Pour ce dernier match de la huitième journée de Ligue 1, l’Olympique de Marseille recevait le Stade Rennais à l’Orange Vélodrome. Le club olympien qui restait sur six matchs sans défaite, souhaitait renouer avec la victoire devant son public. Dans cette optique, André Villas-Boas alignait un 4-3-3 et titularisait pour la première fois de la saison Valentin Rongier. Battu par le FC Nantes en début de semaine, Rennes voulait se relancer avant d’aborder la Ligue Europa la semaine prochaine. Julien Stéphan optait pour un 3-5-2 avec le duo Raphinha, Niang en attaque.

Dans les premières minutes, l’OM mettait beaucoup d’impact dans les duels ce qui gênait considérablement les Bretons. Mais le Stade Rennais se procurait la première opportunité du match. Sur une mauvaise passe de Rongier, Raphinha récupérait le ballon et fixait la défense avant de servir Niang dont l’intérieur du pied était contré par Perrin (5e). Les Olympiens réagissaient quelques minutes plus tard par Hiroki Sakai dont la lourde frappe passait juste au-dessus (14e). Les hommes de Julien Stéphan se procuraient une nouvelle opportunité avec Maouassa qui récupérait un ballon perdu par Sakai. Le joueur breton s’infiltrait dans la surface et décochait une frappe croisée qui filait juste à côté (17e).

L’OM fait preuve de caractère

Rennes était récompensé de son bon début de match et ouvrait le score. Côté droit, Da Silva débordait et centrait pour Niang qui prenait le dessus sur Sakai et ajustait Mandanda (0-1, 19e). En confiance, Rennais manquait le break de peu. Bien décalé par Traoré, Bourigeaud sur la droite centrait pour Raphinha qui ratait sa tête (29e). Juste avant la pause, Hamari Traoré réalisait un petit festival côté droit et effectuait un grand pont sur Perrin avant de voir sa frappe mourir dans le petit filet (40e). Il fallait attendre la 42ème pour entrevoir la première occasion olympienne. Sur un corner mal renvoyé par la défense bretonne, Rongier tentait une belle volée qui passait à côté. Au retour des vestiaires, André Villas-Boas décidait de faire sortir Amavi et tenter l’option Radonjic (46e).

L’Olympique de Marseille recollait au score avant l’heure de jeu. Sur un corner frappé par Bouna Sarr, Caleta-Car prend le dessus sur Morel et ajustait de la tête Mendy (1-1, 52e). Le match s’emballait et les équipes se rendaient coup pour coup. Dans les dernières minutes, l’OM poussait. Sur la gauche, Sakai s’infiltrait dans la surface et servait Sarr dont la frappe était repoussée par Mendy dans les pieds de Benedetto dont la tentative s’envolait dans les travées du Vélodrome (81e). Le Stade Rennais répliquait avec Hunou en contre sur la gauche qui alertait Flavien Tait dont la remise retrouvait Hunou dont les deux frappes étaient repoussées miraculeusement par Mandanda (85e). Les Olympiens essayaient de tirer leur épingle du jeu en fin de match. Bien alerté par Khaoui, Benedetto dans la surface décochait une belle frappe repoussée en corner par Mendy (88e). Avec ce résultat nul, l’OM enchaînait un septième match sans défaite.

Retrouvez le film du match sur notre live commenté.

L’homme du match : Niang (7,5) : l’ancien attaquant du Torino aurait pu ouvrir le score dans les premières minutes, mais son intérieur du pied a été contré miraculeusement par Perrin (5e). L’international sénégalais ne manque pas sa deuxième occasion. Sur un excellent centre de Da Silva, il prend le dessus sur Sakai et ajuste Mandanda (0-1, 19e). Il s’est déployé sur le front de l’attaque rennaise en causant bien des soucis à Sakai notamment. Très actif, il a usé la défense marseillaise par ses accélérations et ses dribbles dévastateurs. Remplacé à la 78e par Hunou qui s’est procuré une opportunité incroyable en fin de match mais a buté par deux fois sur Mandanda (85e).

OM

- Mandanda (6,5) : le capitaine marseillais a connu une première période sous le signe de la frustration. Il n’a rien pu faire sur l’ouverture du score de Niang (19e) et n’a pu que constater les manquements flagrants de son équipe dans la justesse technique donnant des occasions franches aux Rennais. Il n’a rien eu à faire avant son exceptionnelle double parade sauvant les siens (86e).

