« C’est très facile. Tout le monde était là pendant l’entraînement. Il y avait 25 joueurs et 4 gardiens. Tout le monde est disponible. C’est bien, c’est très bien. » Le 11 janvier dernier, Thomas Tuchel était aux anges. À la veille d’affronter l’AS Monaco au Parc des Princes (3-3), le coach du Paris Saint-Germain se félicitait d’avoir enfin un groupe au complet. Un mois plus tard, le calendrier infernal du club de la capitale (Paris a joué 12 matches toutes compétitions confondues depuis le début de l’année 2020) a rapidement fait déchanter l’entraîneur allemand. Surtout à l’approche du rendez-vous crucial de Ligue des Champions face au Borussia Dortmund.

Et si Leonardo a regretté la négativité ambiante autour des Rouge-et-Bleu, le directeur sportif parisien peut difficilement affirmer que le climat est optimal dans les rangs franciliens. Il suffit d’ailleurs de jeter un oeil sur la gestion de l’état physique des joueurs pour s’apercevoir que la crainte d’une blessure est omniprésente chez le staff. Et pour cause. À moins d’une semaine du choc face aux Marsipaux de Lucien Favre, hormis les cas Thiago Silva, Juan Bernat (de retour à la compétition hier contre Dijon), Abdou Diallo et Colin Dagba (d’ores et déjà forfait pour le 1/8e de finale aller), Tuchel est dans l’incertitude concernant l’état de forme de cinq titulaires potentiels : Neymar, Marquinhos, Idrissa Gueye, Marco Verratti et Presnel Kimpembe.

Le flou Neymar

Dès lors, le match prévu samedi prochain contre Amiens (à suivre sur le live commenté de notre site) sera logiquement suivi avec attention. D’autant que Thomas Tuchel n’a pas vraiment rassuré tout son monde hier en conférence de presse, à l’issue de la victoire des siens face à Dijon (6-1). « Je ne vais pas prendre de risques contre Amiens, c’est clair, mais on y aura en même temps une équipe forte. Si on a des petits doutes sur des joueurs, on ne les fera pas jouer », a-t-il indiqué, dans des propos relayés par Culture PSG. Préservé depuis la réception de Montpellier (5-0), Neymar est d’ailleurs l’élément cristallisant toutes les attentions en raison du flou entourant sa blessure au dos.

Absent depuis presque quinze jours, le Brésilien était bien présent aux derniers entraînements collectifs, mais il n’a pas participé aux trois derniers matches de son club, alimentant ainsi toutes les spéculations. Et ce n’est pas près de s’arrêter puisque son coach a clairement fait savoir qu’il n’hésiterait pas à le laisser au frigo après-demain. « Je ne sais pas, on doit discuter, on est mercredi, on décidera vendredi. (...) On a des responsabilités et on décidera ensemble avec tout le monde, tous les médecins, le club et lui pour savoir ce qu’on fait samedi », a-t-il déclaré, allant même jusqu’à confirmer ses propos récents quant à une possible absence du Brésilien face au BVB. « Oui, clairement. On doit décider pour chaque match, à la veille de chaque match. Je ne peux pas dire maintenant qu’il sera à 100% contre Dortmund ».

Des retours attendus contre Amiens mais...

Pour le reste, Tuchel s’est montré plus optimiste concernant Marquinhos. Victime d’une lésion du biceps fémoral le 22 janvier dernier contre Reims (0-3), le défenseur a repris l’entraînement la semaine dernière. Et hier, Tuchel s’est dit certain de le voir débuter la rencontre contre Amiens. Il lui faudra retrouver du rythme, mais “Marqui” devrait donc être de la partie à Dortmund. Optimisme également pour Marco Verratti et Idrissa Gueye. Préservés hier, les deux milieux de terrain n’inspirent « aucune inquiétude » à leur entraîneur. Néanmoins, ce dernier continue d’entretenir le suspens puisqu’il a fait savoir qu’il « n’a pas encore décidé s’il allait les faire jouer. »

Enfin, le pronostic est plus réservé pour Presnel Kimpembe. Le défenseur s’est plaint de douleurs musculaires après la rencontre face à l’OL dimanche dernier (4-2) et le timing s’annonce serré jusqu’à mardi. « C’est un peu plus grave que Marco (Verratti) et Gueye. On doit décider (s’il jouera ou non contre Amiens, ndlr). S’il rate Amiens, vu qu’il a beaucoup joué, peut-être que ce sera possible pour lui d’arriver à Dortmund sans avoir joué aujourd’hui (hier) ni samedi. » Vous l’aurez compris, même si la rencontre de samedi permettra peut-être d’y voir un peu plus clair pour certains joueurs, le suspens est quand même parti pour durer jusqu’à ce fameux rendez-vous du 18 février !