Imaginer Franck Passi être débarqué avant même la fin de la saison, voire de la mi-saison n’est plus une surprise pour personne. Confirmé dans ses fonctions l’été dernier, l’entraîneur olympien sait qu’il a surtout profité des tergiversations entourant la vente de l’OM. Mais depuis que l’Américain Frank McCourt a été choisi pour être le successeur de Margarita Louis-Dreyfus, les jours de Passi à la tête du groupe phocéen sont comptés. Car ce n’est un secret pour personne. Ambitieux, McCourt veut attirer du lourd dans ses filets dans le cadre de son projet « OM Champion ».

Reste donc à savoir quand l’heure de Passi aura sonné. Et visiblement, tout semble réuni pour qu’un départ soit acté plutôt rapidement. Quinzième du classement de Ligue 1 à seulement un petit point de la zone rouge, l’OM de Passi réalise un début de saison plus que poussif. Et selon L’Equipe, le coach marseillais est loin de faire l’unanimité au sein de l’effectif olympien. Outre le cas Rolando, non utilisé par Passi, les jeunes joueurs de l’équipe « s’interrogent parfois sur ses choix et son manque de communication », écrit le quotidien, tandis que Passi alterne le chaud et le froid avec Rémy Cabella.

Heureusement pour le coach phocéen, ses bonnes relations avec plusieurs joueurs importants du vestiaire tels que Lassana Diarra, Florian Thauvin et Abou Diaby lui permettent encore de garder la main. Jusqu’à quand ? La défaite catastrophique à Rennes (2-3) a laissé des traces. Déjà pointé du doigt pour ses choix tactiques, Passi a fait pire en Bretagne. Mais cette fois-ci, il n’a pas hésité à charger publiquement ses éléments. « En colère oui ; il faut mettre les joueurs devant leurs responsabilités. Il faut qu’on démarre, là, mais vraiment. » Une remontrance qui n’a rien d’extraordinaire en soi, même si, dans un vestiaire où il n’a plus trop la cote, Franck Passi pourrait s’être tiré une nouvelle balle dans le pied.