- Sakai (5,5) : le latéral japonais a connu une première période aux deux visages. Si dans les premières minutes, il s’est montré volontaire à l’image de sa frappe qui passe de peu au-dessus du but (15e), il s’est troué sur une passe en retrait amenant l’occasion de Maouassa et il n’a pu que toucher la frappe de Niang sur l’ouverture du score (19e). En deuxième période, il a été très présent offensivement, mais aussi défensivement. Il a écopé d’un carton jaune (90e+5).

- Perrin (6) : pour sa deuxième titularisation, le jeune défenseur a livré une première période assez bonne avec de très bonnes interventions à l’image de celle sur Niang après la mauvaise passe en retrait de Rongier (5e) ou face à Raphinha (64e). Cependant, sur l’ouverture du score rennaise, tout comme Caleta-Car, il n’a pas fait acte de présence dans la surface sur l’action (19e). Il a écopé d’un carton jaune (90e+4).

- Caleta-Car (6) : une petite frayeur musculaire pour le défenseur central au cours de la première période. Il n’a pas vraiment survolé la rencontre, mais n’a pas été particulièrement mauvais si on lui enlève le fait qu’il n’a pas été présent sur le but de Niang en regardant la passe décisive de Da Silva (19e). Il a inscrit son premier but en Ligue 1 sur le corner de Sarr (52e).

- Amavi (2) : cette fois-ci, Villas-Boas ne pourra pas le défendre. Une nouvelle fois, il a été à l’origine de gros manquements sur le plan défensif. Offensivement, il s’est montré avec cette frappe en dehors de la surface qui a manqué de peu le cadre (41e). Remplacé par Radonjic (45e - 5). Il a essayé de se montrer disponible offensivement, mais a manqué une nouvelle fois de réalisme avec des dribbles souvent répétitifs. Il a écopé d’un carton jaune (86e).

- Rongier (5,5) : une première titularisation compliquée pour le milieu de terrain. La recrue joker du club a été à l’origine d’une passe en retrait totalement ratée offrant une occasion à Maouassa (5e). Comme beaucoup de son équipe, il a eu beaucoup de déchets dans le jeu de passes en première période. Il a été l’auteur d’une belle reprise de volée en dehors de la surface qui passe de peu à côté (44e). Il a fait preuve de bonne volonté mais il a encore besoin de s’acclimater.

- Strootman (5) : le milieu défensif a été très peu en vue dans cette première période, un peu comme depuis qu’il a été replacé devant la défense. Il a été l’auteur d’une frappe contrée en corner qui n’a rien donné (43e). Il a écopé d’un carton jaune après une faute sur Camavinga (59e). Il a toutefois été à l’origine de quelques interventions dans le jeu pour permettre de relancer son équipe.

- Sanson (4) : s’il s’est montré plutôt présent dans le jeu en début de match, l’ancien joueur de Montpellier a beaucoup peiné dans la justesse technique surtout au niveau de la transmission. Il a été l’auteur d’une frappe en dehors de la surface qui a fui le cadre (9e). Il a été à l’origine de nombreux ballons perdus et de nombreuses fautes pour son engagement. Remplacé par Khaoui (79e) qui aurait pu être passeur décisif .

- Sarr (6) : il n’a pas été dangereux et a vu ses dribbles se changer en perte de balles en première période. Redescendu en tant que latéral droit au retour des vestiaires, il a été passeur décisif sur l’égalisation de Caleta-Car (52e). Offensivement, il a été beaucoup plus intéressant pendant la seconde période et il aurait pu permettre à l’OM de prendre l’avantage au score si il n’avait pas trouvé Mendy sur son chemin (82e).

- Benedetto (5) : comme depuis quelques rencontres, l’attaquant argentin n’a eu que très peu de ballons à se mettre sous la dent et n’a pas pu s’illustrer malgré sa volonté de faire le pressing sur les ballons adverses. Frustré par son manque d’occasion, l’Argentin a tenté sa chance de loin alors que la passe pour ses coéquipiers qui auraient pu être une meilleure solution (60e, 90e+1). Il aurait pu profiter de l’occasion de Sarr pour marquer mais son tir est passé au-dessus (82e) avant qu’il ne bute sur Mendy (88e).

