Pour la deuxième année consécutive, le Paris SG termine sa campagne européenne en 8e de finale de Ligue des Champions. Après le FC Barcelone en 2017 suite à la fameuse remontada, c’est le Real Madrid qui a ruiné les espoirs du club de la capitale dans la plus grande des compétitions européennes. Interrogé au micro de Esporte Espetacular, le latéral parisien Dani Alves (34 ans) est revenu sur cet échec, tentant d’en expliquer les raisons.

« J’ai tendance à croire et je crois que les éliminations n’arrivent jamais par hasard dans nos vies. Je l’ai vécu en sélection du Brésil, parce qu’il n’y avait pas cette connexion et cela ne pouvait pas marcher (...). J’ai déjà vécu cette situation et je sais ce qui se passe. Il n’y a pas de connexion. Pour moi, le PSG est un club qui est dans ce processus de transformation et il va devoir souffrir un peu, parce que ce processus va être très ardu », a-t-il lancé, très critique sur la situation du club de la capitale.

« Neymar est encore en train de grandir »

Pour autant, s’il s’attend à des difficultés pour les Rouge-et-Bleu, l’international brésilien (105 sélections, 7 réalisations), sous contrat jusqu’en juin 2019, n’entend pas pour autant quitter le navire, balayant les critiques sur ses performances et les salaires qu’il perçoit alors que les rumeurs expliquent qu’il joue le rôle d’entremetteur sur certains dossiers en vue du mercato estival. « Je suis venu ici pour un projet, parce qu’on a parié sur moi et je crois que l’argent que je gagne pour être focalisé sur cet objectif ne correspond pas à ma valeur », a-t-il lâché avant de se pencher sur le cas de son compatriote et ami Neymar, cible des critiques, attentes et autres rumeurs en tous genres.

« Les gens croient que Neymar est une marionnette. Non. Les enfants grandissent. Seulement, et c’est ce que je dis, il est encore en train de grandir et il doit encore mûrir pour savoir gérer certains types de choses. Il ne faut pas donner d’importance à ce genre de choses, qui blesse parfois, qui fait bouillir, il faut regarder ailleurs, se concentrer sur autre chose. Il faut évoluer », a-t-il conclu. Neymar et le PSG savent donc qu’ils leur restent du pain sur la planche pour franchir, ensemble, un nouveau palier. À moins que l’astre brésilien ne quitte la Ville lumière d’ici là...