Après de longues semaines de négociations, Bruno Fernandes a fini par quitter le Sporting Portugal pour filer du côté de Manchester United en échange d’un chèque de 55 M€ (ce montant pourrait grimper jusqu’à 81 M€ en prenant en compte les bonus). Un transfert de prestige pour l’international lusitanien, mais un sacré pari aussi. En effet, peu de stars ont manifesté leur envie de rejoindre une équipe en nette perte de vitesse et dont les meilleurs éléments ont de grosses envies d’ailleurs. Une ambiance générale qui n’a finalement pas dérangé Fernandes. Bien au contraire.

Titularisé pour la troisième fois contre Watford en autant d’apparitions en Premier League sous ses nouvelles couleurs, le Portugais a rapidement séduit tout son monde. Auteur de l’ouverture du score sur penalty (qu’il a provoqué) juste avant la mi-temps, l’ancien Sportinguista épate la galerie par son leadership. « Il faut une certaine dose de confiance pour tirer votre premier penalty après seulement trois matches joués avec Manchester United et faire ce que Bruno Fernandes a fait. S’il l’avait raté, il aurait été la cible des moqueries, mais le milieu portugais ne ressemblait pas à un homme qui doutait de pouvoir marquer », a ainsi écrit le Telegraph.

Bruno Fernandes déjà comparé aux légendes de MU

Une attitude de leader également saluée par Ole Gunnar Solskjaer. « Bruno a eu un impact immédiat dans le groupe. Déjà, au premier entraînement il demandait toujours le ballon. Certains joueurs ont besoin de temps pour s’acclimater, mais lui, il a tout de suite affiché sa confiance. C’est un peu un mélange entre Paul Scholes et Juan Veron. Il a leur qualité et le tempérament de Veron », a déclaré le coach norvégien en conférence de presse. Rien que ça. Une salve de compliments qui ne s’est pas arrêtée là. Ancien attaquant devenu consultant, Peter Crouch a lui aussi succombé aux charmes du néo Mancunien.

« Il est un peu arrogant, mais MU a besoin de ça. Il a une qualité de passes fantastique, il est très mobile. Il peut ouvrir des portes, il me rappelle Juan Mata, sauf que Mata ne pouvait pas courir après et utiliser son énergie pour obtenir un penalty (comme Fernandes l’a fait). Il donne de la confiance aux autres joueurs. En tout cas, j’aurais adoré être la cible de ses centres ». Encensé et déjà comparé à certaines légendes de Manchester United, Bruno Fernandes a le mérite d’avoir apporté un peu de joie au sein d’un club qui ne s’est toujours pas remis du départ de Sir Alex Ferguson.