- Germain (5,5) : à l’inverse de Sarr, il a fait ce qu’il savait faire. Il s’est montré disponible mais n’a pas vraiment été servi et comme son partenaire à la pointe de l’attaque, il n’a pas eu d’occasions à se mettre sous la dent. Replacé à droite au retour des vestiaires, il a continué sur sa lancée et a essayé d’être à l’origine d’actions dangereuses qui ont manqué de réalisme à la conclusion.

Stade Rennais

- Mendy (6,5) : le portier rennais ne peut absolument rien sur l’égalisation marseillaise. La tête de Caleta-Car au six mètres est imparable pour le gardien sénégalais (1-1, 52e). Très vigilant sur la frappe de Bouna Sarr (81e). Se détend parfaitement sur une belle frappe de Benedetto (88e).

- Da Silva (6) : le capitaine breton apporte de la sérénité à toute sa défense. Solide dans les duels, il s’évertue à relancer proprement. L’intéressé a pratiqué le dépassement de fonction sur l’ouverture du score en distillant un très bon centre pour Niang (0-1, 19e). Même au plus fort de la domination marseillaise, l’ancien Caennais n’a pas flanché.

- Gelin (5,5) : très solide dans le premier acte, le défenseur central rennais s’est distingué par sa bonne lecture du jeu et son positionnement. Sa qualité de relance reste intéressante. Le numéro 28 a gagné un nombre important de ballons grâce à sa qualité dans les duels. Une prestation solide malgré la presse olympienne en fin de match.

- Morel (5,5) : l’ancien Lyonnais et Marseillais a fait le job pour son retour à l’Orange Vélodrome. Toujours concentré, il s’est évertué à jouer simple et a récupéré pas mal de ballons dans les pieds des Marseillais. Se fait devancer dans le domaine aérien par Caleta-Car sur l’égalisation (1-1, 52e). Une fin de match plus compliquée mais il a su tenir bon.

- Traoré (6,5) : très intéressant dans son couloir droit, le défenseur malien s’est projeté vers l’avant ce qui a déstabilisé l’arrière-garde marseillaise. Son décalage pour Bourigeaud amène une occasion dangereuse conclue par une tête de Raphinha (29e). L’ancien joueur du Stade de Reims aurait pu marquer sur un petit festival côté droit mais sa frappe vient mourir petit filet (40e). Moins porté vers l’avant dans le second acte notamment à cause de Radonjic.

- Camavinga (6,5) : la pépite rennaise s’est montrée plutôt discrète dans le premier acte. Un peu bougé en début de match, l’intéressé s’est ressaisi par la suite en optant pour le jeu court. Beaucoup plus inspiré au retour des vestiaires, où le milieu de terrain nous a distillé quelques gestes techniques de qualité. Sa lecture du jeu fut précieuse pour son équipe.

- Maouassa (6,5) : positionné dans le couloir gauche, l’intéressé n’a pas hésité à apporter sur le plan offensif. En témoigne sa tentative en début de match qui est passée juste à côté des buts de Mandanda (17e). L’ancien Nîmois a su profiter des errements marseillais pour porter le danger dans la surface phocéenne. Plus discret sur le plan offensif, il a bien défendu dans son couloir.

- Bourigeaud (6) : l’ancien Lensois a eu du mal à rentrer dans son match. Mais il s’est bien repris en essayant d’orienter le jeu de son équipe. Aurait pu se muer en passeur décisif pour Raphinha qui manque totalement sa tête (29e). Sa grosse activité reste à souligner, tant son volume de jeu au milieu est important. Remplacé à la 72e par Grenier qui n’a pas apporté grand-chose dans le jeu.

- Martin (5,5) : en apparence discret, l’ancien Strasbourgeois a été beaucoup sollicité par ses partenaires dans la construction du jeu. Très peu de déchet dans les transmissions, il a gratté quelques ballons au milieu du terrain. Généreux dans l’effort, il n’a pas rechigné aux tâches défensives. Un match courageux.

- Raphinha (6) : la pépite brésilienne s’est rapidement distinguée en récupérant un ballon perdu par Rongier et en servant idéalement Niang. Malheureusement pour lui, l’attaquant breton n’a pu conclure (5e). Très intéressant par sa faculté à conserver le ballon et par ses déplacements. Manque totalement sa tête sur un excellent centre de Bourigeaud (29e). Un véritable poison pour la défense olympienne. Remplacé à la 73e par Tait qui s’est montré dangereux. Sa remise intelligente aurait pu profiter à Hunou (85e).

- Niang (7,5) : voir ci-dessus.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10