Certains des meilleurs clubs européens ont dépensé sans compter durant ce mercato. On pense bien évidemment au Real Madrid, qui a pour le moment versé plus de 300 M€ en indemnités de transfert. Le voisin de l’Atlético n’est pas en reste avec environ 245 M€ lâché sur le marché. C’est l’effet vase communicant. Les Colochoneros ont récupéré 120 M€ rien que sur le transfert d’Antoine Griezmann. Le Barça est intercalé entre ses deux voisins madrilène. Ce qui en fait la 2e équipe la plus dépensière cet été avec 255 M€. Manchester United, qui vient de valider l’arrivée d’Harry Maguire en est à 159 M€ de dépenses, alors que la Juventus et ses 188 M€ se classent pour le moment 4e de ce classement. Rien de très surprenant jusque-là car le mercato s’annonçait très agité chez quelques ténors.

Plus étonnant en revanche, c’est Aston Villa qui occupe la 7e place mondiale et européenne. Le promu anglais a pour le moment dépensé 148,6 M€ sur le marché des transferts. Pour le moment, c’est plus que tout autre acteur de Premier League, si on excepte Manchester United et Manchester City. Depuis quelques années, le championnat anglais est devenu une machine à dépenser sans compter. Pour tout et n’importe quoi d’ailleurs. Seulement à la veille de la fermeture du marché, force est de constater que le marché commence seulement à s’agiter outre-Manche. Il y a quelques jours, nous expliquions ce phénomène conjoncturel.

Aston Villa, 7e club plus dépensier en Europe avec 145 M€

Bien sûr certains dossiers d’importance devraient se débloquer d’ici le 8 août comme Giovani Lo Celso (plus de 60 M€) et Wilfried Zaha (70 M€) à Everton, ou encore Kieran Tierney à Arsenal (au moins 25 M€) mais à ce jour, les Villans font partie des plus actifs. Promu en première division en mai dernier au détriment de Derby County, le club profite au mieux de l’énorme manne financière mise à sa disposition. C’est bien simple, il va toucher au minimum 200 M€ de droits TV pour les trois prochaines saisons. De quoi profiter à fond de la nouvelle hausse pour réaliser quelques emplettes estivales et essayer de remplir une mission maintien s’annonçant périlleuse.

Une véritable lessiveuse s’est mise en route. Cet été, pas moins de 12 recrues ont débarqué à Birmingham afin de remplacer les 14 départs (Glenn Whelan, Albert Adomah, Mile Jedinak, Alan Hutton, Micah Richards et Ross McCormack ont tous ​​été libérés de leur contrat). Le meilleur buteur du club (26 réalisations), Tammy Abraham est revenu de son prêt à Chelsea, tout comme le défenseur de Manchester United Axel Tuanzebe. A l’inverse, Tyrone Mings est lui resté. Satisfait de son prêt, Aston Villa a dépensé 22,3 M€ pour conserver le latéral gauche. Le début d’une longue série.

Attention à la jurisprudence Fulham

Les Villans n’ont pas hésité à mettre 8 M€ sur Björn Engels (Reims), à lever l’option d’achat de 9 M€ d’Anwar El Ghazi (Lille), à acheter Ezri Konsa à Brentford 13,3 M€ et l’espoir de Manchester City Douglas Luiz pour 16,8 M€. Rare satisfaction de l’Égypte à la CAN, Mahmoud Hassan "Trezeguet" a été recruté contre 10 M€ à Kasimpasa. C’est loin d’être fini puisque Club Bruges a accepté les 25 M€ proposés pour Wesley, puis les 12 M€ pour Marvelous Nakamba. Enfin, Jota (4,5 M€ - Birmingham City), Kortney Hause (3,40 M€ - Wolverhampton Wanderers), Matt Targett (15,5 M€ - Southampton) et Tom Heaton (8,8 M€ - Burnley) ont tous renforcé les rangs du club. Voilà 145 M€ et quelques poussières dépensés sur le marché des transferts, sans rien récupérer et le marché n’a pas encore fermé ses portes. Angers a d’ailleurs refusé 10 M€ des Lions pour Baptiste Santamaria.

Évidemment, ces lourdes sommes dégagées ne sont pas gage de réussite sur le plan sportif. Ce mercato d’Aston Villa n’est pas sans rappeler celui de Fulham il y a un an. Promus eux aussi en Premier League, les Cottagers avaient mis plus de 100 M€ sur la table (Seri 30 M€, Anguissa 30 M€, Mitrovic 20 M€ pour ne citer qu’eux) pour un résultat catastrophique. Une saison et trois entraîneurs plus tard, le club de Londres est redescendu immédiatement en Championship. « Nous devions faire venir des joueurs. La saison dernière est terminée et après l’euphorie vient ensuite la partie la plus difficile du travail. Nous avons dû tout reconstruire » a expliqué un Dean Smith prévenu d’un possible échec malgré les lourds investissements consentis. Le coach des Villans pourra toujours se rassurer avec la moyenne d’âge affichée par les recrues -24,5 ans- comme une volonté affichée de pérenniser l’effectif en Premier League.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10