Si Pierre-Emerick Aubameyang (27 ans) a été désigné, en Allemagne, comme principal responsable de la défaite du Borussia Dortmund ce mardi sur la pelouse de Benfica (1-0, 8e de finale aller), le son de cloche est totalement différent au Portugal, évidemment. On préfère saluer la solide prestation défensive des Lisboètes, incarnée par un homme : Ederson. Le portier brésilien, âgé de 23 ans, a livré une nouvelle démonstration ce mardi soir face aux assauts allemands.

Points culminants de sa soirée XXL : le penalty de PEA facilement arrêté (58e) et une parade mémorable devant Christian Pulisic (84e). Forcément, l’assurance tous risques du SLB fait la une des quotidiens lusitaniens ce mercredi. « Ederson superman », titre ainsi A Bola. « Énormes », lance Record pour parler de Kostas Mitroglou, unique buteur de la partie, et lui. « Ederson total », lâche pour sa part O Jogo. « Ederson baisse le rideau », résume O Globoesporte quand Lance ! évoque « la nuit brillante d’Ederson » pour couronner « la fête portugaise ». Une pluie d’éloges, à laquelle il faut ajouter l’hommage de Rui Vitoria, son entraîneur.

« Ederson a réalisé une superbe prestation, mais on parle d’un gardien de très haut niveau et il est là pour ça », a-t-il lâché en zone mixte, relayé par A Bola. Le Paulista, lui, se veut évidemment modeste. « Je ne peux pas me contenter de ça, je dois travailler au quotidien pour chercher à atteindre le meilleur niveau possible », a-t-il expliqué à O Globoesporte, indiquant qu’il n’avait pas de secret pour stopper les pénaltys. « Il n’y a pas de secret. Il faut être concentré, étudier le tireur adverse et être lucide au moment de la frappe », a lâché celui qui a éclipsé l’expérimenté Julio César dans les buts benfiquistes.

Un avenir doré... en club et en sélection

Cette prestation, dans la lignée de ses rencontres depuis sa prise de pouvoir entre les poteaux des Aguias, pousse plusieurs grosses écuries à se pencher sur son cas. Manchester City et le FC Barcelone sont notamment intéressés et n’hésitent pas à le superviser ces dernières semaines. Mardi soir, ils étaient encore nombreux dans les tribunes du Estadio da Luz pour l’observer lui, ses partenaires et ses adversaires d’après A Bola : Arsenal, l’Atlético Madrid, Belenenses, Braga, le Celtic, Chelsea, Estoril, l’Eintracht Francfort, Hambourg, l’Inter Milan, la Juventus Turin, Leicester, Manchester City, Middlesbrough, Newcastle, Paços de Ferreira, Eibar, le FC Séville, West Ham et Wigan.

L’intéressé préfère mettre tous ces bruits de côté. « Personne ne peut faire de promesses. Je veux écrire mon histoire ici, avec Benfica, avec Luisão. Aujourd’hui, c’est plus difficile, parce qu’il y a de grands clubs intéressés, mais je suis pleinement concentré sur Benfica. Je travaille dur au quotidien, mon esprit est tranquille », a-t-il indiqué. En attendant d’en savoir plus sur son avenir (il est sous contrat jusqu’en juin 2023, avec une clause libératoire fixée à 60 M€), le natif d’Osasco pourrait bientôt devenir international brésilien. Claudio Taffarel, adjoint du sélectionneur auriverde Tite, était là ce mardi pour le superviser contre le BvB.

« Ederson est un joueur que nous connaissons déjà, il a un énorme potentiel. Je dirais qu’il est promis à un avenir brillant, tout dépend de lui. Il est sur le bon chemin, il progresse chaque jour un peu plus. Il a le potentiel. (...) Je crois qu’il peut être du voyage pour le Mondial. Selon moi, il a toutes les qualités pour. Il joue régulièrement en championnat, en Ligue des Champions... Cela offre beaucoup d’expérience à un gardien. Il est pratiquement prêt », confiait récemment ce dernier à A Bola. Qu’on se le dise, Ederson a tout d’un grand.