a pas existé durant ce match. Soumis aux ballons qu’il peut recevoir dans la surface, il n’a pour autant pas assez participé au jeu de son équipe. Le Slovène a touché en tout et pour tout 8 ballons ce soir. Clairement insuffisant. Remplacé par Bouanga (60e), qui n’a pas plus existé.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10