« Il faut le ménager, car on n’a pas d’autre avant-centre type pour l’instant ». Rudi Garcia n’est pas amnésique. Le recrutement de Valère Germain ne lui a pas fait oublier les objectifs de base sur le mercato, à savoir l’arrivée de deux attaquants. Un seul ne suffira pas et il faut croire que l’entraîneur olympien ne considère pas Clinton Njie et Lucas Ocampos comme des alternatives viables à long terme. Après Germain donc, Mandanda, Luiz Gustavo et Adil Rami, Garcia espère prochainement un renfort offensif.

Sera-ce Olivier Giroud, le buteur français d’Arsenal, lié à l’OM depuis plusieurs semaines ? « Je n’en sais rien, on a une liste assez étoffée, mais il n’y a rien de concret pour l’instant, rien de très avancé », a répondu Garcia à l’AFP. « C’est compliqué, beaucoup de clubs cherchent des attaquants. Parfois les joueurs ont d’autres priorités, parfois le prix n’est pas abordable pour nous. Mais on continue à bosser », a-t-il poursuivi. Faut-il donc comprendre que les dossiers Bacca, Jovetic ou encore Kalinic sont voués à l’échec ? Garcia joue la carte de la patience.

« Je pense qu’on fait bien d’être patient, c’est un peu plus compliqué pour construire l’équipe pour l’Europa League, mais on ne fait pas ce qu’on veut au mercato, je suis rôdé à ça, et je sais que parfois il y aura des opportunités en fin de mercato d’un grand attaquant qui a trop de concurrence dans son club et décidera de venir jouer à l’OM... », a-t-il malicieusement indiqué. Le portrait dressé par Garcia ressemble furieusement à Olivier Giroud, dont l’avenir reste cependant conditionné au cas Alexis Sanchez. Si l’on suit Garcia, il y a donc de fortes chances que l’OM débute son aventure européenne (dans 10 jours), avec le seul Germain pour mener l’attaque phocéenne.